En terrasse avec Cicéron

Trémolet de Villers (J.), En terrasse avec Cicéron. – Paris : Les Belles Lettres, 2018. – 160 p. – ISBN : 978.2.251.44793.3.


Voici un petit livre original et inclassable. En effet, le lecteur qui voudrait le ranger dans une bibliothèque organisée par catégories aurait du mal à lui coller une étiquette.

Si l’on en croit la dernière phrase de la postface, intitulée « Invitation », qui clôt ce volume, Jacques Trémolet de Villers, avocat, écrivain, conférencier, enseignant à l’occasion, et, surtout, homme de grande culture, a souhaité lui donner « pour seule raison d’être […] d’inviter le lecteur à rencontrer Cicéron » (p. 158). Il pousse le zèle jusqu’à préciser (p. 154) : « Il y a plus de soixante volumes, texte latin et français, c’est aux « Belles Lettres », à Paris, 95, boulevard Raspail, dans le VIe arrondissement, au métro Rennes ». (Heureusement, pour les non-Parisiens, on peut aussi se les procurer en province !).

Par certains aspects, ce livre est une anthologie des ouvrages philosophiques du célèbre Romain. On y trouve, traduits en français, des textes tirés des Tusculanes, du De amicitia, du De senectute, etc., traitant, comme le dit l’auteur lui-même en quatrième de couverture, « de la vieillesse et de la mort, de la souffrance et du bonheur, de la politique et du gouvernement, de la richesse et de la gloire, et, surtout de la patrie et de l’amitié ». Les passages sont bien choisis et reflètent parfaitement la pensée si nuancée de celui qui les a écrits. Les traductions sont alertes et agréables à lire. Parfois, elles suivent de très près celles de la collection Guillaume Budé, publiées par les Belles Lettres, parfois elles sont plus personnelles. Dans tous les cas, elles s’appliquent, sans toutefois tomber dans le laisser-aller, à utiliser une langue proche de celle dont nous nous servons aujourd’hui ; ainsi, pour donner un exemple, les interrogations de Tusculanes III 43 sont présentées sans inversion du sujet (p. 126) : « Tu lui ferais ingurgiter une coupe de vin doux pour mettre un terme à ses lamentations ? » À d’autres endroits, l’auteur se permet une modification afin que la phrase nous « parle » davantage ; c’est le cas toujours pour Tusculanes III 43 : Cicéron demande si quem tuorum adflictum maerore videris, huic acipenserem potius quam aliquem Socraticum libellum dabis ?, ce que Maître Trémolet de Villers traduit par « si tu vois quelqu’un des tiens accablé par le désespoir, tu lui donneras du caviar plutôt que des pensées de Socrate ? », remplaçant l’acipenser, poisson de mer très estimé des Anciens, par un mets équivalent quant à sa valeur pour nous. On sent que l’auteur aime la langue latine, et il n’est pas rare qu’il se fasse plaisir en accompagnant une forme française de sa version originale. Mais, dans son enthousiasme, il récrit parfois le texte ! C’est ce qui se passe, page 98, où il métamorphose hac en hoc lorsqu’il évoque le De amicitia 103, de la façon suivante : « je n’ai rien à mettre en parallèle avec l’amitié de Scipion. J’ai trouvé auprès de lui un accord complet en politique, “in hoc mihi de republica consensus”, des conseils pour ma vie privée, “in hoc rerum privatorum[1] consilium” », mettant deux fois hoc au masculin alors que le texte des éditions de Cicéron est sans variante nihil habeo quod cum amicitia Scipionis possim comparare : in hac mihi de re publica consensus, in hac rerum privatarum consilium, (hac, au féminin, renvoyant à amicitia). Cela s’explique, parce que ce n’est pas une œuvre scientifique qu’a voulu faire l’auteur ; aucune référence n’est fournie ; le titre des ouvrages n’est même pas indiqué ; le lecteur reconnaît ou non la source ; tout est présenté comme des échanges au cours d’une conversation informelle où intervient Cicéron, dont les propos sont authentiques. C’est pourquoi, un critique pointilleux serait mal venu de pinailler sur les détails. On lit (p. 72) : « Milon et, après lui, Sextius, dont l’affaire était semblable, furent acquittés ». Si Sextius (dont le nom est plus couramment noté Sestius) a bien été acquitté en 56 avant J.-C., il n’en va pas de même pour Milon, dont le procès suite à l’assassinat de Clodius a eu lieu en 52 avant J.-C., (c’est-à-dire après et non avant celui de Sestius), et qui selon Asconius qui donne même le nombre de voix pour et contre, fut condamné. Célèbre est, d’ailleurs, l’anecdote rapportée par Dion Cassius XL 54, 2 : Milon, sans attendre les autres jugements le concernant, s’exila aussitôt à Marseille ; l’orateur, impressionné par l’aspect de camp militaire qu’offrait le forum pour des raisons de sécurité, avait bafouillé durant sa plaidoirie ; il rédigea à tête reposée le chef-d’œuvre que nous connaissons ; il l’envoya au condamné qui se serait écrié : « Ah, Cicéron, si tu avais ainsi plaidé pour moi, je ne mangerais pas de si bons rougets à Marseille ! ». D’après le contexte, je suppose que Maître Trémolet de Villers se réfère à ce procès, d’autant plus qu’il écrit que l’affaire de Milon était « semblable » à celle de Sestius, lequel était accusé de vi, « de violence » (et aussi de ambitu, « de brigue »). Toutefois, Cicéron avait déjà défendu Milon attaqué par Clodius au sujet de son endettement en 53 avant J.-C. Il ne reste que quelques phrases de ce discours « sur les dettes de Milon ».

Maître Trémolet de Villers ne s’est pas seulement inspiré du fond, il a aussi imité la forme. On le sait, certains traités du grand Romain sont présentés comme des dialogues, s’inscrivant ainsi dans la tradition de Platon ou d’Aristote. À la vérité, les spécialistes reconnaissent plusieurs types de dialogues et relèvent minutieusement les différences qui les distinguent : tantôt l’écrivain intervient en personne et ses interlocuteurs sont ses contemporains, tantôt il met en scène des défunts décédés depuis plus ou moins longtemps (catégorie que les chercheurs subdivisent encore en plusieurs branches). Maître Trémolet de Villers n’entre pas dans ces considérations subtiles, et les intervenants des conversations qu’il imagine sont, outre Cicéron et certaines figures de ses œuvres, lui-même, des connaissances à lui, vivantes ou trépassées (au chapitre VII l’une d’elles, par exemple, dont le nom n’est pas prononcé, présente beaucoup de traits de Norodom Sihanouk). Tous ces personnages sont censés se réunir à la tombée du jour, et ceci pendant les neuf nuits qui forment les neuf chapitres. Par là, ce récit peut relever du « Fantastique » (où l’anachronisme n’est pas proscrit, à preuve page 15 « Platon qui mourut à 81 ans, le stylo à la main »).

C’est aussi une méditation sur notre vie, qu’on pourrait classer au rayon « Philosophie ». L’auteur y fait la démonstration que les questions qui tourmentent les hommes restent les mêmes à travers les siècles et que les réflexions des Anciens sur ces sujets nous sont toujours utiles aujourd’hui. Au fil des pages se révèlent des allusions à l’actualité, tantôt grâce à des expressions suggestives (p. 157, « tirer, à la mode des motions de partis, une prétendue synthèse »), tantôt par des noms propres (« « les amis de trente ans », Chirac, Balladur », p. 85). Des références à des écrivains de tous les temps apparaissent ici et là : Augustin, La Fontaine, Saint-Exupéry, Federico García Lorca[2], Brassens, etc.

La scène est située à Vivario, un village de Corse. Pourquoi la Corse ? Peut-être parce que c’est à Corte qu’une conversation entendue un jour à l’apéritif en terrasse d’un bar et qui ressemblait aux conversations qu’on trouve dans certains ouvrages de Cicéron, d’après ce que rappelle la quatrième de couverture, a donné à l’auteur l’idée de cette composition. Peut-être, parce que là-bas, « comme dans toutes les îles de Méditerranée, les morts ne nous quittent pas », selon la même page. Et puis, Maître Trémolet de Villers nomme cette terre, page 12, « mon île maternelle » (certes, il est né à Mende, mais on sait que sa mère est corse) et c’est sans doute la raison la plus profonde et la plus déterminante ; la Corse est maternelle pour lui comme pour lui l’est la pensée cicéronienne qui l’a nourri. Pourquoi Vivario ? Certainement parce que c’est la commune où est implantée sa famille (ce livre est dédié à son épouse, « élue au conseil municipal de Vivario »). Il se peut aussi que dans son inconscient, Vivario, toponyme apparenté au verbe latin vivere, « vivre » par le biais de vivarium, soit l’endroit idéal pour ces rencontres montrant que la vie ne finit jamais, que les mêmes interrogations humaines demeurent à travers les siècles, ce que symbolisent ces échanges entre personnes de toutes les époques.

C’est aussi parce que Vivario est un village typique, au cœur d’un paysage caractéristique et grandiose, en phase avec les réflexions développées. Quand le narrateur plante le décor ou présente les intervenants des divers entretiens, c’est un peintre qui fait un tableau touche après touche. On sent, à ses vibrantes évocations des lieux, des heures et des hommes, combien Maître Trémolet de Villers aime ce pays et le comprend. Ce fascicule est un véritable hymne à la Corse de sorte que dans une bibliothèque on pourrait fort bien le classer au rayon « Guides de Tourisme ».

Cependant on pourrait tout aussi bien le placer au rayon « Livres d’art ». En terrasse avec Cicéron est écrit (et très bien écrit !) par Jacques Trémolet de Villers, illustré par Axelle. Les illustrations qui terminent chaque chapitre font sentir à merveille l’atmosphère de Vivario, le panorama avec le Monte d’Oro, le jeu de l’ombre et de la lumière sur la place où se dresse la statue de Diane à la biche, sur les maisons et dans les ruelles en pente, à la terrasse du bar « Chez Vincent » où bavardent le patron et les consommateurs. Ne serait-ce que pour ces dessins qui en rendent si parfaitement l’atmosphère, ce volume est à parcourir absolument !

Lucienne Deschamps

Professeure émérite en Langue et littératures latines, Université Bordeaux Montaigne

[1] Ici la typographie a joué des tours au mot, c’est évidemment privatarum qu’il faut lire. Dans la citation latine suivante, il manque oblectationis pour que ce soit compréhensible. À plusieurs reprises, on relève ainsi des erreurs sur des mots latins ; il y en a aussi dans les termes français.

[2] L’auteur donne en traduction, puis dans la langue originale, les quatre vers du « Silence », que personnellement j’ai toujours connus sous la forme suivante : Oye, hijo mío, el silencio./ Es un silencio ondulado,/ un silencio, donde resbalan valles y ecos/ y que inclina las frentes hacia el suelo. Si « resbalen » et « echos » qu’on lit p. 86 peuvent être des fautes typographiques, je ne sais pas d’où vient « los frontos » qui y remplace « las frentes ».

Citer cet article comme : Lucienne Deschamps, En terrasse avec Cicéron, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 02/07/2018, https://reainfo.hypotheses.org/11971.

Crédits image : première de couverture. © Les Belles Lettres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.