Platon. L’écrivain qui inventa la philosophie

Brisson (L.), Platon. L’écrivain qui inventa la philosophie. – Paris, Les Éditions du Cerf, 2017, 298 p. – ISBN : 978.2.2041.0636.8.

Il faut savoir gré à Luc Brisson d’avoir rédigé pour un large public un ouvrage qui expose, parfois dans un ordre thématique, la philosophie de Platon dans son l’ensemble. Cette description de l’œuvre de Platon n’est jamais séparée des détails de la vie du grand philosophe athénien, pour autant qu’ils nous sont connus par des anciennes biographies.

Expert mondialement reconnu sur la philosophie de Platon et sur la réception du platonisme, Luc Brisson présente ici les résultats de ses recherches sur la vie et l’œuvre de Platon. Après avoir publié, comme thèse de doctorat, un commentaire sur le Timée de Platon (Le même et l’autre dans la structure ontologique du Timée de Platon. Un commentaire systématique du Timée de Platon, 1974), et, entre autres publications sur Platon et le platonisme, après la traduction des œuvres complètes de Platon (Platon, Œuvres complètes, 2011, publiées sous sa direction), mais aussi des écrits attribués à Platon (Écrits attribués à Platon, 2014), l’auteur fait ici le bilan, dans un style clair et intelligible, de toutes ses recherches.

L’annotation — une dizaine de notes — s’est voulue minimale. On trouve aussi, en fin de volume, quelques annexes, des cartes et des tableaux généalogiques.

La principale thèse que l’auteur soutient est exposée par le titre : Platon est bien le premier penseur à avoir ‘inventé’ la philosophie. Dit autrement, Platon a été le premier à se proclamer « philosophe » (p. 9) : un citoyen athénien qui a cherché des valeurs à la fois universelles et immuables, sans pour autant être ni un professeur ni un fabricant de système (p. 263). Être un philosophe, écrit Luc Brisson, « c’est soumettre à examen l’environnement culturel où on baigne, et s’interroger sur sa place dans un univers qu’il faut connaître pour y agir efficacement » (p. 265). À bien des égards, le titre structure tout le texte, sans toutefois en appauvrir ou réduire la diversité et la richesse.

Les premiers chapitres de l’ouvrage traitent surtout de la vie de Platon : la famille, la jeunesse, les rapports avec Socrate et son entourage, les voyages, la vie comme citoyen, son testament (p. 11-91). Selon toute vraisemblance, Platon n’était pas marié et n’avait pas de descendance.

Les autres chapitres traitent surtout de la pensée de Platon. Voici quelques idées clés de Platon, selon Luc Brisson :

  1. Les formes (ou idées) intelligibles sont des réalités véritables, immuables et absolument séparées du monde des corps, et dont les choses sensibles ne sont que les images (surtout p. 133 et 142). Par ailleurs, en associant les valeurs morales des formes intelligibles, Platon peut être considéré comme l’ancêtre du réalisme moral (p. 144-145).
  2. Surtout dans le Timée, Platon fut le premier à avoir tenté de réduire la complexité de l’univers à l’aide des mathématiques (p. 181-192). Ce projet de mathématisation de l’univers sera repris au 17e siècle par Galilée. Mais, à la différence du mécanisme et du positivisme, Platon ne cherchait pas « à d’écrire le monde dans le but d’y intervenir, mais pour trouver une solution au problème de la participation du sensible à l’intelligible » (p. 192).
  3. Concernant la pensée politique de Platon (voir la République et les Lois), Brisson est assez clair : la cité rationnelle sans conflit de Platon, est aussi une cité hautement autoritaire et hiérarchisée (p. 149-178). Pourtant, une des innovations positives proposées par ces dialogues de Platon est bien la place accordée à la femme dans la société (p. 176). Comme le constate Luc Brisson, même si les solutions proposées sont pour la plupart inapplicables ou même condamnables, « le diagnostic politique et social fait par Platon est étonnamment actuel » (p. 177).
  4. Finalement, la pensée de Platon est une pensée non-systématique (p. 233-243). Dans le chapitre « Une pensée non systématique» (voir aussi le chapitre sur l’originalité de Platon, « Platon est-il un plagiaire », p. 63-71), Luc Brisson s’attaque aux hypothèses des adhérents des doctrines non écrites de Platon (l’expression « ἄγραφα δόγματα » provient d’Aristote, Physique IV 2, 209b14-15), qui retrouvent dans le platonisme un système métaphysique fondé sur deux principes, l’Un et la Dyade indéfinie. Cette hypothèse (basée sur les témoignages d’Aristote et d’autres disciples de Platon, ainsi que par des philosophes postérieurs) a eu, au XXe siècle, deux centres académiques, Tübingen et Milan. Selon Luc Brisson, il ne s’agit là que « d’une extra-polation qui ne correspond pas à la réalité » (p. 235). En parlant du passage célèbre d’Aristoxène sur l’unique leçon publique de Platon, et qui portait le titre Sur le Bien, Luc Brisson accepte bien la vraisemblance d’une leçon publique sur la doctrine du Bien faite soit par Platon lui-même soit par un professionnel rémunéré ou non. Concernant maintenant le contenu de cette leçon, Luc Brisson se réfère aux les livres VI et VII de la République, selon lesquels « tout ce qui est bon dans la réalité remonte à la Forme du Bien qui, sur les autres Formes, jouit d’une prééminence absolue, sans pour autant devoir être considérée comme se trouvant au-delà de l’être et produisant toutes les autres réalités » (p. 236). Qui plus est, pour parvenir au Bien, le néophyte doit apprendre l’arithmétique, la géométrie, la stéréométrie, l’harmonique, l’astronomie, et enfin la dialectique (voir le tableau à la page 237).

Les deux derniers chapitres traitent de la transmission de l’œuvre et de l’héritage de Platon.

De lecture aisée mais bien documentée, de prix modique, cette nouvelle présentation de la vie et de l’œuvre de Platon mérite d’être lue par tous ceux qui aime la philosophie.

Adrian Mihai

Professeur assistant, Université de Cambridge

Citer cet article comme : Adrian Mihai, Platon. L’écrivain qui inventa la philosophie, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 14/05/2018, https://reainfo.hypotheses.org/11449.
Crédits image : première de couverture. © Les éditions du Cerf.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *