L’ABCdaire de la mythologie

Thiès (P.), L’ABCdaire de la mythologie. – Paris : Flammarion Jeunesse, 2018. – (Castordoc). – ISBN : 978.2.0814.1227.9.

L’auteur jeunesse Paul Thiès s’essaye à la mythologie gréco-latine avec un livre exhaustif et détaillé sur les personnages de la Grèce antique. Organisé de manière alphabétique, il comporte plus de 88 entrées principales centrées sur les dieux, héros et monstres. Qu’en est-il alors, tant de la forme que du fond ?

Le graphisme, volontiers minimaliste, ne représente que rarement les personnages des mythes ou leurs attributs. Il s’attache davantage à des détails significatifs : le fil d’Ariane, le foudre de Zeus, le navire magique des Argonautes. Le tout est très stylisé et agréable à l’œil. Il y a un véritable travail sur la police des textes pour des résultats souvent forts à propos comme pour la malédiction d’Apollon sur Cassandre ou la devinette du Sphinx : la taille de certains mots, les retraits à la ligne, les nuances de couleurs… Les textes sont formés de courts paragraphes et phrases, agréables à lire et qui ont une vraie vertu pédagogique. Certains effets sont cependant trop exagérés comme pour le gigantisme de quelques titres qui gêne la lecture.

Le véritable problème de cet ouvrage tient, en fait, au fond de son discours. Celui-ci, sous couvert du terme « mythologie », ne renvoie en fait qu’à celle grecque. Les apports romains sont relégués à des parenthèses pour les noms latins ou à des petites notes sur les côtés. Les Métamorphoses d’Ovide sont à peine citées ainsi que L’Âne d’or d’Apulée pour l’épisode d’Éros et Psyché. D’ailleurs, l’auteur n’explique à aucun moment que la mythologie gréco-latine est multiple et que de nombreuses sources coexistent depuis l’Antiquité jusqu’à aujourd’hui.

Mais surtout les textes sont remplis de dizaines et dizaines d’erreurs, d’oublis et d’approximations plus ou moins grossières sur les mythes qu’ils traitent. Parmi elles, celles où nous avons du mal à être indulgent :

– Scylla est un monstre avec des têtes de chien, et non un rocher (p. 23) ;

– L’auteur ne différencie pas Kronos, le titan, de Chronos, la personnalisation du temps (p. 28, 34 et 71) ;

– Ce n’est pas Héra qui transforme Io en génisse mais bien Zeus (p. 48 et 50) ;

– Médée n’a jamais tué son père mais « seulement » son frère (p. 56).

Ces erreurs sont accentuées par le fait que la plupart des mythes sont réexpliqués au sein d’autres entrées de l’ABCdaire. C’est d’autant plus regrettable que de nombreux épisodes, peu connus, sont eux bien traités comme les personnages d’Hélénos, Iris et Hésione. Quelques focus sont également les bienvenus avec des développements très enrichissants sur le théâtre antique ou la notion de « destin ».

Aussi, si ce petit ouvrage reste agréable à consulter pour certains sujets, on peut véritablement se demander si la maison d’édition a effectué une relecture sérieuse du corps du texte auprès de quelques spécialistes. De nos jours, nous sommes dans une publication accrue d’ouvrages de vulgarisation de ce type et il semblerait que la qualité commence malheureusement à en pâtir sérieusement.

Cyrille Ballaguy

Docteur en muséologie, Université de Lille

Citer cet article comme : Cyrille Ballaguy, L’ABCdaire de la mythologie, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 10/09/2018, https://reainfo.hypotheses.org/11570.
Crédits image : première de couverture. © Flammarion jeunesse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.