L’avenir se prépare de loin

L’avenir se prépare de loin. Trente regards sur l’Antiquité pour construire le futur. J. Bouineau dir. – Paris : Belles Lettres, 2018. – 240 p. : ill. – ISBN : 978.2.251.44820.6.

En 2015 a été fondé « Antiquité-Avenir », réseau ayant pour but de « promouvoir et valoriser la connaissance de l’Antiquité » lequel regroupe aujourd’hui trente-huit associations. Ce réseau est parrainé par un comité d’honneur « composé de nombreuses personnalités venues d’horizons variés et qui toutes ont été en relation avec l’Antiquité au cours de leur vie » (p. 8). À ces membres, hommes et femmes, a été demandé ce que leur suggéraient les deux mots rapprochés dans l’appellation, antiquité et avenir. Trente d’entre eux, (de nationalité française, suisse, belge, anglaise, italienne, libanaise, etc.), ont envoyé un petit texte. Ce sont ces réflexions de longueur variable, (entre, en gros, trois et onze pages), qui constituent le recueil publié sous le titre L’avenir se prépare de loin (dernière phrase de la contribution de Paul Demont, p. 78).

Étant donné ces circonstances, le lecteur, s’attendant à quelque chose de conventionnel, sera tenté de se dire : « Inutile de me plonger là-dedans, je sais d’avance ce que je vais y trouver ! » Le fait est que le résultat est sans surprise : tous proclament les bienfaits apportés par la fréquentation de l’Antiquité, terme qui renvoie dans la plupart des articles aux Grecs et aux Latins, mais aussi parfois aux peuples anciens du Proche-Orient, (en outre, Michael Edwards évoque fugacement des ancêtres germaniques et Marianne Bastid-Bruguière, sinologue, fait allusion au comportement de la Chine actuelle qui revient à Confucius, après s’en être détournée pendant des décennies). On est ébloui par la multiplicité des arguments, leur intelligence, leur finesse, sans parler du style de chaque auteur, ce qui est un vrai régal dans cette démonstration du bien-fondé de l’étude des mondes antiques, de leur histoire, de leur civilisation, de leur art, de leur culture, de leur pensée, de leurs langues, ainsi que de son utilité en vue de préparer un avenir heureux à l’humanité.

Force est de constater que lorsqu’on commence à parcourir ce volume, on ne peut plus s’arrêter. J’oserais dire que ce n’est pas tant l’habileté des plaidoyers et des témoignages qui fait l’intérêt de cet ouvrage (même si elle y contribue grandement) que la personnalité des intervenants. Chaque développement peint celui qui l’a écrit, qu’il le veuille (ainsi, la plupart des témoins parlent de leur spécialité de recherche ou de leur domaine d’activité) ou sans qu’il s’en doute. Toutefois, rien à voir avec une galerie de portraits figés, on déambule au milieu d’une succession de tableaux vivants ! Et c’est passionnant, d’autant plus qu’on a affaire à des « sommités » (savants, professeurs, écrivains, hommes politiques) qui ne « se déboutonnent » pas facilement en public. Certains textes sont des dissertations très académiques, d’autres racontent l’existence du contributeur, ou narrent des anecdotes qu’il a vécues, évoquent des êtres qu’il a rencontrés, des événements auxquels il a participé, égrènent des souvenirs, nous offrant des « tranches de vie », non sans humour parfois. Beaucoup se réfèrent à l’actualité contemporaine, à des faits politiques. Denis Knoepfler, relate, en une sorte de récit d’aventure qui tient jusqu’au bout le lecteur en haleine, illustrations à l’appui, comment il a découvert le sanctuaire d’Artémis Amarysia dans l’île d’Eubée. Le choix de ce qu’il a décidé de dire et de la façon dont il le dit révèle celui qui « tient la plume ». « L’Antiquité et ses antonymes » d’Arnaud Zucker est un véritable poème en prose ; dans « L’Antiquité, c’est l’avant-garde » de Christian Prigent, on goûte toute la fougue irrévérencieuse du directeur de TXT… Autant de variations sur un thème : allegro, vivace, con brio, ou même appassionato… C’est ainsi qu’à chaque contribution naît un nouveau « suspense » : sous quelle forme va-t-elle se présenter ? Poussé par la curiosité, le lecteur a toujours envie de découvrir l’article suivant et de fil en aiguille, s’il s’écoutait, il lirait le bouquin d’un trait !

D’un certain point de vue, cet ouvrage prend des allures d’étude sociologique. Aussi en vient-on à regretter que le panel soit limité à des intellectuels, surtout littéraires (on note cependant un économiste, un membre de l’Académie des Sciences). Pourquoi ne pas avoir contacté des manageurs d’entreprise, des hommes d’affaires, voire des sportifs ? La tranche d’âge sollicitée aurait pu être également élargie. Tous ces écrivains sont nés entre 1930 et 1964 (d’ailleurs, à la lecture, la différence entre le plus vieux et le plus jeune est nettement perceptible). Pourquoi ne pas leur avoir suggéré de confier le clavier de l’ordinateur pour quelques lignes à leurs enfants ou petits-enfants selon les cas ? Pourquoi ne pas avoir demandé leur avis sur ce sujet à des élèves d’un établissement de zone difficile?

En tout cas, quand on referme ce livre plein de vie, on se surprend à s’interroger : « Et moi, qu’aurais-je déclaré ? »

Lucienne Deschamps

Professeure émérite en Langue et littératures latines, Université Bordeaux Montaigne

Citer cet article comme : Lucienne Deschamps, L’avenir se prépare de loin, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 23/07/2018, https://reainfo.hypotheses.org/11977.

Crédits image : première de couverture. © Les Belles Lettres.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search