La violence guerrière : De l’Antiquité au Moyen Âge

Le 26 avril 2018 s’est tenu, à Poitiers, la journée d’études jeunes chercheurs organisée par l’association JANUA (https://associationjanua.wordpress.com/). Elle avait pour thème « La violence guerrière : de l’Antiquité au Moyen Âge » et a réuni une dizaine d’intervenants venus de cinq universités françaises différentes. Le présent compte rendu développera les différentes interventions qui ont pour thématique l’Antiquité, sujet essentiellement traité dans ce carnet de recherche. Néanmoins, au cours de cette journée des interventions avaient également pour champ d’étude le Moyen Âge. La présentation de ces interventions sur la période médiévale peut être téléchargée à la fin du texte.

La journée s’est ouverte par quelques mots des organisateurs pour souligner le dynamisme de cet objet d’étude qui a fait l’objet de trois autres manifestations cette année. La rencontre, articulée autour de trois axes, a été conçue comme une progression. Il s’agissait de partir des réalités concrètes de la violence guerrière, pour s’attacher ensuite à ses représentations, et proposer enfin quelques méthodes de conceptualisation de cet objet d’étude.

Ainsi, le premier axe avait pour ambition de retracer l’impact du fait guerrier en décrivant les causes, conditions et conséquences de la violence de guerre. Régis Guet[1] s’est donc livré en premier lieu à une exploration de l’impact psychotraumatologique de l’usage des chars à faux entre le VIe et le Ier siècle avant J.-C. Selon lui, le choc de cet engin d’origine orientale est tel que le recours à cette arme aurait été évalué à l’époque hellénistique comme une forme extrême de violence. L’hypothèse est stimulante et aborde la question de la mémoire des combats. Après avoir proposé un panorama des attestations de l’utilisation de cette arme, il s’est proposé d’en décrire l’impact sur les corps : les écrasements, mutilations et lacérations que décrivent les sources lui semblent ainsi crédibles. Surtout, c’est l’ampleur du nombre de victimes concernées ainsi que leurs symptômes inédits (absence de douleur, délire et survie éphémère des membres) qui heurtent le plus les esprits. En mettant en avant le concept de « pouvoir imaginant », il a conclu dès lors à une efficacité autant psychologique que physique du recours aux chars à faux, qui provoquent ainsi des mouvements de panique au sein des armées adverses.

Paul Michoudet-Fontserè, détenteur d’un master à l’université de Nantes, s’est attelé pour sa part à une description précise des blessures reçues au combat dans les armées hellénistiques. Pour ce faire, il préconise le recours à une observation minutieuse des armes individuelles, notamment à travers la constitution d’une typologie, jamais véritablement effectuée jusque-là selon lui. La documentation, essentiellement iconographique et archéologique, semble s’y prêter désormais. Il s’est notamment concentré sur l’étude de trois armes en particulier : la lance (δόρυ) qui provoque des plaies profondes mais peu ouvertes, la sarisse (σάρισα) et l’épée courte (ξίφος). Son approche, notamment fondée sur de récentes et stimulantes avancées en archéologie expérimentale, a mis à l’honneur l’aspect sensible de ces armes (taille, poids, point d’équilibre, etc.) pour mieux en décrire le maniement concret.

Le premier axe s’est terminé sur de nouvelles approches dans l’identification d’une tête de masse d’arme médiévale (n°135 du Musée de Castelnaud-la-Chapelle) proposée par Étienne Leclère, ainsi que l’exposé de Valentin Louineau, qui a présenté un corpus d’une soixantaine d’épées médiévales du Grand Ouest de la France (XIe-XVe siècles).

Avec le deuxième axe, ce sont les représentations en matière de violence guerrière qui ont été examinées. Marine Remblière[2] a analysé la manière dont sont rapportés les blessures et les blessés dans l’Iliade, et plus largement dans la société grecque. Selon elle, la blessure sert à marquer la bravoure du héros, en particulier achéen. Les traumatismes sont variés, le plus souvent localisés sur le haut du corps et sa face avant. Ils interrompent le mouvement guerrier, le héros étant ensuite évacué par ses camarades ou de sa propre initiative. Les techniques de soins donnés au blessé apparaissent davantage comme des techniques palliatives que curatives comme en témoigne évidemment l’Iliade, mais également certaines inscriptions du sanctuaire d’Épidaure. À partir de l’époque classique, la médecine hippocratique propose quelques remèdes que l’on peut juger rétrospectivement comme étant efficaces. Mais c’est surtout le retour du blessé de guerre chez lui qui pose parfois problème, celui-ci se heurtant à une nouvelle forme de violence, sociale et familiale cette fois. Morgane Bon, en seconde intervention dans cet axe, a ensuite montré tout le parti que les historiens peuvent tirer des sources iconographiques du Moyen Âge, en présentant notamment un document singulier, la Chronique officielle bernoise de Diebold Schilling l’Ancien, rédigé en vieil allemand et très richement enluminé en ce qui concerne les guerres de Bourgogne (1474-1477).

Le troisième axe visait enfin à initier une attitude plus réflexive sur les manières d’aborder la violence guerrière dans les recherches. Il s’est ouvert sur une intervention de l’auteure de ces lignes, Sophie Hulot[3]. Elle a prôné l’examen des conceptions propres aux Romains en matière de violences de guerre, notamment à travers le lexique qu’ils mobilisent eux-mêmes. Néanmoins, les contextes d’emploi des mots uis et βία montrent l’inefficacité relative de ces termes à désigner des épisodes de violence dans le domaine spécifique de la guerre. C’est donc plutôt avec les verbes latins signifiant l’action de tuer qu’une méthode dite d’analyse textuelle permet par exemple de repérer des représentations culturelles. Toutefois, après avoir pointé les intérêts et limites d’un tel procédé, quelques pistes de recherche ont également été suggérées à propos des jugements des auteurs anciens. Enfin, le recours à l’étude précise des réactions sociales des Romains face à des épisodes traumatisants de violence guerrière lui semble constituer la méthode la plus fiable dans l’évaluation des seuils de sensibilités antiques.

La journée s’est clos sur une communication de Marine Miquel, docteure et ATER à l’université de Rennes 2. Elle a eu pour thème l’expression de la violence guerrière chez Tite-Live et s’est ouverte sur un paradoxe : si la violence civile a bien été étudiée dans son œuvre, la violence strictement guerrière a jusque-là été considérée comme un thème largement secondaire du fait de son contexte de rédaction, marqué par la paix d’Auguste. Marine Miquel a donc voulu prendre le contrepied de cette opinion et montrer que Tite-Live, tout en respectant les règles du genre historiographique, ne le délaisse pas pour autant. Elle a en particulier analysé son recours à un vocabulaire riche mais complexe à appréhender. Les termes de uis, iniuria, furor, cruor, et sanguis ont été passés en revue pour repérer leurs moments d’utilisation. Elle a finalement conclu au fait que Tite-Live a tout de même recours à des stratégies de déportation et de détournement des scènes de violence, notamment à propos des massacres ayant lieu à la fin des combats.

En définitive, les interventions des participants ont été denses, rigoureuses et surtout novatrices. Tout le parti à tirer des avancées de l’archéologie expérimentale, par exemple, a été souligné par plusieurs intervenants. De même, l’utilité de la psychotraumatologie ou des diagnostics rétrospectifs ont été mis en lumière, tout comme celle de l’analyse textuelle informatisée. Enfin, plusieurs communications ont attiré l’attention sur le fort renouvellement des études iconographiques. On remarquera enfin que l’équilibre homme/femme a parfaitement été respecté.

[1] Thèse en cours à l’université de Nantes : « Chars à faux, éléphants et autres troupes montées orientales dans les guerres hellénistiques. Approche militaire, sociologique et culturelle », sous la direction d’Isabelle Pimouguet.

[2] Thèse en cours à l’université de Poitiers : « Le corps à l’épreuve du quotidien », sous la direction de Lydie Bodiou.

[3] Thèse en cours à l’université Bordeaux Montaigne : La violence de guerre dans le monde romain (IIIe siècle avant J.-C. – IIIe siècle après J.-C.), sous la direction de François Cadiou.

Sophie Hulot

Doctorante en histoire romaine, Université Bordeaux Montaigne

Programme de la journée d’étude.

Annexe : Présentation des interventions sur le Moyen Age

À lire dans la R.E.A. :

Bonnechere (P.), « La μάχαιρα était dissimulée dans le κανοὺν : quelques interrogations », R.E.A. 101-1/2, 1999, p. 21-35.

Citer cet article comme : Sophie Hulot, La violence guerrière : De l’Antiquité au Moyen Âge, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 09/07/2018, https://reainfo.hypotheses.org/11742.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.