Urbs. Histoire de la ville de Rome, des origines à la mort d’Auguste

Grandazzi (A.), Urbs. Histoire de la ville de Rome, des origines à la mort d’Auguste, Paris. – Paris : Perrin, 2017. – 768 p. : bibliogr., index, carte. – ISBN : 978.2.2620.2880.0.

Dans cet ouvrage, récompensé par le prix Chateaubriand[1], Alexandre Grandazzi, professeur à l’Université Paris-Sorbonne, propose une histoire de la ville de Rome, depuis les premières fréquentations du site par des humains, à l’époque préhistorique, jusqu’à la mort d’Auguste, en 14 après J.-C. Suivant un plan strictement chronologique (vingt-deux chapitres répartis en trois parties : « Regnum : la ville royale », jusqu’en 509 av. J.-C. ; « Civitas : la ville libre », de 509 à 202 ; « Metropolis : la ville universelle » couvrant les deux derniers siècles avant notre ère), il fait le récit de la croissance d’une bourgade qui devient capitale du monde méditerranéen, jusqu’au moment où le premier empereur s’enorgueillit de la laisser en marbre après l’avoir trouvée en briques. Cette période, qui a laissé moins de monuments célèbres que l’époque impériale, est néanmoins décisive pour comprendre comment cette cité du Latium a fini par incarner la Ville par excellence. L’auteur cherche également à donner un autre regard sur l’histoire romaine, en montrant de quelle manière les grands événements et les structures politiques et sociales se traduisent matériellement dans l’espace urbain. Ainsi, écrit-il de manière évocatrice pour la période républicaine, « l’équivalent de ce qui serait pour un État moderne une constitution écrite, c’est précisément, pour Rome, cet agencement spatial et monumental de son hypercentre politique » (p. 301). L’histoire politique de Rome, ses institutions, sa puissance militaire, ses tensions internes se donnent à voir dans l’architecture et l’organisation de la Ville : telle est la thèse que défend Alexandre Grandazzi dans cet ouvrage.

Synthèse substantielle (768 pages, dont 640 de texte, auxquelles il faut ajouter 56 pages de notes en fin d’ouvrage, douze cartes, une orientation bibliographique, trois pages d’illustrations et un index général), ce livre est, malgré sa taille, un ouvrage de vulgarisation. L’auteur se propose de mettre à portée d’un public de non-spécialistes les résultats les plus récents de cette discipline qu’on appelle la topographie romaine, qui a été profondément renouvelée grâce à de nombreuses découvertes archéologiques depuis une trentaine d’années. Alexandre Grandazzi a ainsi réalisé un travail d’une ampleur colossale, qui lui a pris neuf ans et qui témoigne d’une connaissance intime de la ville de Rome ainsi que d’une fréquentation prolongée des archéologues et historiens, italiens comme étrangers, qui y travaillent. Le résultat est un livre passionnant qui, malgré quelques longueurs ici ou là, non seulement tiendra en haleine les passionnés d’histoire et les amoureux de Rome, mais fournira également une très bonne synthèse tant pour les étudiants que pour les chercheurs plus confirmés. Ainsi, la bibliographie finale, courte mais organisée de manière thématique, commentée et centrée sur les ouvrages et sites Internet de référence, constituera un outil de travail précieux pour qui entreprendra de mener des recherches sur la ville de Rome.

Afin de rendre l’histoire urbaine, très complexe, accessible à tous, Alexandre Grandazzi annonce dès son avant-propos qu’il ne multipliera pas inutilement les noms de personnages ou de lieux. Il traduit souvent les toponymes ou noms d’édifices que les spécialistes ont l’habitude d’utiliser en latin (le Circus Flaminius est appelé l’hippodrome flaminien, le macellum devient le Grand Marché, etc.). Il abuse parfois de formules certes suggestives, mais nécessairement anachroniques (« la nationalisation du Grand Autel », p. 285, par exemple). Le style est très soigné et l’auteur n’hésite pas, à de nombreuses reprises, à mettre en scène l’histoire qu’il raconte. Le chapitre sur la fondation romuléenne, par exemple, s’ouvre ainsi : « ce matin de printemps, le soc de bronze ouvre, lentement, un sillon » (p. 77).

L’auteur fait aussi le choix d’éclairer l’histoire de l’Urbs, surtout celle des premiers siècles, par des sciences connexes, telles que l’ethnologie, la linguistique, la psychologie sociale. Le prologue s’ouvre même par neuf pages – passionnantes ! – sur la formation géologique du site depuis plusieurs millions d’années. Cet éclairage géomorphologique n’est en rien gratuit : il permet de comprendre non seulement les contraintes auxquelles les Romains durent faire face pour aménager et exploiter ce site, mais aussi les matériaux qu’ils eurent à disposition pour bâtir leur Ville. Et il faut reconnaître que l’auteur sait amener au bon moment et présenter avec clarté les techniques de construction romaines, que les archéologues et historiens ont pris l’habitude de désigner par des termes latins (opus quadratum, opus caementicium, etc.) peu compréhensibles des non-spécialistes.

L’ouvrage est très bien informé des publications les plus récentes sur la ville de Rome. Ainsi, la description du Panthéon rend compte des résultats des dernières fouilles, qui ont complètement bouleversé notre connaissance de l’édifice construit par Agrippa : dès la construction originale, en 27 avant J.-C., le temple était pourvu d’une structure circulaire et était orienté vers le nord (donc vers le Mausolée d’Auguste), alors que les Modernes ont longtemps cru que cette disposition était une innovation d’Hadrien[2]. La volonté de mettre à disposition du grand public les derniers résultats de la recherche incite toutefois l’auteur à présenter comme acquises des hypothèses émises par les archéologues, telles que la localisation de la basilica Aemilia sur le côté oriental du forum, près du temple des Castors, et non sur le côté septentrional, comme le montrent tous les plans des guides touristiques et même ceux de nombreux ouvrages scientifiques[3]. L’ouvrage d’Alexandre Grandazzi constitue ainsi un état des lieux de l’état de la recherche sur la ville de Rome au moment de sa publication, en 2017.

Bien qu’ouvrage de synthèse et de vulgarisation, Urbs. Histoire de la ville de Rome n’est pas exempt d’un positionnement historiographique très marqué. Ainsi, on a coutume de dire que les historiens de la Rome archaïque se partagent entre d’un côté les « fidéistes », qui considèrent que le récit des Romains sur leurs origines est très proche de la réalité historique, même si le détail des événements est légendaire, et de l’autre les « hypercritiques », qui accordent un faible degré de fiabilité aux sources littéraires sur les premiers siècles de Rome[4]. Dans ce débat, Alexandre Grandazzi a depuis longtemps choisi son camp : il y a bien eu, selon lui, la fondation volontaire d’une cité sur le Palatin au milieu du VIIIe siècle (quoique le site fût déjà occupé par les hommes auparavant), par des individus qui l’ont dotée d’une muraille, même si leur chef ne s’appelait évidemment pas Romulus. De manière générale, toute la première partie de l’ouvrage se présente comme une attaque contre la prétendue « vulgate », établie dans la seconde moitié du XXe siècle, selon laquelle Rome ne deviendrait une cité pleine et entière qu’à partir du VIe siècle, c’est-à-dire à l’époque des rois étrusques. La thèse de l’auteur est qu’il faut remonter les dates traditionnellement admises de plus d’un siècle : dès la fin du VIIIe siècle av. J.-C., Rome fut volontairement aménagée par ses pouvoirs publics et rapidement bien plus peuplée que ses voisines ; une grande ville et une puissance majeure du Latium archaïque, en somme.

Si cette position a ses partisans, on pourrait regretter qu’elle soit présentée de manière trop assurée. Certes, Alexandre Grandazzi expose aussi la thèse qu’il entend contester, mais il considère que toutes les découvertes archéologiques des vingt dernières années sont univoques et confirment sa position ; le lecteur pourrait parfois souhaiter plus de nuance. Dans cette optique, certaines formules, qui témoignent bien de ce positionnement, sont parfois un peu malheureuses : par exemple, selon lui, Ostie fut bel et bien fondée à l’époque royale, comme le veut la légende qui l’attribue au roi Ancus Marcius, même si, convient-il (p. 131), « là non plus, l’archéologie n’a pas – pas encore – retrouvé les vestiges de cette Ostie royale »… Pour les périodes ultérieures, l’auteur adopte toujours un point de vue très moderniste. Ainsi, les transformations des IIIe et IIe siècles, qui voient Rome se doter d’une parure de temples et de nombreuses infrastructures utilitaires, ne sauraient être le fruit de seules initiatives individuelles, mais témoignent d’un « plan d’ensemble » inspiré par le Sénat, ce dernier étant doté d’une « stratégie globale », le tout aboutissant à « un nouvel urbanisme ». Là encore, cette vision de l’auteur est stimulante, mais on pourrait lui reprocher de ne pas évoquer les raisons tout aussi justifiées qu’ont de nombreux historiens de refuser des concepts largement marqués par les théories urbanistiques des XIXe-XXe siècles.

Si le choix d’une approche strictement chronologique donne parfois lieu à quelques longueurs, notamment dans la seconde partie, où la liste de tous les temples bâtis au IIIe siècle aurait peut-être mérité plus de synthèse (p. 317-337), il prend en revanche tout son sens à mesure qu’on approche de la fin de l’ouvrage. La signification des nombreuses restaurations menées par les aristocrates et les imperatores au cours des deux derniers siècles avant notre ère et celle des constructions nouvelles qui s’insèrent dans le tissu urbain déjà dense apparaissent alors clairement parce que, précisément, le lecteur connaît maintenant l’histoire antérieure de ces bâtiments ou de leurs emplacements. Ainsi, au fil de l’ouvrage, l’auteur construit un jeu subtil de dialogues et d’échos, qui permet de mettre en évidence de manière saisissante les implications idéologiques et politiques des transformations urbaines. Une formule revient souvent, sous la plume d’Alexandre Grandazzi, celle de « la Mémoire de la Ville », avec majuscules. Même si l’auteur ne prend jamais la peine de définir cette notion – ce qui aurait été possible, étant donnée l’abondante production récente des memory studies, en particulier dans l’historiographie anglo-saxonne et allemande[5] –, il met au grand jour la dimension de palimpseste de la ville de Rome pour les Anciens comme pour les Modernes. C’est là, à mon sens, l’un des principaux apports de cet ouvrage.

Un seul regret, toutefois : le manque de cartes et d’illustrations. Douze cartes très générales sont données en début d’ouvrage et cinq illustrations (une photo de mur et quatre monnaies) figurent en annexes à la fin. Même si l’on comprend la volonté de ne pas surcharger le livre de plans archéologiques complexes et difficilement lisibles, ainsi que les contraintes financières et éditoriales, il n’empêche que, bien souvent, le plan d’un quartier ou la restitution par le dessin d’un monument auraient permis de mieux comprendre les descriptions données par l’auteur. Ces réserves n’enlèvent rien aux qualités de cet ouvrage stimulant. Pour le grand public, il contribuera sans nul doute à une meilleure connaissance du site de Rome ; pour les historiens, il fournira une utile synthèse des recherches récentes sur la plupart des aspects de la Rome royale, républicaine et augustéenne ; enfin, par la multitude des correspondances qu’il permet entre les monuments, les acteurs et les époques, il ouvre même de nombreuses pistes pour des recherches futures.

Charles Davoine

Membre de l’École française de Rome

[1] Prix octroyé par le Conseil départemental des Hauts-de-Seine, depuis 1987, pour récompenser un ouvrage historique traitant de la période à laquelle vécut Chateaubriand ou d’un sujet abordé dans ses œuvres.

[2] Ces conclusions ont été permises par des fouilles menées en 1996-1997, mais ont été synthétisées et publiées très récemment par E. La Rocca, Il Pantheon di Agrippa, Rome, 2015.

[3] L’hypothèse a été formulée par E. M. Steinby (déjà dans  Arctos 21, 1987, p. 139-184, puis reprise récemment dans Lacus Iuturnae II, 1, Rome, 2012, p. 60-71, auquel renvoie A. Grandazzi). Précisons que le fait que la basilique située au nord du Forum ne soit pas appelée Aemilia à l’époque romaine est très probable, mais l’identification de pans de murs près du temple des Castors comme la véritable basilica Aemilia est présentée de manière prudente par E. M. Steinby elle-même.

[4] Remarquons au passage que cette terminologie a été forgée par A. Grandazzi lui-même, dans son ouvrage La Fondation de Rome. Réflexion sur l’histoire, Paris, Les Belles Lettres, 1991, p. 26-28.

[5] Pour n’en citer qu’un exemple, le volume collectif dirigé par K. Galinsky (éd.), Memoria Romana: memory in Rome and Rome in memory, Ann Arbor, 2014.

À lire dans la R.E.A. :

Boyancé (P.), « Le culte de Cérès à Rome », R.E.A. 61-1/2, 1959, p. 111-120.

Citer cet article comme : Charles Davoine, Urbs. Histoire de la ville de Rome, des origines à la mort d’Auguste, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 02/06/2018, https://reainfo.hypotheses.org/11482.
Crédits image : première de couverture. © Éditions Perrin.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.