Les Grands Jeux Romains de Nîmes : faire (re)vivre l’Antiquité

Vous trépignez d’excitation devant les virages serrés d’une course de char, puis, le sable à peine tassé, vous voici à hurler des encouragements et des malédictions aux paires de gladiateurs qui s’affrontent dans l’arène[1]. Non, vous n’êtes pas devant Ben-Hur, Spartacus ou le dernier album de la série Murena. Tout cela, c’est en « vrai », grandeur nature, sous un soleil qui n’a rien à envier à celui du Latium. Vous êtes à Nîmes (Colonia Augusta Nemausensis), vous êtes aux Grands Jeux Romains.

En 122 de notre ère, l’empereur Hadrien effectue une tournée des provinces de l’Empire, qui l’entraine notamment depuis les lointaines frontières de la Bretagne jusqu’en Égypte. En chemin, il traverse la Gaule et s’arrête à Nîmes où, selon le récit de l’Histoire Auguste[2], il fît bâtir une basilique en l’honneur de sa mère (adoptive) Plotine. Or il n’était pas rare que l’empereur offrit des jeux aux cités de l’Empire à l’occasion de son passage. C’est cet épisode historique[3] qui a donné à Éric Teyssier, maître de conférences-HDR à l’Université de Nîmes, l’idée d’organiser une grande reconstitution à la fois pédagogique et festive, celle des Grands Jeux Romains (désormais GJR).

La première édition, en 2010, était un double pari : il fallait dans un premier temps convaincre la société Culturespace, gestionnaire de la conservation et de la mise en valeur des monuments romains de Nîmes en délégation de service public, de confier à des historiens les « clés » de l’amphithéâtre (d’une capacité de 12 000 spectateurs) et de débloquer un budget de plusieurs centaines de milliers d’euros. Mais le directeur des arènes, Michael Couzigou, accepta courageusement de prendre le risque. Le second pari était d’organiser un spectacle avec pour acteurs et figurants presque exclusivement des amateurs. Les reconstituteurs expérimentés, pour qui endosser la cotte de maille et manier le scutum était parfois devenu une vieille habitude, côtoyaient en effet, au coude à coude dans la tortue, les étudiants enrôlés, véritables « bleus » (tirones) aux yeux des premiers. Résultat : des heures d’entraînement, pour des manœuvres peu à peu moins maladroites, dirigées d’une main de fer par Éric Dars, enseignant lui aussi à l’Université de Nîmes, qui campe désormais chaque année le rôle du charismatique praeco. Éric Teyssier se souvient de l’enjeu de ces premiers GJR : « Pour la première fois, nous allions donner une dimension nouvelle à la reconstitution historique. Jamais rien de semblable n’avait été fait jusqu’alors et il fallait être à la hauteur du monument que nous allions ainsi mettre en valeur de façon didactique. »

Le public allait-il communier avec ces passionnés d’histoire ancienne ? Et bien oui, le succès fut au rendez-vous, et l’expérience, tant dans les gradins de l’amphithéâtre que sur sa piste, inoubliable. Cet enthousiasme, renouvelé chaque année depuis huit ans, pendant trois jours, entre la fin du mois d’avril et le début du mois de mai, confère désormais à l’évènement une portée qui dépasse les frontières : ce sont des groupes de reconstituteurs allemands, anglais, autrichiens, croates, italiens, suisses et même argentins qui sont venus, au fil des ans, grossir les rangs de la légion romaine ou des barbares (fig. 1).

Fig.1. Une centurie en formation « tortue ». © Eric Tessier.

Et cette passion romaine s’étend aussi hors des arènes : à l’approche des jeux, la ville entière s’orne d’étendards portant la devise de la République (SPQR), et la « Rome française » redevient, pour quelques jours, la colonie latine prospère qu’elle était, il y a près de deux mille ans. Cet enthousiasme touche jusqu’aux commerçants du centre-ville, qui, des cartes des restaurants aux devantures des librairies, mettent partout en avant le thème de la romanité.

Même si les GJR deviennent de plus en plus populaires, ses organisateurs veillent à toujours garder un regard scientifique sur l’évènement, qui n’est pas seulement un spectacle historique. La reconstitution proposée aux GJR est en effet le résultat d’un véritable travail d’histoire vivante, une discipline enseignée depuis plusieurs années à l’Université de Nîmes, au cœur du cursus de la licence d’histoire. Une démarche qui cherche, en appliquant les enseignements livrés par les sources littéraires et archéologiques, à approcher au plus près du vécu de l’histoire en testant, en mettant à l’épreuve les équipements et les techniques.

L’expertise historique est donc au cœur de la démarche des organisateurs : les explications vivantes du praeco et le programme distribué à tous les spectateurs détaillent ainsi les scènes historiques reconstituées et tordent même le cou à quelques clichés, comme le fameux police verso (pouce en bas), invention du XIXe siècle, à ne surtout pas reproduire dans les arènes (où le public vote en agitant des mappae de couleur) ! Le thème du spectacle principal se renouvelle chaque année (Hannibal en 2015, Cléopâtre en 2016, la reine Bouddica en 2017, Spartacus en 2018) et permet ainsi d’explorer plusieurs facettes, historiques et mythiques, du passé antique (fig. 2).

Fig. 2. Combat de gladiateur opposant deux armaturae : un mirmillon (gauche) et un thrace (droite). © Vincent Chambon – Culturespaces 2008.

Hors des arènes, les GJR s’accompagnent aussi de nombreux ateliers installés à proximité des sites antiques (au pied de la Tour Magne, de la source du dieu Nemausus ou de la Maison Carrée), qui offrent d’autres reconstitutions et animations, ludiques et/ou pédagogiques, sur des aspects de la vie dans l’Antiquité : on y trouve la gladiature bien sûr, mais aussi la médecine, la teinture végétale et même une cérémonie religieuse du culte impérial, où le rituel antique est scrupuleusement suivi, à l’exception du sacrifice animal. Des ateliers destinés aux plus petits et des conférences pour les plus grands (cette année en partenariat avec des enseignants-chercheurs de l’Université de Caen) complètent le programme de ces journées, qui ont pour objectif de démocratiser l’accès à la culture et de proposer un spectacle plaisant, tout en maintenant un discours historique de qualité (fig. 3).

Fig. 3. Un augure procédant au rituel du culte impérial devant la Maison Carrée. © Vincent Chambon – Culturespaces 2008.

Portés depuis la première édition par Culturespace, les GJR sont aussi l’occasion de mettre en avant les monuments de la ville, qui candidate actuellement au classement au patrimoine mondial de l’Unesco, et qui vient d’ouvrir un Musée de la Romanité sur le parvis même des arènes. L’engouement de Nîmes pour son passé antique s’affiche à cette occasion avec toujours plus de vigueur, comme en témoigne par exemple la mini-série web Nemausus. Désormais, les GJR influencent aussi la traditionnelle « Pégoulade », qui ouvre chaque année la célèbre féria de Nîmes. Ce sont deux grands moments de la ville, deux grands héritages qui se rencontrent. Les Nîmois, souvent très conscients de leur tradition taurine, découvrent ainsi que leur passé romain ne se résume pas à de majestueux monuments de pierre et que leurs ancêtres ont, comme eux, hurlé et vibré dans les arènes.

Romain Millot

Doctorant en Histoire romaine, Université Paris 7 Diderot

[1] Je tiens à remercier Éric Teyssier pour ses précisions et ses photographies.

[2] Spart., Hadr., XII.

[3] Cette visite est aussi le cadre historique des Journées Gallo-Romaines du Musée Gallo-Romain de Saint-Romain-En-Gal, qui ont eu lieu, en 2018, les 2 et 3 juin.

Citer cet article comme : Romain Millot, Les Grands Jeux Romains de Nîmes : faire (re)vivre l’Antiquité, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 11/06/2018, https://reainfo.hypotheses.org/12018.
Crédits image : @ Grands Jeux Romains 2018 / Culturespaces.

Une réflexion sur « Les Grands Jeux Romains de Nîmes : faire (re)vivre l’Antiquité »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.