Sortir du gynécée, un nouveau regard sur la Grèce antique

Sortir du gynécée, un nouveau regard sur la Grèce antique, exposition coordonnée par Sandra Boehringer, Nathalie Ernoult et Violaine Sebillotte Cuchet.

Sur le site MUSEA édité par l’université d’Angers, sont proposées, depuis 2004, des expositions virtuelles sur l’histoire des femmes et du genre, dont le contenu est validé par un comité scientifique dirigé par Christine Bard, professeure d’histoire contemporaine. L’exposition « Sortir du gynécée, un nouveau regard sur la Grèce antique », actuellement en ligne, contribue à remettre en cause les représentations stéréotypées du masculin et du féminin en s’appuyant sur des images et des textes. Elle est coordonnée par Sandra Boehringer, Nathalie Ernoult et Violaine Sebillotte Cuchet. Rédigées par des spécialistes, les rubriques visent à porter à la connaissance du grand public les recherches les plus récentes. Précédé par la présentation du projet, par un lexique et une bibliographie succincte, le plan de l’exposition décline les thèmes suivants : la place des femmes dans la cité et la maison, leur accès à la culture, leur apparence, et s’achève sur le traitement de quelques figures emblématiques à savoir Sappho, les Amazones et Cléopâtre.

Sous le titre « Éternelles mineures ? », une question de droit ouvre l’exposition (Violaine Sebillotte Cuchet ; Marie-Laure Sronek). Les femmes libres passent de l’autorité de leur père à celle de leur mari, mais les auteures soulignent à juste titre que les épouses n’abandonnent pas leur nom et restent liées à leur famille d’origine. De plus, elles ont une marge de décision. Ainsi, elles peuvent témoigner au tribunal et, dans certaines cités, elles sont mentionnées comme propriétaires de terres. Leurs époux interviennent en tant que tuteurs pour valider leur témoignage sans interférer dans leurs transactions. Les femmes ont donc un rôle économique. Outre leurs fonctions d’intendance dans la maison, elles gagnent une certaine autonomie dans l’exercice de métiers qui, de l’artisanat aux maisons closes, les mettent en relation avec des étrangers à leur famille. On ne peut que s’étonner, dans ce paragraphe, de l’absence du code de Gortyne, pourtant riche en informations sur les droits des femmes dans une cité au Ve siècle. La place des Athéniennes dans la cité est limitée au religieux (Des non-citoyennes ? Romain Guicharrousse ; Violaine Sebillotte Cuchet). Place certes essentielle. Choisies dans des grandes familles détenant des privilèges religieux ou parfois tirées au sort à partir du Ve siècle avant notre ère, les prêtresses ont autorité sur le sanctuaire et, comme les prêtres, elles sont responsables de sa gestion et de l’organisation des fêtes. La participation des filles et des femmes libres aux Panathénées, célébrées en l’honneur d’Athéna, témoigne de l’importance du rôle qui leur est dévolu par la collectivité pour assurer le salut de la cité. Certaines fêtes sont d’ailleurs réservées aux femmes comme les Thesmophories en l’honneur de Déméter.

On revient dans la maison avec le paragraphe sur l’introuvable gynécée (Louise Bruit Zaidman ; Adeline Grand-Clément ; Irini Kyriakou ; Nicolas Siron.) Un point d’historiographie prouve combien cet espace réservé aux femmes a été l’objet de bien des fantasmes. Dans un XIXe siècle marqué par l’orientalisme, il a été imaginé sur le modèle du harem. En fait, ni les sources littéraires ni les sources archéologiques ne viennent confirmer l’existence dans la maison de pièces où les femmes auraient été reléguées, voire enfermées. Si les femmes libres devaient se tenir à part lors de la visite d’un étranger à la famille, elles étaient sans doute libres de circuler dans toute la maison la plupart du temps.

Étaient-elles, ces filles de citoyens, « privées de culture » ? (Madalina Dana). Tout dépend du niveau social du groupe familial. Orientée vers la musique et la poésie, l’éducation des filles grecques était source de prestige pour les pères fortunés. À l’époque hellénistique, le rouleau représenté sur les stèles funéraires fait partie des attributs qui valorisent les défuntes et leur famille, mais dès l’époque classique, des vases attiques représentent des écolières munies de tablettes de cire et de stylets. Cette rubrique ne souligne pas assez l’importance du père dans l’éducation donnée aux filles s’il n’a pas d’héritier mâle et s’il veut léguer une technè. Il est aussi regrettable que les statuettes de Tanagra n’aient pas été retenues dans cette rubrique tant elles sont riches d’enseignement. Sur le sport, le cliché selon lequel les femmes grecques seraient tenues à l’écart des activités sportives, est contredit, d’après Flavien Villard, par les exemples de compétitions organisées pour elles dans le Péloponnèse, en Macédoine et en Thessalie. Si la course a eu une fonction initiatique pour les jeunes filles, l’entraînement des Spartiates a été compris par les Athéniens dans une perspective d’eugénisme. Par ailleurs, l’auteur trouve dans les mythes un argument pour défendre son point de vue. Atalante est une jeune Arcadienne, fille d’Iasos, qui défiait ses prétendants à la course. Cyrène est présentée comme une fille athlétique qui combattait les fauves et lutta victorieusement contre un lion. Ces jeunes filles exceptionnelles relèvent du mythe. Loin d’être exemplaires, elles sont marginales et renforcent la norme qui veut qu’une jeune fille soit par nature destinée au mariage. On en vient au corps féminin (Lydie Bodiou ; Hélène Castelli ; Véronique Dasen). L’iconographie grecque met souvent en scène des femmes prenant soin de leur apparence (scènes de toilette, bijoux, fards, etc.). Toutefois, la beauté et la séduction ne leur sont pas réservées. Les jeunes gens et les hommes libres s’oignent d’huile sans doute parfumée, coiffent leur chevelure et revêtent des vêtements soignés ainsi que de riches parures. Cette analyse valorise une approche globale de la société grecque et prend d’autres critères que le genre. Dans la vie quotidienne, la parure n’est pas seulement un marqueur de genre et d’âge, elle est aussi un marqueur de statut et d’appartenance à une communauté politique. Quant à la matrice, elle est pour le médecin Hippocrate et ses disciples, à l’origine de la violence féminine. Son dysfonctionnement en fait la source de toutes les maladies. Pour les jeunes filles qui subissent un état de délire, de tendance suicidaire, voire de folie meurtrière, la seule thérapie possible est le mariage. La fille subit son corps alors que le jeune homme, avec l’aide de la société, se construit au fil des ans. Cette opposition nature/culture permet de penser le couple féminin/masculin et donne sens à une complémentarité indispensable non seulement à la reproduction, mais aussi à la place que chaque genre occupe dans la cité.

Cette remarque faite, poursuivons la lecture de l’exposition virtuelle. Récemment, en raison de l’importance prise par la tenue des femmes musulmanes dans les sociétés européennes, la question du voile a été posée pour les Grecques (Florence Gherchanoc ; Pauline Schmitt Pantel). Contre une tendance actuelle qui a pour but « d’orientaliser la Grèce », les auteures soulignent que les femmes grecques ne sont voilées dans la cité que dans certaines circonstances. En témoignent, en premier lieu, les images de scènes d’intérieur comme d’extérieur qui, même si elles ne constituent pas des photographies de la réalité, renvoient aux représentations les plus communes. En outre, les scènes pédérastiques montrent un garçon imberbe enveloppé dans son manteau, la tête voilée par pudeur, face à un partenaire masculin, plus âgé et barbu, lui remettant parfois un présent (un coq ou un lièvre). Lors de la cérémonie du mariage, la mariée utilise également le voile comme un signe de retrait et de pudeur. Quand sur les stèles funéraires, la défunte est représentée la tête couverte par un pan de son manteau, elle témoigne des qualités attendues de la bonne épouse : pudeur (aidôs) et tempérance (sôphrosunê). Pour les deux sexes, se voiler est un moyen d’exprimer des émotions et des valeurs morales dans des contextes particuliers.

Les trois dernières rubriques portent sur des femmes célèbres, réelles ou mythiques. Sappho n’est pas un mythe pour l’auteure Sandra Boehringer. La poétesse a bien existé et a vécu sur l’île de Lesbos à la fin du VIIe et au début du VIe siècle avant notre ère. Issue d’une grande famille, elle participa à la vie culturelle de Mytilène. Célèbre dès le Ve siècle avant notre ère, elle fait parler un « je » au féminin qui évoque un amour, passé ou à venir, pour une femme, mais elle n’a pas inventé l’amour lesbien, pour la bonne raison que cette catégorie n’existait pas dans l’Antiquité. Par ailleurs, on retrouve des élans érotiques entre femmes dans les Parthénées du poète Alcman. Il s’agit là d’un thème littéraire associé aux chœurs de jeunes filles. Les Amazones (Violaine Sebillotte Cuchet), quant à elles, sont mises en scène dans des poèmes épiques et représentées sur des milliers de vases ou dans la pierre des temples grecs. Fantasmées comme l’image fascinante d’une féminité hostile au pouvoir masculin, elles formaient un peuple localisé aux frontières du monde grec (Asie Mineure ou mer Noire). L’auteure aurait pu rappeler les combats menés contre elles par des héros tels Achille, Thésée, Héraclès, ainsi que leur rencontre extraordinaire avec Alexandre le Grand. L’identité des Amazones pose, en fait, la question de la relation des femmes à la guerre. Ainsi Artémise, reine d’Halicarnasse, qui sut se battre à Salamine en 480 avant notre ère, devait être comparée à une Amazone par les Athéniens.

La dernière partie présente Cléopâtre, femme fatale ? (Anne-Emmanuelle Veïsse) dans une analyse méthodique qui met clairement en rapport histoire, idéologie et historiographie. La dernière représentante de la dynastie des Ptolémées fut une des rares femmes à avoir exercé un pouvoir officiel dans l’Antiquité. L’auteure montre combien son image de séductrice procède en grande partie de la rivalité entre Octave et Marc Antoine. Dès l’époque d’Octave, Cléopâtre fut accusée d’être une prostituée s’offrant à ses esclaves. Consacrée comme l’ennemie de Rome par la propagande octavienne, elle devint l’« Égyptienne » alors qu’il n’y avait pas plus grecque que Cléopâtre. Le caractère égyptien de son règne ne s’est jamais manifesté que dans des contextes bien particuliers. On conteste même aujourd’hui que la reine ait su parler égyptien. Sur les monnaies royales, Cléopâtre apparaît dans une iconographie purement grecque, elle est dotée du titre grec de basilissa (reine) et porte le diadème, l’emblème de toutes les royautés hellénistiques. Comme tous les souverains de la dynastie lagide, Cléopâtre était une princesse d’origine macédonienne et de culture grecque.

Cette exposition a le mérite de poser la question des sources multiples de l’histoire du genre, de l’intérêt de leur confrontation. La documentation iconographique est élargie à des intailles, à des tableaux de l’époque moderne et même à une carte postale (Les Amazones du Dahomey). La plus grande partie des notices conjugue harmonieusement les apports de la philologie, de l’archéologie et de l’épigraphie aux perspectives ouvertes par l’histoire des femmes et du genre par tout un courant de la recherche. Ainsi, sont remis en cause certains clichés, portés par une histoire écrite par les hommes et pour les hommes, qui faisaient des femmes grecques des recluses dans le gynécée, des potiches dépourvues de toute autorité, sans éducation ni culture, vivant dans l’ombre des citoyens.

On regrettera néanmoins une bibliographie limitée aux productions d’une seule école, celle des auteurs. On pourrait souhaiter une plus grande largeur de vue – de la thèse fondamentale sur le mariage grec (Anne-Marie Vérilhac et Claude Vial, 1998) aux travaux menés à Rennes sous la direction de Pierre Brulé. Par ailleurs, le manque de réflexion sur la diversité des statuts et sur les niveaux de richesse éloigne souvent le propos de toute réalité historique. Ainsi, dans les « métiers » exercés par les femmes, de l’artisanat aux activités de services (nourrices, blanchisseuses, tenancières de maisons closes ou de cabarets), on trouve des femmes esclaves, des femmes libres, métèques ou citoyennes. S’il est incontestable que les sources athéniennes sont les plus importantes, tant sur le plan littéraire qu’iconographique, il n’est pas pour autant légitime de généraliser la situation des Athéniennes à l’ensemble des cités. La chronologie n’est pas toujours respectée. Pour démontrer que les femmes ne sont pas privées de culture, on cite successivement Hérodote, une inscription de Téos en Asie datée de trois siècles plus tard, les peintures sur vases attiques de l’époque classique, pour terminer par Sappho ! Même désordre dans la présentation des stèles funéraires, la première étant du Ier siècle de notre ère, la dernière du IIe siècle avant notre ère. Dans le paragraphe consacré à Sappho, il est écrit que Sappho était célèbre dès le IVe siècle à côté de la reproduction d’un vase datée de 470 avant notre ère ! Dans cette même partie, on sourit de fautes certes vénielles mais significatives : un jeune homme devient « une » jeune homme et les élans érotiques entre femmes sont eux aussi féminisées ! Le traitement des images n’est pas systématique. Certaines œuvres sont commentées avec soin et viennent à l’appui de la démonstration, tandis que d’autres sont négligées. Ainsi en est-il des stèles funéraires de Phainippos et Mnésarétè, ainsi que de celle de Choirinè. On aurait aimé en savoir un peu plus sur les Amazones du Dahomey !

D’une lecture agréable, cette exposition aborde un sujet longtemps oublié en raison du prétendu silence des sources. Toutefois, le mode de raisonnement fondé sur une opposition systématique aux stéréotypes, finit par lasser, d’autant que l’argumentation est bien fragile quand elle n’est étayée que par quelques exemples sans contextualisation ni localisation. En raison du parti pris contestable à plusieurs égards de ne se focaliser que sur les femmes et uniquement sur elles, certaines notices n’évitent pas le danger de l’anachronisme. D’une façon générale, l’ensemble souffre d’un manque de perspective sur la diversité des sociétés patriarcales dans lesquelles ont vécu les femmes et les hommes de ce temps – des cités aux royaumes hellénistiques, de Gortyne à Alexandrie.

Geneviève Hoffmann

Professeure d’histoire grecque, Université d’Amiens

À lire dans la R.E.A. :

Brulé (P.), «  Enquête démographique sur la famille grecque antique. Étude de listes de politographie d’Asie mineure d’époque hellénistique (Milet et Ilion) »R.E.A. 92-3/4, 1990, p. 233-258.

Citer cet article comme : Geneviève Hoffmann, Sortir du gynécée, un nouveau regard sur la Grèce antique, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 24/09/2018, https://reainfo.hypotheses.org/11692.
Crédits image : ©Musea.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.