Chronosquad, 3. Poulet et cervelle de paon à la romaine

Albertini (G.), Panaccione (G.), Kansara (S.), Chronosquad, 3. Poulet et cervelle de paon à la romaine. – Paris : Éditions Delcourt, 2017. – ISBN : 978.2.7560.7415.3.

L’intégration de l’Antiquité dans les BD sciences-fictionnelles peut se réaliser selon diverses modalités. L’une est la projection du monde antique dans une dimension galactique : l' »archaïo-SF », ainsi que l’illustrent l’animé japonais Ulysse 31 (devenu BD en 1981) ou l’univers des « Chroniques de l’Antiquité galactique« , commun à diverses séries de la scénariste Valérie Mangin. Une autre modalité est le voyage dans le temps, depuis aventures romaines et gallo-romaines des héros de « Bob et Bobette » (Les Nerviens nerveux, Le gladiateur mystère, Lambiorix roi des Éburons) jusqu’à l’architecte nippon de Thermae Romae. La série « Chronosquad« , ambitieuse fresque spatio-temporelle en quatre tomes dans laquelle les Terriens ont pris le passé comme destination touristique, s’inscrit cette seconde catégorie.

Le « Chronosquad » est une sorte de police temporelle, chargée de la surveillance des déplacements dans le passé ; enfin, pas véritablement le passé, puisqu’il ne s’agit pas de voyages dans le temps, mais dans d’autres lignes temporelles, celles d’univers parallèles (théorie physique des multivers). Ainsi, un meurtre commis dans un tel « passé » n’affecte pas le présent des assassins, ce qui permet aux auteurs de n’avoir pas à gérer de paradoxe temporel, le caractère massif et intrusif des voyages qu’ils décrivent ne pouvant aller sans altérer le cours des événements.

L’intrigue qui se développe au long des quatre tomes de la série est assez complexe et les héros de celle-ci sont amenés à fréquenter divers “temps” du passé. C’est dans le tome 3 que deux agents du Chronosquad se rendent dans la Rome antique, plus précisément dans la Rome sévérienne. Ils sont amenés à constater qu’une agence de chronotourisme s’y livre à une opération d’envergure destinée à satisfaire la soif d’émotions fortes de ses clients : organiser à des fins de spectacle une invasion de Rome par les Barbares en 206 après J.-C. Cette agence emploie à cet effet des « géants » créés génétiquement et qui sont utilisés comme « chair à canon » dans le cadre de ces spectacles non historiques. Il ne s’agit toutefois là que d’une intrigue parmi d’autres que développe le tome 3 et, à vrai dire, la Rome antique n’y est présente que dans quatre séquences narratives : les pages 8-20 relatent les premiers contacts pris par les enquêteurs ; les pages 40-63 les montrent dans une auberge où ils rencontrent des visiteurs chronotemporels ; les pages 84-106, s’attachent à leur retour à leur gîte ; les pages 126-137 sont plus spécialement réservées à l’invasion de Rome.

La singularité de cette BD est d’amener le lecteur à envisager la Rome antique comme lieu de séjour touristique. Dans ce cadre, elle s’efforce de faire apparaître les désagréments possibles de l’Vrbs pour les voyageurs venus du futur. Cette intention se manifeste dès la première double-page qui lui est consacrée (p. 8-9) : sur fond de vue panoramique de Rome se détache un phylactère avec ces mots : « Je déteste le latin ! ». Mais la difficulté de la langue n’est pas l’unique contrariété que rencontrent les chronotouristes : saleté et puanteur (p. 12 et 60), insalubrité de l’eau des fontaines (p. 15), rusticité de l’habillement (p. 61), trafic dans les rues (p. 85), insécurité de celles-ci (p. 91-92) sont autant d’incommodités que signale le récit. Tout cela donne de la Rome sévérienne l’image d’une destination « au rabais », d’une sorte de second choix pour les touristes (spéc. p. 59), une période qui, à la différence d’autres, a en soi peu pour séduire. Cela, précisément, conduit les (chrono)tour-operators à la pimenter en mettant en place des événements non historiques. On peut à cet égard comparer les deux doubles-pages qui l’une commence et l’autre clôt la deuxième section ” romaine”. La première (p. 40-41) est un prospectus publicitaire invitant à un « Week-end romantique à Pompéi quelques heures avant la grande catastrophe” : l’image est celle d’un couple prêt à échanger un baiser dans un contexte historique dont la violence (le volcan jetant une fumée menaçante) est rejetée à l’arrière-plan. La seconde double-page (p. 62-63), elle aussi un dépliant publicitaire, convie à une « Invasion barbare à Rome – 206 après J.-C. […] Du jamais vu dans les entrailles de l’histoire » : le « flyer » est cette fois empreint de violence, avec la mise à l’avant-plan de trois barbares furieux, comme si seul un bain de sang pouvait conférer de l’attrait à ce moment du passé romain, bien moins attractif ou spectaculaire en soi que d’autres. Effectivement, lors de l’invasion, les agents du Chronosquad retrouvent le couple de touristes qui, la veille, s’était plaint de son séjour (p. 60-61) ; face aux combats qui font rage et au sang versé, ils sont maintenant enthousiastes (p. 132). Le spectacle a été créé là où il n’était pas ; comme le dit l’agent de tourisme (p. 136) : “Si vous saviez combien de touristes il y a aujourd’hui à Rome… Environ 200 000 touristes qui viennent tous de notre monde”.

En filigrane de cette narration se détache une condamnation du tourisme de masse, qui perturbe, dénature et corrompt les espaces (y compris les espaces-temps) visités. Cette « morale » est plus visible encore si, détachant du volume, les séquences relatives à Rome, on compare la première des images qui la représente, une vue générale de l’Vrbs « style Golvin » ou maquette de Bigot (p. 8-9), et la dernière : une vision de la ville en flammes, livrée à la destruction pour le plaisir de cohortes de touristes venus d’autres temps (p. 137).

De tels répons entre images (qui pourraient être multipliés à la fois dans la séquence romaine, mais aussi dans l’ensemble du tome 3, voire des quatre qui constituent la série) indiquent le soin apporté à la structure narrative : un aspect indispensable s’agissant d’une histoire, parfois chorale, qui mêle allègrement les temps et les lieux. Cela est un point fort de cette série parfois vivement, et dans une certaine mesure injustement, critiquée pour ce qui regarde son intrigue générale et ses personnages principaux (voir surtout magazine Zoo, n° 62, p. 37). Pour ce qui regarde plus proprement l’Antiquité, le décor de la ville est représenté avec réalisme et sérieux – le scénariste G. Albertini est par ailleurs archéologue, spécialiste du Moyen Âge. Plusieurs répliques sont en latin ; elles sont entachées d’erreurs, ce qui choque à la première lecture (un seul exemple, p. 128, uetus est visiblement employé dans le sens de « interdit ! ») ; à la seconde lecture, on ne peut exclure qu’il s’agisse de fautes volontaires destinées à faire apparaître un topos du touriste : sa mauvaise connaissance de la langue. Approximations d’un autre type : l’action se passerait en 206 après J.-C. (p. 62-63), mais allusion est faite (p. 61) à « l’empereur Caracalla », lequel ne règne qu’à partir de 211, et un peu plus tôt dans le récit les héros disent se situer à la fin du IIIe siècle (p. 10). Si la première de ces erreurs (sur Caracalla) peut être attribuée à l’ignorance d’une touriste, voire au fait que l’on se trouve alors sur une autre ligne temporelle, la seconde (sur la mention du siècle) ne trouve guère d’explication…

Olivier Devillers

Professeur de langue et littérature latines, Université Bordeaux Montaigne

Citer cet article comme : Olivier Devillers, Chronosquad, 3. Poulet et cervelle de paon à la romaine, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 06/08/2018, https://reainfo.hypotheses.org/11658.
Crédits image : première de couverture. © Éditions Delcourt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.