Commentaire du film « Un jour de 79 : la destruction de Pompéi »

Le documentaire « Un jour de 79 : la destruction de Pompéi » proposé par Arte s’inscrit dans une série de documentaires courts (29 minutes) racontés par l’historien Patrick Boucheron, intitulée « Quand l’histoire fait dates ». Cette série de films documentaires a pour projet de revenir sur une date marquante de l’Histoire mondiale et tente d’expliquer l’objectif, « accéder à un passé disparu » et les sources – ainsi que leurs biais – de l’historien. Ce documentaire fait la part belle aux recherches récentes sur Pompéi mais il n’est pas exempt d’inexactitudes. À travers le site de Pompéi est décrit une autre histoire, celle des débuts de l’archéologie et de la construction d’un « imaginaire du monde romain ».

Le documentaire part d’un constat simple : Pompéi est dans notre inconscient collectif l’archétype d’une ville romaine, diffusé par un roman « Les derniers jours de Pompéi » d’Edward Bulwer-Lytton en 1834, qui sera très souvent adapté en film. Patrick Boucheron tente d’expliquer la construction de cette image mentale et de la déconstruire. Ce documentaire varie des habituelles restitutions « folklorisées » comme les appelle le commentateur, dramatisées aussi, ou idéalisées, et comme si Pompéi était une ville romaine comme les autres. Il nous est rappelé opportunément que Pompéi n’est devenue ville romaine qu’en 89 avant J.-C., qu’elle a un passé grec, étrusque et que ses habitants étaient des Samnites, parlant une autre langue, l’osque. Il ne s’agit donc pas d’un peuple imaginaire et il faut lutter contre l’effet « carte postale ». Ville moyenne certes, mais qui n’avait pas 12 000 habitants comme le répète le commentateur, car pour donner ce chiffre on s’est basé sur le nombre de places de l’amphithéâtre, dont on sait qu’il accueillait les habitants des cités voisines. Il est d’ailleurs question de la fameuse rixe de l’amphithéâtre, en 59 après J.-C., entre les Pompéiens et les habitants de Nocera, représentée sur une peinture murale, où  il y eu des morts et des blessés. Il ne s’agit donc pas d’une émeute à proprement parler.

Patrick Boucheron revient sur les événements de la catastrophe de Pompéi et sur sa redécouverte au milieu du XVIIIe siècle. Est-ce que Pompéi a été foudroyée en 36 heures ? Il semble que si l’on prend en compte le récit de Pline le Jeune de la catastrophe, le phénomène atteint les villes voisines, après Pompéi, dont Herculanum et Stabies, sur la plage de laquelle Pline l’Ancien mourra 24 heures après son départ du cap Misène pour aller observer de près ce phénomène alors inconnu.

Dans ce documentaire, il est fait un effort pour présenter les nouvelles avancées de la recherche. Ainsi la question controversée de la date exacte de l’éruption du Vésuve est évoquée. C’est à la demande de l’historien Tacite, que Pline le Jeune a rapporté le témoignage de ceux qui accompagnaient son oncle Pline l’Ancien. On croyait savoir que la catastrophe était advenue le 9e jour avant les kalendes de septembre, soit le 24 août, aux environs de la 7e heure selon les manuscrits anciens de cette lettre. En fait, des recherches très récentes permettraient d’affirmer que la catastrophe aurait eu lieu le 24 octobre 79, en raison de toute une série d’observations très précises, mais parfois discutables et discutées et que ne détaille pas le commentateur. D’autres témoignages sont à prendre en compte, comme celui de Dion Cassius qui affirme que l’événement s’est produit  « kat auto to Phthinoporon », durant l’automne avancé, ou selon d’autres traducteurs, au début de l’automne, or l’automne dans le calendrier romain se situe entre le 8 août et le 11 novembre.

En revanche, le documentaire signale qu’on a observé beaucoup de fruits d’automne à Pompéi : noix, figues, châtaignes, pruneaux, grenades et même des sorbes qui se récoltent encore non mûres entre septembre et octobre, mais le documentaire ne les montre pas (fig. 1). Certains ont pensé que les noix pouvaient être de l’année précédente, mais des noix fraîches, avec leur enveloppe, ont été trouvées près d’un local destiné à l’artisanat textile. On a alors rétorqué qu’elles n’étaient peut-être pas mûres et récoltées pour leur brou utilisé pour teinter des tissus. La controverse n’est donc pas illustrée comme elle pourrait l’être.

Fig. 1 : Amandes trouvées à Herculanum (cliché Alix Barbet)

Des amandes et des grenades, dont 10 quintaux en quatre couches mêlées à de la paille pour les conserver ont été trouvées dans la villa de L. Crassius Tertius d’Oplontis, tout près de Pompéi (fig. 2). Or les grenades se récoltent entre fin septembre et octobre, avant les pluies et sont stockées pour mûrir dans un lieu couvert. Mais on a observé que les tiges des grenades étaient tordues, procédé utilisé pour retarder la maturation des fruits, qui aurait pu être ramassés en plein été ? Le chanvre destiné aux semences était déjà récolté, mais on a encore objecté qu’il pouvait s’agir de restes de l’année précédente. C’est le même argument qui est repris pour d’autres fruits. Le grand pompéianiste August Mau, suggère que les châtaignes… étaient d’importation ; or des analyses palynologiques ont prouvé qu’il s’agit bien de châtaignes locales. Des noisettes débarrassées de leur coque ont été trouvées dans des récipients, préparées pour l’hiver. L’énorme quantité de figues trouvées en peu partout, et souvent enfermées dans des vases, plaident pour une récolte de l’année 79, mais la récolte des figues peut se faire assez tôt en été.

Fig. 2 : Grenades trouvées dans une des villas d’Oplontis (cliché Alix Barbet)

Par chance, Ruggiero, architecte et directeur de Pompéi, a retrouvé dans les fouilles de Porta Stabiana, quelques années plus tard, le tronc d’un laurier avec feuilles et baies, qui ont pu être moulés et conservés (fig. 3). D’après le botaniste Fortunato Pasquale, elles ne peuvent venir à maturité avant la fin de l’automne. Le problème est de savoir si ces fruits étaient déjà mûrs, ils ne sont pas tombés, ils ont résisté à l’éruption. Le long de la piscine de la villa San Marco à Stabies, on a trouvé non seulement les empreintes des platanes centenaires qui y avaient été planté et qu’on a pu mouler, mais aussi des empreintes de feuilles (fig. 4). Les feuilles tombent progressivement à l’automne et sont encore présentes à mi-octobre, comme les nouveaux platanes plantés depuis le démontrent et il ne s’agit pas de feuilles mortes comme nous le dit le commentateur.

Fig. 3 : Laurier et baies moulé
Fig. 4 : Moulage des platanes de la villa San Marco à Stabies et platane moderne planté (cliché Alix Barbet)

Surtout on a la preuve que les vendanges étaient terminées, il y avait de la lie et des pépins de raisins et les grands récipients en terre cuite, les dolia, enterrés dans les celliers, étaient pleins et scellés dans la villa de la Pisanella à Boscoreale (fig. 5), de même dans celle de la villa Regina. Les textes des agronomes antiques, comme Columelle, mais aussi Pline l’Ancien, précisent que les vendanges commençaient à l’équinoxe d’automne (21 septembre) pour se terminer au coucher des Pléiades (11 novembre). On pourrait objecter que le vin scellé était d’une vendange précédente. Une tablette de cire d’un contrat entre deux personnages prouve qu’il était d’usage de vider les dolia, pour les vendanges à venir aux ides d’août, c’est à dire avant le 13 août, pour pouvoir les enduire de poix. Si l’éruption avait eu lieu le 24 août, les dolia auraient été trouvés vides, en cours de préparation pour la prochaine vendange. Dans une petite exploitation de 18 dolia seulement dans la villa Regina, on n’imagine pas qu’on ait laissé le vin vieillir, d’autant qu’on aurait eu du mal à trouver de la place pour la vendange imminente. Dans la villa de Terzigno, où un laraire exceptionnel a été découvert, on a trouvé des grappes de raisin fraîches (fig. 6). Certains ont alors proposé d’y voir les résidus de pressoir, on a aussi parlé de vendanges précoces, pour fabriquer le fameux verjus, mais il pourrait s’agir de raisins mûrs récoltés normalement en automne.

Fig. 5 : Boscoreale, villa de la Pisanella, cellier aux dolia remplis de la dernière vendange (cliché Alix Barbet)
Fig. 6 : Villa de Terzigno, le laraire où les grappes de raisin ont été trouvées (cliché Alix Barbet)

Il y avait des braseros dans les maisons, parfaitement inutiles en pleine chaleur du mois d’août. M. Ruggieri, en 1875, compte 50 braseros, dont certains à côté de casseroles qui indiquent qu’ils servaient aussi bien pour se chauffer que pour faire la cuisine. Dans la maison dite du Moraliste, il y avait effectivement un récipient au-dessus du brasero, dans le triclinium. Certains braseros ont été trouvés dans des lieux ouverts, un atrium ou un péristyle, car ils étaient transportés à la fin de la nuit en dehors des pièces d’habitat pour éviter les émanations toxiques d’oxyde de carbone, mortel pour l’homme. On a objecté qu’en milieu de journée, au moment de l’éruption, ces braseros étaient toujours hors d’usage donc ? À ce petit jeu des renvois d’arguments on pourrait dire qu’ils étaient mis en service qu’en fin d’après-midi lorsque le froid d’automne se fait sentir ! Certains fuyards portaient de gros vêtements. La remarque ne nous semble pas déterminante car, vu les circonstances, les fuyards emportaient peut-être de bons vêtements pour la route. En 1984, à Herculanum, on a trouvé des traces d’un béret en fourrure sur un squelette, là encore on a fait observer que c’était peut-être pour se protéger de la chute des pierres (cf. lettre de Pline le jeune). À noter qu’une équipe a entrepris en 2016 d’analyser les traces de vêtements sur les moulages des corps des victimes, dont nous espérons avoir des résultats intéressants. Des traces d’une couverture de laine ont été trouvées dans un berceau, avec le squelette du bébé, à Herculanum, et on peut penser qu’en plein été une telle couverture serait aberrante, mais elle pouvait avoir servi de matelas. Rappelons qu’on couvrait beaucoup plus les bébés autrefois, ils étaient bien emmaillotés, selon une habitude qui a duré des siècles.

En résumé, il y a de la résistance chez certains « pompéianistes», et deux camps s’affrontent encore avec passion, il aurait été intéressant de donner plus de place à ce problème, d’autant que le titre du documentaire est justement « un jour de 79 ».

Faut-il faire plus confiance aux textes qu’aux preuves archéologiques ? La question est posée et le documentaire nous donne à voir ces preuves qui s’accumulent et qui font de Pompéi une ville « singulière ». On y parle de la quantité de graffitis et d’annonces électorales, car on était en attente des élections ; on note les réparations qui ont été faites après le tremblement de terre de 62 après J.-C., dans les maisons lézardées, mais l’exemple choisi de la maison des Chastes Amants est à mieux expliciter qui était en transformation. La deuxième image montrée est celle de la maison voisine dite des Peintres au travail, où justement les fresques étaient en cours, abandonnées précipitamment par les peintres qui ont laissé leurs pots de pigments, à cause de l’éruption ; il ne s’agit pas d’une restauration, mais d’un nouveau programme décoratif (fig. 7-8).

Fig. 7 : Pompéi, maison des Peintres au travail, candélabre terminé (cliché Alix Barbet)
Fig. 8 : Pompéi, maison des Peintres au travail, fresque en cours, candélabre juste dessiné (cliché Alix Barbet)

Enfin, une équipe d’archéologues français est consultée, qui fouille les tombes de la Porta Nocera. Son directeur, William Van Andringa, explique qu’on peut retrouver la richesse des comportements humains à travers les rituels qui sont découverts, on sort des représentations figées par des témoignages de la vie réelle, comme ce tombeau d’une affranchie Verania Clara, qui contient deux stèles, l’une à son nom, l’autre au fils de son maître ; il y a bien deux tombes mais aucune squelette dans celle de Verania Clara ; les deux squelettes retrouvés dans la seule tombe de Caius Veranius Rufus sont ceux d’un homme et d’une femme et on supposera alors une histoire d’amour avec l’affranchie et le fils de son ancien maître. Mais n’est-ce pas renouer avec le roman historique ? Nous laisserons le spectateur conclure sur cet aperçu de la fin dramatique de Pompéi et des villes autour du Vésuve.

Alix Barbet

Directrice de recherches honoraire, C.N.R.S.

À lire dans la R.E.A. :

Étienne (R.), Mayet (Fr.) « Le garum à  Pompéi. Production et commerce »R.E.A. 100-1/2, 1998, p. 199-215.

Citer cet article comme : Alix Barbet, Commentaire du film « Un jour de 79 : la destruction de Pompéi », in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 12/04/2018, https://reainfo.hypotheses.org/11519.
Crédits image : image en en-tête. © Arte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *