Histoire dessinée de la France. Tome 2 : L’enquête gauloise. De Massilia à Jules César

Brunaux (J.-L.), Nicoby, Histoire dessinée de la France. Tome 2 : L’enquête gauloise. De Massilia à Jules César. – Paris : La Découverte, 2017. – ISBN : 979.10.92530.41.4.

L’enquête gauloise, composée de cases et de planches, n’est pas exactement une « bande dessinée » mais une « histoire dessinée », comme cela est mentionné sur la couverture. Il s’agit du deuxième titre de la série « L’histoire dessinée de la France », après La balade nationale, qui a reçu un accueil enthousiaste et mérité. Partant du même principe, un dessinateur, Nicoby, fait équipe avec un historien, Jean-Louis Brunaux, spécialiste incontesté de la période gauloise. Alors que le premier tome était constitué de deux parties distinctes, l’une consacrée à la BD, l’autre reprenant de façon plus développée les aspects historiographiques, le deuxième volume est plus découpé. Il est composé de six chapitres, signalés par des couleurs différentes, dans lesquels alternent des planches de bande dessinée et des pages informatives, signalées par des hachures. L’inconvénient de cette présentation est d’interrompre le récit, qui semble davantage être un prétexte à présenter des connaissances historiques qu’une réelle fiction, comme cela était le cas dans le premier tome.

L’atout de cet ouvrage réside dans son approche historiographique renouvelée de la question gauloise. Il s’agit à la fois d’une véritable vulgarisation des connaissances, dans le meilleur sens du terme, accessible à des néophytes, et de mises au point scientifiques, solides et bien documentées.

Dès le premier chapitre, il est question des stéréotypes habituels concernant les Gaulois, l’objectif étant d’en finir avec les caricatures. Mais peut-on en finir avec Astérix ? Les articles proposés ces dernières années dans des revues grand public, s’appuient toujours sur les célèbres vignettes de la bande dessinée pour les dénoncer. Nicoby, qui joue son propre rôle dans l’ouvrage, avoue avec humour son attachement à la célèbre BD et confesse dès la première page qu’elle est son unique source de connaissance sur le sujet. D’ailleurs le dessinateur a donné à César des traits très proches de ceux de la bande dessinée Astérix le Gaulois. S’agit-il d’un parti pris, d’une référence volontaire au célébrissime dessinateur ou d’une influence inconsciente, tant Uderzo a contribué à diffuser une image de César, davantage même que les portraits antiques ? Quant aux autres Gaulois, ils ont aussi un air de famille avec ceux d’Astérix. Cependant, pour représenter les éléments de leur cadre de vie, Nicoby a intégré les apports récents de l’archéologie.

L’ouvrage est ensuite découpé en thèmes : la place de la Guerre des Gaules, la religion, les guerriers gaulois, l’artisanat, la question des sources. Jean-Louis Brunaux, spécialiste de la question, réalise, à travers les dialogues des personnages, un travail d’enquête sur la documentation dont disposent les historiens. Outre les données de l’’archéologie, il s’appuie sur les textes des auteurs grecs et romains : Diodore de Sicile, Strabon, Pline l’ancien, et surtout César et Poseidonios d’Apamée, auxquels les auteurs distribuent un rôle dans ce récit dessiné de l’histoire gauloise.

La statue de Vercingétorix réalisée par Millet, élevée à Alise-Sainte-Reine, constitue la porte d’entrée du dernier chapitre, au titre quelque peu provocateur « La guerre des Gaules n’a pas eu lieu ». Jean-Louis Brunaux y expose une interprétation plus personnelle que pour les chapitres précédents de la conquête des Gaules. Il présente Vercingétorix, non tel un héros comme c’était le cas à l’époque où fut érigée la statue, mais comme un jeune noble impatient d’accéder à un pouvoir que lui aurait promis César. Une fois encore les personnages représentant les deux auteurs arpentent la carte des Gaules, parcourent les paysages antiques, ici Alésia assiégée, avec les interventions de personnages historiques, avant de revenir aux paysages contemporains.

L’intérêt de la série réside dans cette circulation à travers les époques, qu’il est parfois difficile à suivre dans ce volume. Les auteurs se trouvent parfois transposés dans une ferme gauloise, après avoir abusé de vin, alors qu’à d’autres moments ce sont les personnages antiques, tels César ou Poseidonios, qui s’invitent à une séance de dédicace contemporaine, donnant l’occasion de quelques retours à l’époque antique. Ce sont parfois Cicéron et le chef des Éduens Diviciac qui parcourent notre présent et des chantiers de fouilles archéologiques. Certaines planches sont un peu bavardes ou didactiques, avec de grandes frises chronologiques. Le personnage de Jean-Louis Brunaux y adopte un ton professoral (ton qui conviendrait davantage aux pages « informatives »), pour répondre au candide Nicoby, le seul décor de leurs échanges se limitant alors à des cartes de l’Europe de l’Ouest. En laissant davantage la parole aux personnages historiques, avec le plaisir d’une vraie fiction, L’Enquête gauloise aurait été aussi captivante que le premier tome.

Malgré ces quelques critiques, ce volume poursuit la belle entreprise de La balade nationale en proposant une historiographie renouvelée de l’époque gauloise, nécessaire et salutaire, accessible et intéressante pour tous.

Aurélie Rodes

Professeure d’histoire-géographie, docteure en science de l’Antiquité

À lire dans la R.E.A. :

Porte (F.), « Frumentum commeatusque : l’alimentation des légions romaines en campagne au Ier siècle avant J.-C. »R.E.A. 119-2, 2017, p. 521-584.

Citer cet article comme : Aurélie Rodes, Histoire dessinée de la France. Tome 2 : L’enquête gauloise. De Massilia à Jules César, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 28/05/2018, https://reainfo.hypotheses.org/11546.
Crédits image : première de couverture. © La Découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.