Du bon usage des manuels scolaires pour étudier la réception de l’Antiquité

Le carnet de recherche de la Revue des Études Anciennes a invité Aurélie Rodes, docteure en histoire, professeure au collège Michelet à Toulouse et formatrice, pour une conférence lundi 26 février 2018 à 18h (salle Jean Borde de la Maison des Sciences de l’Homme (MSHA).

Pour étudier la façon dont l’histoire romaine a été enseignée au collège, en France, entre 1880 et nos jours, les manuels scolaires sont des sources relativement faciles d’accès. L’inventaire de l’iconographie utilisée, des documents antiques et pédagogiques choisis par les auteurs de manuels, leurs partis-pris exprimés dans les textes et les préfaces sont des témoins de la réception de l’histoire romaine pendant plus d’un siècle. Mais les leçons d’histoire romaine, telles qu’elles ont été prescrites dans les programmes officiels et traduites dans les manuels scolaires, ne donnent qu’une vision partielle de ce qui a réellement été enseigné. Les cahiers d’élèves, plus rarement utilisés par les chercheurs, sont également utiles pour envisager comment la guerre des Gaules, en particulier, a été présentée aux élèves de l’enseignement secondaire.

Les leçons d’histoire ancienne doivent être observées au regard de l’histoire politique de la France d’une part et des liens avec la recherche universitaire d’autre part, notamment à travers le rôle qu’ont pu jouer quelques antiquisants comme Victor Duruy, Jules Toutain, Jérôme Carcopino ou encore Joël Le Gall.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.