2 ouvrages jeunesse sur l’Antiquité aux Éditions amaterra

Catalli (D.), La Bataille des grenouilles et des souris. D’après Homère. – Lyon : Éditions Amaterra, 2017. – 48 p.  – ISBN : 978.2.36856.149.2.

 

 

 

 

Gérinte (S.), Catalli (D.), Électre, justicière. – Lyon : Éditions amaterra, 2018. – 48 p.  – (Les grands personnages à hauteur d’enfant). – ISBN : 978.2.36856.154.6.

Les éditions amaterra, maison d’édition jeunesse éclectique et guidée par le souci du beau et du bien, ont fait paraître ces derniers mois plusieurs ouvrages illustrant des récits antiques. Deux livres en particulier ont retenu notre attention, par la qualité du texte proposé, sublimé par les illustrations.

Électre, justicière appartient à une collection qui ne compte encore que trois volumes, « Les grands personnages à hauteur d’enfant », et côtoie donc Calamity Jane et Cléopâtre. La Bataille des grenouilles et des souris est en revanche paru hors collection, tant cet ouvrage est inclassable. Notons que cet éditeur propose d’autres récits antiques, dans deux collections intéressantes également : « Les grands textes à hauteur d’enfant », où l’on trouve Thésée aux côtés de Gavroche, et « L’autre histoire », qui réécrit des textes à travers les yeux d’un personnage secondaire (comme l’Odyssée du point de vue d’Argos). Électre et La Bataille des grenouilles et des souris ont par ailleurs en commun le même illustrateur, Daniele Catalli : les illustrations sont souvent la clé d’un ouvrage jeunesse et, dans le cas de ces livres, elles constituent indéniablement un atout majeur. Elles participent en effet de la lisibilité du texte pour les plus jeunes tout en faisant gagner au livre une maturité qui ne rebutera pas les lecteurs plus âgés.

Dans Électre, le mythe est sobrement raconté mais sans rien perdre de sa force ni de sa violence. Le ton est juste, avec la retenue nécessaire pour aborder des faits insoutenables avec des enfants. Les échos avec le conte de fée, dans le personnage de la marâtre notamment, incarné ici par Clytemnestre, fonctionnent également comme clé de lecture. La présentation d’Électre comme « justicière » replace le récit dans le cadre du mythe fondateur de la justice ; la dernière page de l’ouvrage rappelle l’évolution dramatique du personnage et donne quelques repères d’histoire littéraire. Les mots sont choisis avec soin par Sylvie Gérinte, qui allie simplicité et poésie, dans une veine toute classique : « Électre, la sérieuse, la brillante, Électre aux petits pieds blancs » (p. 5). Les illustrations de Daniele Catalli sont, quant à elles, au diapason du texte. Dès la première image (p. 6), la scène du crime interpelle par le contraste entre la luxuriance du cadre et le corps d’Agamemnon, gisant au sol (fig. 1). Les expressions des personnages, en particulier celles de Clytemnestre, sont éloquentes. Le choix des couleurs, tons noirs et orangés, et le tracé des visages, assez géométrique, sont clairement inspirés des céramiques antiques. L’ensemble donne une impression d’austérité, peut-être difficile pour un jeune public. Cependant, quelques détails réalistes (comme ce porc qui défèque, p. 8) et plusieurs scènes empreintes d’émotion (le lumineux conciliabule entre Oreste, Électre et Pylade, p. 33 ; le bucolique retour d’Oreste à Mycènes, p. 44-45) compensent en partie l’âpreté du dessin.

Fig. 1. Agamemnon, gisant au sol (p. 6). Électre, justicière. © D. Catalli – Éditions amaterra.

On retrouve cette âpreté, mais cette fois dans un genre grandiloquent, dans l’autre ouvrage illustré par Daniele Catalli, La Bataille des grenouilles et des souris (traduction française de Séverine Petit, à partir de l’adaptation italienne de Claudio Malpede et Danielle Catalli). Dès les premières pages, on est happé par des dessins magnifiques, expressifs et dynamiques. Les aplats de couleurs vives, voire violentes dans leurs contrastes, rappellent que la fable de La Bataille des grenouilles et des souris n’a rien d’enfantin, même sous ces traits ludiques, et il est délicat de se prononcer sur un âge de lecture. Sur le modèle homérique, La Bataille des grenouilles et des souris (dont on ne sait vraiment qui l’a composée) met en scène le peuple des marais et celui des rongeurs, qui s’affrontent à mort sur un malentendu. Tout comme le dessin, le jeu des découpes fait de ce livre un bel objet d’art, sans rien ôter, bien au contraire, au message : une petite vanité masquée dans les roseaux, et qui naît de la superposition de deux pages (p. 6 et 8), annonce dès l’ouverture le thème de l’œuvre. La stupidité et la violence de la guerre sont superbement dénoncées par l’artiste, dont la palette évolue au fil des pages et du nombre de morts : d’un vert champêtre on passe à un jaune soutenu criblé çà et là de rouge, avant que l’écarlate ne remplisse la page, couleur du sang qui jaillit mais aussi des coquelicots, symbole s’il en est des champs de bataille. Les scènes de bataille, où l’on croirait voir danser des escrimeurs (p. 38-39) (fig. 2), fonctionnent à merveille en complément du texte, qui ne nous épargne, comme sous les murailles de Troie, aucun détail : « il lui coupa la tête, qui roula sur le sol, les yeux encore ouverts » (p. 26) ou « il lui écrasa la tête, la cervelle sortit d’un coup par les naseaux » (p. 27). La permanence du discours dénonçant la folie meurtrière est soulignée autant par le dessin que par le texte, qui multiplient les références modernes : ici, une souris est assise sur une brique LEGO (p. 15), là, les rongeurs forgent leurs armes avec des allumettes, des capsules de bière, des capuchons de stylos (p. 16). Les noms des animaux sont parfois simplifiés par rapport à l’édition moderne de P. Brunet[1] : « Grippemiette » remplace « Rognequignon » par exemple, et « Joufelu » « Maxigoître ». Le texte est proche de l’original, dans le ton comme dans le lexique, tout en étant raccourci et adapté, ce qui n’était pas une mince affaire. Malgré le classement de ce livre en littérature jeunesse, l’histoire de la Bataille des grenouilles et des souris demeure un texte fort, et cette version en est une très belle adaptation, très fidèle à l’esprit, et la beauté des illustrations esthétise la violence tout en la soulignant. Ainsi, les dernières pages sont particulièrement poignantes : une nuée de lucioles semble se transformer en pluie de météorites sur un champ de bataille post-apocalyptique où se détachent deux personnages, une grenouille qui pleure une souris.

Fig. 2. Scène de bataille entre Creusefromage et Placidus Dumarais (p. 38-39), La Bataille des grenouilles et des souris, d’après Homère. © D. Catalli – Éditions amaterra.

Marion Bellissime

Professeur de français, Collège Honoré de Balzac (Vénissieux)

[1] Brunet P., La Batrachomyomachie, Éditions Allia, 1998.
À lire dans la R.E.A. :

Kirk (G. S.), « Deux nouveaux commentaires d’Homère», R.E.A. 83-3/4, 1981, p. 285-290.

Citer cet article comme : Marion Bellissime, 2 ouvrages jeunesse sur l’Antiquité aux Éditions amaterra, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 27/08/2018, https://reainfo.hypotheses.org/11819.

Crédits image : premières de couverture des deux ouvrages. © Éditions amaterra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.