Maman loup : louve du Capitole

Elschner (G.), Nouhen (E.), Maman Loup : louve du Capitole. – Saint-Pierre-des-Corps : L’élan vert ; Futuroscope : Canopé éditions, 2016. – (Pont des arts, ISSN : 1956.0761). – ISBN : 978.2.84455.411.6 (L’élan vert), 978.2.240.03776.3 (Canopé éditions).

L’album illustré Maman Loup s’inspire du groupe statuaire de la louve du Capitole, symbole de la ville de Rome. Il appartient à la collection « Pont des arts » de l’éditeur L’élan vert dont l’objectif est de partir à la découverte de l’art, de la préhistoire à l’époque contemporaine par le biais d’une histoire pour enfants, c’est l’exploration de l’art par la fiction.

Ce bronze de la louve capitoline représente la légende de l’adoption de Romulus, futur fondateur de Rome, et de Rémus, son frère jumeau, trouvés par une louve sur les bords du Tibre en crue après y avoir été abandonnés à leur sort dans un berceau sur ordre du roi Amulius. Selon Tite-Live (Histoire Romaine, Livre I, chapitre IV), dans un premier temps, le berceau commença par flotter, puis, lorsque les eaux se sont retirées, il se retrouva à sec. La louve, poussée par la soif à descendre des montagnes, fût attirée par les cris des enfants. Elle tourna ses pas vers eux et leur présenta ses mamelles avec une immense douceur.

Au début de l’histoire, la maman loup recherche désespérément ses louveteaux qui ont grandi et sont partis. Elle souffre de leur absence, la découverte des jumeaux dans le panier vient combler son manque. Le lien maternel mis en valeur par l’auteur permet d’humaniser l’idée que peuvent avoir les enfants de cette bête. Le titre lui-même brise cette image que l’adulte se fait du prédateur et qu’il croit être aussi celle de l’enfant. On trouve, dans l’album, une maman qui réchauffe, nourrit et protège ses petits, bien qu’ils soient si différents d’elle.

Ce bel amour entre l’animal et les enfants est brisé par l’homme. Selon les auteurs antiques, il s’agit de bergers qui aperçoivent la louve avec les enfants. Leurs instincts les poussent à les sauver en les soustrayant aux griffes de cette louve. Ils n’ont pas vu en elle, les sentiments maternels qui la gouvernent et grâce auxquels elle aime les jumeaux.

Le berger Faustulus, qui va les adopter, a pour femme Larentia. Selon Tite-Live, Larentia était une lupa, autrement dit, une prostituée, d’où l’origine du mythe de la louve (Histoire Romaine, Livre I, Chapitre IV). Bien entendu, cette part de la légende qui se rapproche du plausible n’est pas évoquée dans un livre pour enfant.

Géraldine Elschner fait un joli clin d’œil à une autre partie du mythe qui évoque un pivert nourrissant les jumeaux en leur lançant des graines comme l’écrit Ovide dans le chant III des Fastes (Fig. 1). Le pivert et le loup sont les animaux consacrés à Mars dont Romulus et Rémus sont les enfants qu’il aurait eus avec la vestale Rhéa Silvia durant le sommeil de celle-ci.

Fig. 1. Mythe du pivert dans Maman loup. © G. Elschner –  E. Nouhen, L’élan vert, Canopé.

Les illustrations d’Élodie Nouhen, par son habile technique de transparence et une composition savamment en rondeur, sont d’une douceur apaisante malgré la violence du conte. On s’y plonge et on se sent bercé par cette étonnante mère adoptive, on ressent dans l’image la chaleur de ces câlins et son regard protecteur. Mais on éprouve aussi la douleur, au moment de la séparation. Le graphisme est empreint d’une certaine symbolique, presque onirique, comme quand le flot de larmes des jumeaux prend la forme de leur maman.

Fig. 2. Les larmes de Romulus et Rémus dans Maman loup. © G. Elschner – E. Nouhen, L’élan vert, Canopé.

Au-delà de la légende, cet album est un formidable outil pédagogique. La fiction proposée par l’auteur a bien sûr bénéficié d’une véritable recherche sur la mythologie de Romulus et Rémus et d’un savoir-faire certain pour mettre celle-ci à la portée des plus petits. Quelques pages en fin de l’ouvrage sont consacrées au groupe statuaire de la louve du Capitole et au mythe de fondation de la ville de Rome. Il est à noter que la collection Pont des arts, sur son site internet, met à disposition des enseignants un dossier pédagogique d’une soixantaine de pages. Celui-ci se compose de fiches de lecture et de compréhension, d’idées pour les exercices d’art plastique à partir de l’album, et enfin des fiches sur l’histoire et l’histoire de l’art.

Géraldine Elschner et Élodie Nouhen ont su créer et animer, avec succès, un espace nouveau dans la légende qui nous a été transmise par les auteurs anciens Virgile, Tite Live, Ovide, et Plutarque.

Ophélie Vauxion

Archéologue, toichographologue, chercheur associé au Centre Jean Bérard, USR 3133 – CNRS/EFR.

À lire dans la R.E.A. :

Haggerty Krappe (A.), « Notes sur la légende de la fondation de Rome », R.E.A. 35-2, 1933 p. 146-152.

Citer cet article comme : Ophélie Vauxion, Maman loup : louve du Capitole, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 25/06/2018, https://reainfo.hypotheses.org/11724.
Crédits image : première de couverture. © L’élan vert, Canopé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.