Érudition et vulgarisation scientifique. Notes critiques sur « 13 juin -323 : mort d’Alexandre le Grand » (Patrick Boucheron/Arte)

Parmi les dix dates qui jalonnent le parcours qu’il a défini dans une série de documentaires intitulée « Quand l’histoire fait dates », Patrick Boucheron a choisi d’introduire son propos avec « 13 juin -323 : mort d’Alexandre le Grand », où il est question, prioritairement, de la conquête et de celui qui l’a conduite, mais aussi des lendemains de sa disparition vus surtout à travers Ptolémée et l’Égypte. Hors l’insertion de courts fragments d’interview (ici d’Anne-Emmanuelle Veïsse, une experte de l’Égypte lagide), l’auteur a pris le parti de travailler seul, sans solliciter la collaboration organique d’un·e spécialiste du champ[1]. L’entreprise ne manque pas de hardiesse et de panache, mais elle comporte également ses risques (je ne doute pas que l’auteur les a pesés), puisque, au départ, P. Boucheron n’est familier ni de la documentation, ni de la bibliographie, ni de la problématique des recherches sur Alexandre et son temps. Incontestablement, le verbe est délié et souvent charmeur, la forme aérée voire ludique, le ton vif et entraînant, ponctué de formules-chocs que l’auteur affectionne, et on se laisse aisément porter jusqu’au dernier plan, grâce aussi à une belle iconographie en mouvement. Sur ce point, la gageure est tenue. Reste une question de méthode, que le film pose aux praticiens et praticiennes de l’histoire et à leurs lectrices et lecteurs, celle de la vulgarisation scientifique, c’est-à-dire : comment rendre accessible et compréhensible au plus grand nombre l’état actuel des réflexions historiennes sur le monde d’Alexandre et de Darius, de telle façon que, solidement présente à l’arrière-plan, comme par transparence, l’érudition ne soit pas un bavard appendice de bas de page, mais bien plutôt un silencieux point d’appui ?

Le spectateur est guidé par des rappels narratifs situés à deux moments du film, agrémentés de schémas animés, qui lui permettent de se situer dans l’espace-temps, du moins partiellement, car en fait, après Gaugamèles et la chute de Babylone (automne 331), le récit se fait haché et sélectif. Les grandes résidences royales (Suse, Persépolis, Pasargades, Ecbatane) et leur chute devant le conquérant (331/330) sont totalement oubliées (hormis une digression excentrée sur le tombeau de Cyrus). Ce que P. Boucheron appelle la troisième phase du projet macédonien (329-325) est présentée si rapidement qu’elle perd beaucoup de sa lisibilité : on ne sait rien des difficultés rencontrées en Sogdiane-Bactriane ; pourtant chargé de sens pour l’avenir, le mariage avec Roxane n’est pas cité ; le retour par le golfe Persique est totalement passé sous silence. Pour des raisons qui ne sont pas explicitées (place donnée à l’Égypte ?), l’essentiel du récit et des explications est concentré sur la période qui va du débarquement (printemps 334) à la chute de Babylone (novembre 331). Bien entendu, l’exercice ne requiert pas d’exhaustivité narrative, à ceci près que les campagnes des années 330-325 revêtent des caractéristiques très spécifiques, qui ne sont pas réductibles à la rencontre avec le roi indien Poros, brièvement évoquée à travers une séquence éléphantesque du film Sikandar (1941), que le réalisateur indien Sohrab Modi a en réalité entièrement empruntée au film Scipione l’Africano (1937) réalisé par Carmine Gallone sur commande de Mussolini.

Le récit est gâté par de troublantes imprécisions chronologiques. La visite d’Alexandre au tombeau d’Achille à Ilion/Troie ne se situe pas en 331 (Alexandre se déplace alors entre Égypte et Mésopotamie) mais en 334 (au lendemain du débarquement). Infiniment plus gênant : dans les premières minutes du film, P. Boucheron entend révéler quelle est la vraie date de la mort d’Alexandre, c’est-à-dire, selon lui, le 13 juin 323. Il affirme et réaffirme avec autorité « que c’est une des rares dates précises de l’Antiquité grecque, la seule dans toute l’histoire d’Alexandre à être précise au jour près ». Double erreur et approximation : grâce en particulier aux ressources de l’épigraphie, nous avons bien d’autres dates absolument sûres dans l’Antiquité, y compris au cours de la carrière d’Alexandre, par exemple la date de la bataille de Gaugamèles (1er octobre 331), établie grâce au croisement entre les sources classiques et une tablette babylonienne (fig. 1). Quant à la mort d’Alexandre, on sait depuis longtemps (1962) que la date du 13 juin n’est pas correcte : elle a été rectifiée grâce à une autre tablette babylonienne, datée de « l’an 1 du roi Philippe » (demi-frère et successeur d’Alexandre), où figure la sèche mention chronologique suivante : « Le 29e jour [du mois] le roi est mort » : ce par quoi il faut entendre qu’Alexandre est mort dans la nuit du 10 au 11 juin 323, peut-être au petit matin du 11. Assez curieusement (pour le moins), P. Boucheron évoque cette tablette (sans en présenter le contexte), mais c’est pour assurer, de manière erronée, qu’elle fonde la date du 13 juin. Bien entendu, qu’Alexandre soit mort le 13 juin ou dans la nuit du 10 au 11 ne change rien à la perspective historique. Néanmoins, dans le contexte d’une émission où l’Histoire « fait dates », une telle approximation fait désordre, et elle suscite des doutes sur le processus de collecte de l’information.

Fig. 1. Tablette astronomique babylonienne qui porte mention de la bataille de Gaugamèles (1er octobre 331) et de l’entrée des Macédoniens à Babylone en novembre de la même année : http://www.livius.org/pictures/a/tablets/astronomical-diary-mentioning-gaugamela/

Les remarques qui précèdent vont au-delà de la simple mise en évidence d’erreurs factuelles. La chute du commentaire interroge : « Au fond vient cette idée que, d’Alexandre, on ne sait rien, sinon les rêves qu’il a formés et ceux-là mêmes qu’il a suscités ». Cette déclaration répond à celle qui introduit le sujet proprement dit, à savoir que, dès la mort d’Alexandre, « la légende est plus forte que l’histoire ». Et P. Boucheron de poser ce qu’il pense être le dilemme des historiens : « Que faire d’une histoire qui est presque indissociable de son mythe ? », et de répondre qu’ils/elles doivent « prendre et comprendre cette part de rêve ». Il est vrai que l’histoire des réceptions et instrumentalisations du personnage est un domaine à part entière, qui au demeurant, n’est pas réductible à ce qu’il est convenu d’appeler le Roman d’Alexandre (introduit dans une longue séquence). Trompeuse, l’appellation cache une prodigieuse diversité narrative et sémiologique, de la Malaisie à l’Islande, y compris à l’intérieur d’une même aire culturelle (à titre d’exemple, il n’y a pas un Iskender persan, mais plusieurs).

On comprend bien qu’il subsiste beaucoup d’incertitudes dans la reconstitution historique, en raison même des contradictions et lacunes des sources gréco-romaines. Le problème est que l’état des dossiers documentaires n’est jamais présenté ni évalué, ni leur évolution spectaculaire au cours des quarante dernières années. Jointe à d’autres textes babyloniens, et à la documentation hiéroglyphique, démotique, et à la documentation araméenne (fig. 2), sans oublier la documentation numismatique, et la documentation archéologique et épigraphique macédonienne, l’une des tablettes babyloniennes que je viens de citer (fig. 1), par exemple, aurait pu permettre d’ouvrir les yeux des auditeurs sur ce que l’on sait aujourd’hui, et que l’on ne savait pas hier. Lorsqu’il est dit par exemple (à la suite d’Arrien et d’autres auteurs antiques) qu’Alexandre entra à Babylone « sans combattre », il aurait fallu indiquer que l’examen de la documentation babylonienne permettait d’apporter des informations nouvelles de première importance sur les échanges et négociations qui eurent lieu entre Alexandre et les autorités babyloniennes entre la bataille de Gaugamèles et l’entrée à Babylone.

Fig. 2 : Recto d’un document araméen provenant de Bactriane et daté du 15 du mois de Sivan de l’an 7 d’Alexandre, enregistrant, sur le modèle achéménide toujours en vigueur, le versement de rations alimentaires à une série de groupes de travailleurs de l’administration. (J.Naveh-S. Shaked, Aramaic documents from Ancient Bactria (2102), document C4).

L’interprétation se trouve parmi d’autres, dont on pouvait penser qu’elles avaient fait leur temps. On ne comprend pas que soit reprise, comme allant de soi, la vision développée par Plutarque et chère à l’historiographie coloniale (antique et contemporaine), selon laquelle « en bien des endroits, Alexandre n’apparaît pas comme un conquérant, mais comme un libérateur ». P. Boucheron assure, tout à fait justement, qu’Alexandre a su utiliser les pouvoirs locaux pour mieux les investir, en d’autres termes qu’il était aussi un homme politique. Pour autant, l’expédition d’Alexandre n’est pas assimilable à une simple « progression virale » hors-sol. Contrairement à ce qui est dit avec une assurance qu’on ne s’explique pas, il s’agit bien d’une conquête militaire au plein sens du terme, scandée de batailles rangées, de sièges et d’embuscades, accompagnée de résistances, de massacres, de destructions et de pillages, et fondée sur une logistique nourrie des propres réserves logistiques de l’ennemi. C’est l’établissement d’un rapport de forces qui explique le ralliement d’élites perses et iraniennes à la suite de négociations serrées, et non pas simplement l’effet irrésistible de la « séduction » du héros. Les différents épisodes doivent être également situés avec précision dans la diachronie, gravement absente ici. Les mariages de Suse (324) sont évoqués, mais c’est simplifier les choses à l’excès que de dire qu’en épousant une fille de Darius, « Alexandre se fait lui-même souverain achéménide ». Même remarque sur le ralliement des élites locales. Lorsque l’auteur entend faire de la visite à Siwah la base de « la légitimité  pharaonique d’Alexandre », il aurait fallu pour le moins faire état des grandes incertitudes documentaires et interprétatives, plutôt que de vouloir résoudre en deux phrases un problème dont (nous dit l’auteur) « les historiens n’ont pas toujours compris » les tenants et les aboutissants. Une approche documentée de la politique achéménide en Égypte (les Grands rois étaient eux aussi pharaons [fig. 3]) aurait permis de remettre en perspective la « nouveauté » attribuée sans discussion à celle qu’Alexandre y appliqua à son tour (fig. 4). Non, le Macédonien ne fut pas « le restaurateur de l’ordre pharaonique » – sauf à précipiter les pharaons indépendants des années 404-343 et le pharaon rebelle Khabbabash (vers 336/5) dans les oubliettes de l’histoire.

Fig. 3. Ostrakon démotique d’Ayn Manawîr portant accord entre deux habitants du village ; ainsi daté : « En l’an 16, mois d’Epeiph du pharaon v.p.s. Darius (II) », soit 29 septembre – 28 octobre 408 : http://www.achemenet.com/fr/item/?/sources-textuelles/textes-par-regions/egypte/ayn-manawir/ostraca-d-ayn-manawir/1570596

 

 

 

 

 

Fig. 4. Stèle inscrite en hiéroglyphique d’un taureau Bouchis né sous Darius III (« roi de [Haute] et Basse Égypte, Darius vivant éternellement »), et enterré en l’an 4 d’Alexandre (328/7), qui lui présente deux vases rituels( British Museum EA1697).

Le plus frappant, c’est que, suivant en cela une ligne très traditionnelle (qui est aussi celle des Alexandres d’Hollywood), P. Boucheron traite d’Alexandre, et d’Alexandre seul – seul avec lui-même et avec ses rêves, nés (nous est-il dit) de la « lecture quotidienne » d’Homère (autre confortable lieu commun). Le film et le commentateur oublient fâcheusement de présenter l’empire achéménide dans sa diversité politique, ethnique et culturelle, et dans ses capacités financières, militaires et stratégiques. (C’est à peu près comme si un improbable historien français de la guerre de 1870 laissait dans l’ombre Bismarck et la Prusse). « Le plus grand empire de l’Antiquité » est réduit à une carte (partiellement fautive vers les Balkans), et à quatre petites figurines d’archers de Suse, qui tombent l’une après l’autre, renversées par le souffle des défaites : sur le plan graphique, c’est réussi, mais, sur le plan de l’analyse historienne, c’est particulièrement frustrant. Les peuples et les dirigeants de l’empire ne sont jamais introduits en qualité d’acteurs de plein droit d’une histoire qui, pourtant, ne peut pas être limitée à la trajectoire personnelle et aux rêves éveillés d’un « conquérant-séducteur ». Plutôt que d’illustrer simplement l’image de Darius à travers l’affrontement de la mosaïque de Naples (fig. 5), le réalisateur (on ne sait pourquoi) recourt à un bas-relief gravé sur la falaise de Naqsh-i Rustam (fig. 6), où figure en réalité le roi sassanide Šapur Ier célébrant (près de six siècles après la conquête macédonienne) son triomphe sur les empereurs Valérien et (probablement) Philippe l’Arabe (coupés au montage : 8’06). Et, en fonction d’un désolant lieu commun hérité en droite ligne de l’Antiquité, le Grand roi est réduit à l’état passif d’une proie apeurée, à la poursuite de laquelle galope Alexandre « à une vitesse stupéfiante ».

Fig. 5. Darius dans son char lors de l’affrontement contre Alexandre (mosaïque de Naples).
Fig. 6. Relief sassanide de Naqš-i Rustam : Šapur I (240-272 n.è.) à cheval recevant la soumission de Valérien (debout les bras levés) et de (probablement) Philippe l’Arabe (agenouillé en suppliant devant la monture royale)

Vouloir traiter du personnage d’Alexandre et de ses réalisations sans les inscrire dans la perspective pleinement assumée d’une transition d’empires revient à passer à côté de la signification d’un moment historique qu’il n’est pas le seul à incarner. Je dirais même qu’en raison des avancées de la recherche, un film bien informé autour de la mort de Darius aurait eu un impact pédagogique plus novateur que celui qui nous est proposé. Le temps est venu d’une vision globale organisée autour d’une histoire interconnectée de Darius et d’Alexandre et resituée sur la longue durée, loin des rapports fantasmés entre Orient et Occident.

Pierre Briant

Professeur émérite, Collège de France

[1] Je dois préciser à ce point qu’en septembre 2017, P. Boucheron m’avait proposé d’intervenir dans le cours du film, sous le format susdit (deux minutes maximum réparties entre plusieurs séquences très courtes sélectionnées par la réalisation à partir d’une interview longue de deux heures ou plus). J’avais répondu que j’avais toujours refusé ce type d’intervention (y compris déjà sur Arte et récemment sur France 2), puisque la personne interviewée ne contrôle ni ne maîtrise rien (pas même sa propre parole) ; qu’elle ne pèse absolument pas sur le sens à donner au texte et aux images ; que l’appel à un spécialiste ne signifie pas partage d’un projet et d’une réalisation. Après en avoir longuement discuté avec P. Boucheron, j’avais donc choisi de ne pas répondre positivement à l’invitation.

Citer cet article comme : Pierre Briant, Érudition et vulgarisation scientifique. Notes critiques sur « 13 juin -323 : mort d’Alexandre le Grand » (Patrick Boucheron/Arte), in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 23/04/2018, https://reainfo.hypotheses.org/11581.
Crédits image : image en en-tête. © Arte.

2 réflexions sur « Érudition et vulgarisation scientifique. Notes critiques sur « 13 juin -323 : mort d’Alexandre le Grand » (Patrick Boucheron/Arte) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.