Exposition « Eleusis. The Great Mysteries »

Depuis 2015, le musée de l’Acropole organise des expositions temporaires qui rassemblent de nombreux objets mis au jour sur de grands sites archéologiques grecs. Le but du musée est de mettre en avant des thématiques peu traitées par ailleurs et de donner aux visiteurs l’envie de se rendre sur le site en question. Après les expositions consacrées à Samothrace[1] et à Dodone[2], le musée de l’Acropole accueille une troisième exposition de la série, dédiée au sanctuaire d’Éleusis : « Eleusis and the great mysteries », du 26 février au 30 mai 2018. Ce lieu de culte était l’un des plus importants centres religieux du monde grec, relié à Athènes par une voie sacrée de 20 kilomètres. Il était particulièrement réputé pour ses grands mystères en l’honneur de Déméter et de Korè, auxquels seuls pouvaient participer les initiés.

L’exposition débute par une synthèse de toutes les informations historiques importantes pour comprendre le contexte des objets exposés. Le panneau explicatif disposé à l’entrée de la salle fournit également un plan très utile de l’ensemble du site.

Immédiatement à gauche, une petite pièce regroupe des objets découverts dans le sanctuaire d’Aphrodite, à Daphné, situé sur la voie sacrée entre Athènes et Éleusis. On y trouve notamment des offrandes datées du IVe siècle avant J.-C. sur lesquelles sont inscrits les noms des dédicants, par exemple des statuettes de colombes consacrées à la déesse (fig. 1) et des plaques votives représentant des sexes féminins. Un relief votif des années 420 avant J.-C. associe Aphrodite, Déméter et Korè. On peut également y voir un petit Éros volant entre Aphrodite et Déméter. Un fidèle, de plus petite taille, est figuré aux côtés de ces divinités. Ce relief fait probablement écho à un moment de la grande procession des mystères d’Éleusis, lors de son passage dans le sanctuaire d’Aphrodite.

Fig. 1. Colombe dédicacée, IVe siècle avant J.-C. (Musée national archéologique, n°1592 – Photo J. Bernini)

Le visiteur peut ensuite accéder au cœur de l’exposition en entrant dans la salle principale, organisée selon la forme du Télestérion d’Éleusis, bâtiment dans lequel avaient lieu les mystères. Divers objets associés au sanctuaire (céramique, statuaire, fragments architecturaux et inscriptions) sont exposés dans un ordre qui suit ce que nous connaissons du déroulement de la cérémonie. Le premier objet est une plaque votive en terre cuite peinte, à figure rouge sur fond noir, des années autour de 370 avant J.-C. (fig. 2). C’est un des rares témoignages iconographiques sur les mystères d’Éleusis. Elle montre probablement l’arrivée de la procession des initiés dans le sanctuaire. Non loin, un vase à figure rouge montre un prêtre qui conduit un initié tenant une torche vers un lieu inconnu, pendant que Korè regarde la scène. Il s’agirait d’un rite préliminaire aux mystères. De là où il se trouve alors, le visiteur peut également voir la statue d’une jeune femme, la célèbre “Korè fuyante” en marbre pentélique, datant de 480 avant J.-C. (fig. 3). Cette sculpture appartenait probablement à une composition d’un fronton, mais on ne sait pas de quel bâtiment. La scène devait montrer soit l’enlèvement de Korè, soit son retour aux Enfers. Face à elle, une stèle votive de 470-450 avant J.-C. représente les deux déesses éleusiniennes, Déméter et Korè, sont figurées ensemble. Déméter est assise à gauche, ses cheveux tombent dans son dos, elle tient un sceptre et une gerbe de blé. Face à elle, une jeune femme porte une torche dans chaque main : il s’agit très certainement de sa fille Korè mais certain y ont plutôt vu la déesse Hécate.

Fig. 2 : Plaque votive à figure rouge (Musée national archéologique, n°A11036 – Photo J. Bernini)

 

Fig. 3 : Relief votif de Déméter et Korè, la “Korè fuyante” et le cochon votif (Musée archéologique d’Éleusis, respectivement n°5085, n°5235 et n°5053 – Photo du site officiel du musée de l’Acropole)

Plus loin, un petit cochon votif d’époque romaine, en marbre, évoque un des rares moments connus de la cérémonie. En effet, tous les initiés devaient sacrifier un cochon à Déméter, probablement le deuxième jour de la célébration des mystères, après avoir pris un bain purificateur dans la mer.

Un très beau relief du IVe siècle avant J.-C. évoque une autres scène religieuse éleusinienne (fig. 4). Un groupe de fidèles, trois hommes et une femme qui porte quelque chose sur la tête se dirige en direction de Déméter. La déesse est assise sur un rocher. Il s’agit certainement du rocher évoqué dans le mythe de l’enlèvement de Korè, sur lequel Déméter est restée assise, à pleurer sa fille enlevée par le dieu des enfers Hadès. Les fidèles pouvaient admirer ce rocher dans le sanctuaire.

Fig. 4 : Relief votif de fidèles à Eleusis, IVe siècle avant J.-C. (Musée archéologique d’Eleusis, n°5066 – Photo J. Bernini)

Le visiteur se trouve ensuite face à des vitrines présentant des kernoi et des plémochoées, vaisselle pour les cérémonies cultuelles et les libations, découvertes dans le sanctuaire d’Eleusis et dans l’Eleusinion d’Athènes, au IVe et au IIIe siècles avant J.-C. Une autre vitrine présente des pièces rares d’époque archaïque : des petites tablettes votives en céramique avec des décors peints (des trépieds et deux femmes, peut-être Déméter et Korè). Elles sont percées d’un trou, indiquant qu’elles étaient suspendues. Plusieurs fragments de céramiques peintes du VIe siècle avant J.-C. ont également été découverts dans le sanctuaire et évoquent des scènes mythologiques. Des morceaux d’un kylix blanc et noir montre ainsi un épisode de gigantomachie, où Athéna tue un géant au corps de poisson.

On peut ensuite admirer plusieurs fragments de statues d’époque romaine. L’une d’elles est une copie romaine d’une sculpture originale du IVe siècle avant J.-C., représentant le dieu Poséidon en position de repos, la jambe appuyée sur un dauphin. À côté de lui, est exposée une base de statue sur laquelle ne sont conservés que deux pieds humains, peut-être ceux d’un Poséidon, et l’encolure et la tête d’un cheval.

Plusieurs fragments de sculpture présentés ensuite proviennent du fronton du temple F, daté du IIe siècle de notre ère, qui mettaient en scène l’enlèvement de Korè. Le style est inspiré du fronton ouest du Parthénon.

Dans la dernière partie de la salle, un objet très rare, une plaque en marbre intacte, elle aussi datée du IIe siècle de notre ère, décrit le processus de pressage des olives. On peut y voir, sculptés à l’intérieur, un bassin, une presse, un pithos et un buste d’Athéna, représentée ici pour avoir donné l’olivier aux Hommes.

Plusieurs inscriptions sont ensuite visibles sur le chemin qui mène le visiteur à une pièce de projection, située au milieu de la salle d’exposition. On peut alors s’arrêter devant un décret honorifique pour le général Derkylos, orné d’un relief représentant Déméter et Korè et une personnification de la ville d’Éleusis, daté de 319/318 avant J.-C.

Une torche monumentale d’époque romaine est exposée à l’entrée de la pièce où est projetée une vidéo. On remarque des croix sur la partie basse de la torche. Elles y ont été gravées quand le temple a été transformé en église. On se dirige alors vers la petite pièce centrale où est diffusé un film de présentation sur le site archéologique. Elle reprend l’emplacement et les dimensions de l’Anaktorion, le lieu au cœur du Télestérion où étaient conservés les objets montrés aux fidèles pendant les mystères. Divers portraits anonymes romains, également découverts à Éleusis, clôturent le parcours initiatique du visiteur.

L’objectif de cette exposition nous a donc semblé atteint : nul doute qu’à la sortie le curieux auront envie de se rendre sur le site d’Éleusis. La visite de cette exposition temporaire est un véritable plaisir, à prix modique (3 euros en tarif plein). La muséographie est réussie : la salle d’exposition reconstitue l’intérieur du Télestérion, lieu des grands mystères de Déméter. Tous les objets exposés sont présentés de manière cohérente, dans l’ordre du déroulement des cérémonies associées aux mystères. Les visiteurs ne doivent néanmoins pas s’attendre à trouver une ambiance mystique, ce qui n’est pas le propos de cette exposition. Elle tend plutôt à mettre en avant les pratiques cultuelles éleusiniennes. Le catalogue de l’exposition, plus succinct que celui sur Dodone, est néanmoins pratique : après une utile préface présentant les mystères d’Éleusis et une brève description du site, les principaux objets sont accompagnés d’une notice explicative. L’ensemble des objets est systématiquement répertorié et resitué sur le plan de la salle. Un ouvrage à se procurer pour ceux intéressés par le sujet qui n’auraient pas l’occasion de visiter l’exposition avant sa clôture !

Pour en savoir plus :

Eleusis.The great mysteries, acropolis museum, Athens 2018 [catalogue de l’exposition].

G. Mylonas, Eleusis and the Eleusinian Mysteries, Princeton, 1961.

Julie Bernini, doctorante en Histoire grecque, Université Bordeaux Montaigne

Joy Rivault, docteure en Histoire grecque, Université Bordeaux Montaigne

[1] « Samothrace. The mysteries of the great gods », 20 Juin 2015 – 10 Janvier 2016.

[2] « Dodona. The oracle of sounds », 20 Juin 2016 – 31 Mars 2017.

Crédits image : affiche de l’exposition, voir le site des organisateurs.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search