Persée et la gorgone Méduse

Bruneau (Cl.), Lorusso (G.), Persée et la gorgone Méduse. – Paris : Glénat, 2017. – 56 p. – (La sagesse des mythes). – ISBN : 978.2.3440.0169.1.

La série de Luc Ferry, la « Sagesse des Mythes », continue à nous raconter les légendes grecques antiques. Fort du succès des premiers tomes de L’Iliade et l’Odyssée, la série s’attache aux grands héros grecs, ces enfants de dieux parfois aux capacités hors du commun tels Héraclès, de loin le plus connu. Mais le demi-dieu Persée n’est pas en reste. Également fils de Zeus et donc demi-frère du Héros aux Douze Travaux, il a, tout comme lui, connut une vie difficile mais un destin exceptionnel. C’est ce destin, dont le public ne connaît de manière générale qu’une ou deux étapes (les circonstances de sa venue au monde et son affrontement avec la Gorgone Méduse), que la BD retrace, mettant en lumière des aspects oubliés de nos jours[1].

Persée fait partie de ces personnages dont la vie est marquée par le destin, auquel même les dieux doivent se plier. Tout comme Œdipe, c’est un enfant non désiré car voué à causer la mort d’un roi, celui d’Argos, annoncée avant même sa naissance par le grand oracle de Delphes. L’enfermement de Danaé, fille du roi, dans une tour – ce qui n’empêcha pas Zeus, coureur de jupon et adepte des transformations, ici en pluie d’or, de planter la graine de la tragédie en elle – puis son nouvel enfermement, avec son fils cette fois, dans un coffre jeté à la mer, n’entrava en rien la marche de ce destin. Car, comme dans tout bon mythe, les héros survivent pour affronter de nouvelles épreuves.

Recueillis par un pêcheur, ils vont mener une existence paisible jusqu’à ce que Persée, jeune adulte, ne gêne le roi de l’île de Sériphos qui avait des vues sur sa mère. Est-ce son propre fait ou une manœuvre de ce Polydectès pour écarter le jeune homme ? Il partit à la recherche de la gorgone Méduse – autrefois belle jeune fille qui, avec ces deux sœurs, se vanta d’être plus belle qu’Athéna et en subit la colère – afin de récupérer sa tête, dont les yeux avaient le pouvoir de pétrification. Il en profitera pour sauver une jeune femme d’un sacrifice et en faire son épouse avant de pétrifier Polydectès puis, par le fait du hasard, tuer son grand-père sans jamais l’avoir connu.

Ainsi le jeune Persée devient-il roi après bien des rebondissements, et avec l’aide de plusieurs dieux, en tête desquels on retrouve Athéna.

Même si la BD prend parti pour quelques variations – une barque pour Danaé et l’enfant Persée au lieu du coffre –, l’histoire est très bien relatée, avec une attention tout particulière pour l’épisode des Gorgones. Il faut noter très positivement la restitution de l’apparence des Gorgones et de leurs demi-sœurs, les Grées, tout à fait conforme au mythe. L’ambiance un peu sordide de leurs lieux de vie est également très bien mise en œuvre, avec un dessin toujours très respectueux de la tradition.

Au cours de la lecture, on se prend finalement de passion pour ce jeune homme, épris de justice et aimé des dieux, dans sa quête du bonheur, surtout celui de sa mère. On prend également plaisir à revoir certains aspects oubliés, comme la libération d’Andromède, la naissance de Pégase ou la mort, très absurde, d’Acrisios.

Ce tome de la collection a un grand mérite, même si quelques épisodes peuvent être comptés comme manquant (comme la transformation d’Atlas en montagne), mais il existe tellement de versions et d’ajouts que ces épisodes ne paraissent en rien indispensables et ne font probablement pas partie du mythe original. D’avant sa naissance à sa transformation en constellation, on redécouvre ainsi un personnage qui n’a rien à envier à son demi-frère Héraclès, même s’il ne bénéficie pas de ses aptitudes physiques.

Sa quête de justice et du bonheur est, finalement, assez moderne et fait donc écho de nos jours[2]. Mais pas seulement. Le dossier situé en fin d’ouvrage fait la part belle à une pensée philosophique : le rapport de l’être humain à la mort[3]. Combien de fois Persée ou ses proches y sont-ils confrontés, de près ou de loin, et comment réagissent-ils ? Acrisios en tentant de l’empêcher, quitte à sacrifier sa propre fille qui, elle, ne fait que subir. Persée en affrontant a mort en face, cette mort personnifiée par les Gorgones, ces monstres capables de transformer qui les regardent en pierre. Mais Persée ruse car jamais ses yeux ne croisent les leurs, et il est aidé par Athéna, Hermès (qui lui prête ses sandales) et Hadès (et son casque d’invisibilité). Impossible donc, même pour un héros tel que lui, de regarder cette mort en face, mais il apprend à surmonter sa peur et, finalement, l’accepter.

C’est cette question que Luc Ferry nous propose d’explorer, dans ce dossier très intéressant.

Au final, il s’agit d’un très bon tome, bien raconté, bien illustré et bien expliqué, qui ravira autant les puristes que les néophytes.

Marietta Dromain

Docteure en Histoire et archéologie grecque, Université Bordeaux Montaigne

[1] Persée n’a jamais été l’objet d’œuvres antiques mais son mythe fut raconté par Apollodore dans sa Bibliothèque au IIe siècle avant J.-C., sans doute d’après Phérécyde de Syros, philosophe du VIe siècle avant J.-C.

[2] Un opéra a même été joué en 1682, par le célèbre Jean-Baptiste Lully, compositeur de Louis XIV.

[3] Sujet étudié en 1986 par Jean-Pierre Vernant et Pierre Vidal-Naquet dans Mythe et tragédie, tome II.

Citer cet article comme : Marietta Dromain, Persée et la gorgone Méduse, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 20/08/2018, https://reainfo.hypotheses.org/11639.

Crédits image : première de couverture. © Glénat.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search