Confronting the Classics. Traditions, Adventures and Innovations

Beard (M.), Confronting the Classics. Traditions, Adventures and Innovations. – Londres : ProfileBooks, 2013. – 384 p. – ISBN : 978.1.7812.5048.8.

Confronting the Classics. Traditions, Adventures and Innovations est le titre d’un ouvrage de Mary Beard publié en 2013. L’auteure britannique, dont la réputation scientifique n’est plus à démontrer[1], propose un texte se voulant très didactique, et non pas exclusivement destiné à un public initié. En ce sens la lecture, plaisante et au registre humoristique, rappelle son S.P.Q.R. Histoire de l’ancienne Rome (paru en 2016) dont Pascal Montlahuc et Romain Millot avaient également souligné l’accessibilité dans un compte rendu réalisé l’an passé[2]. L’ouvrage interroge, sur près de 310 pages, tant la place à donner à l’Antiquité aujourd’hui que les traitements qui en sont et qui en ont été faits.

De la sorte, l’introduction intitulée « Do Classics have a Future ? » incarne le sujet même de l’ouvrage, bien plus encore, semble-t-il, que son titre « Confronting the Classics ». Mary Beard, qui écrit à la première personne du singulier, (se) pose de nombreuses questions et tente, en premier lieu, d’éclaircir le terme même de « classics » : pour la paraphraser, il renvoie à la littérature, à l’art, à la culture, à l’histoire, la philosophie et aux langues du monde antique[3]. À partir de l’exemple du dramaturge Terence Rattigan faisant du professeur Crocker-Harris un personnage de tragédie grecque dans The Browning Version (1948), Mary Beard entreprend d’étudier les phénomènes de reprises de l’Antiquité et son héritage en Occident. L’auteur rappelle, à juste titre, l’héritage de la culture antique diffusé tant par le cinéma que la littérature. Mais elle n’omet pas de souligner que les classiques ont par la même occasion été modernisés. Elle fait remarquer, titres d’articles à l’appui, le rejet d’un certain nombre d’universitaires qui, dans leurs publications, ont fermement désapprouvé (ou désapprouvent encore) les « rafraîchissements » trop détachés, semble-t-il, des antiques « originaux ». Ipso facto, Mary Beard évoque les vicissitudes des références antiques. Entendons par ce terme la succession d’événements heureux ou malheureux, dont l’Antiquité a été le support à de nombreuses reprises. Ainsi en est-il de certains régimes politiques ayant allégrement pris appui sur ce passé[4]. Elle poursuit en faisant mention du déclin de l’apprentissage des lettres classiques à l’école et des fermetures de départements de lettres classiques dans les universités revenant, in fine, sur le débat de la prétendue décadence de cet enseignement aujourd’hui.

Toutefois, et c’est ici tout l’intérêt de l’ouvrage, l’auteure démontre l’intérêt encore persistant aujourd’hui des spécialistes, comme des non-spécialistes pour l’Antiquité classique. Elle rappelle qu’un dialogue s’est instauré entre ces deux périodes de l’histoire que nous pourrions penser de prime à bord antagoniste et poursuit en affirmant que :

« Ce n’est pas seulement le dialogue que nous avons avec la culture du monde classique ; c’est aussi le dialogue que nous avons avec ceux qui nous ont précédés et qui étaient eux-mêmes en dialogue avec le monde classique »[5].

Son discours, qui traite tant du monde grec que du monde romain, se compose de 31 chapitres répartis en 5 sections qui sont les suivantes : 1. Ancient Greece ; 2. Heroes & Villains of early Rome ; 3. Imperial Rome – Emperors, Empresses & Enemies, 4. Rome from the Bottom up ; 5. Arts & Culture ; Tourists & Scholars. Notons que par souci de clarté, un résumé des chapitres accompagne chaque section. Le choix a été fait de ne pas intégrer de notes de bas de page. Néanmoins, une riche bibliographie est consultable en fin d’ouvrage. Les chapitres, aux titres toujours teintés d’humour, présentent notamment une synthèse des débats scientifiques en cours concernant des figures majeures (Sappho, Jules César, Cléopâtre, Néron…). Ainsi pour « Alexander : How Great » (Partie 1, Chapitre 4), l’auteure discute des publications de ses contemporains réalisant, cela va sans dire, de véritables comptes rendus de ses lectures. Si elle affirme que « potentiellement le livre le plus significatif est l’Alexandre Le Grand de Pierre Briant, car Pierre Briant fait figure mondiale d’autorité, spécialiste de l’Empire perse (achéménide) »[6], elle n’hésite pas à le reprendre : « Il se réfère à plusieurs reprises à des documents censés être particulièrement ‘importants’ ou ‘utiles’ mais il explique rarement aux non-spécialistes quels sont les documents et quel impact exactement leur contenu a sur la période de l’histoire »[7]. Les débats, les « confrontations » institués ici, sont majoritairement le fruit d’un travail de lecture et de relecture de nombreux articles publiés dans le London Review Books, le New York Review of Books et le Times Literary Supplement dont l’auteure est, rappelons-le pour le dernier, chargée de l’édition.

Par ailleurs, le texte s’accompagne de 17 illustrations en noir et blanc. Les légendes qui les accompagnent sont (elles aussi) teintées d’humour. À titre d’exemple, l’Hermaphrodite endormi (conservé au Musée du Louvre), photographié sous deux angles différents, est légendé de la sorte : « L’Hermaphrodite surprend. D’un côté (ci-dessous) [la sculpture] semble présenter une femme endormie ; de l’autre côté (ci-dessus), ça se complique »[8]. Toutefois, la question de l’image et, plus généralement des images véhiculées et transformées de l’Antiquité à travers les arts, auraient mérité quelques approfondissements. Si le chapitre 25 « Arms and the Man », centre son propos sur les créations artistiques, il n’est que très peu question des réinventions et reprises d’antique dans la période contemporaine. L’exposition D’après l’Antique qui s’est tenue au Musée du Louvre en 2001 est la seule à être mentionnée. Pourtant, la première de couverture figurant un photomontage de la Junon Ludovisi (tête colossale conservée au Palazzo Altemps à Rome) revêtant des lunettes de soleil papillonnantes rouges, laissait supposer qu’une analyse des productions artistiques contemporaines serait effectuée[9].

Au-delà de cette remarque, retenons de cet ouvrage agréable à lire et richement documenté, sa portée pédagogique, pensé comme un « guide touristique » pour reprendre la très juste expression utilisée en préface. Mary Beard permet donc au lecteur (non exclusivement spécialiste) de découvrir ou de redécouvrir (du palais de Knossos à la Villa des Mystères à Pompéi), mais aussi de construire ou déconstruire certaines idées reçues (de Rémus et Romulus à Astérix et Obélix) de l’Antiquité classique.

Tiphaine-Annabelle Besnard

Doctorante en Histoire de l’art, Université de Pau et des Pays de l’Adour

[1] Professeur de lettres classiques à l’université de Cambridge, elle est l’auteure de nombreux ouvrages tels que The Fires of Vesuvius : Pompeii Lost and Found (2010) et Women and Power : a Manifesto (2017). Elle est en outre chargée de l’édition du supplément littéraire du Times (The Times Literary Supplement).

[2] Pascal Montlahuc et Romain Millot, « […] SPQR n’est pas un livre destiné aux seuls spécialistes. Il est au contraire un parcours de (re)découverte destiné aux amoureux de la Rome antique, aux étudiants […] », dans « Compte rendu « S.P.Q.R. Histoire de l’ancienne Rome », dans Actualité des études anciennes [en ligne : https://reainfo.hypotheses.org/7504], 03/2017, §1, consulté le 05/06/2018.

[3] Mary Beard, Confronting the Classics. Traditions, Adventures and Innovations, Londres, Profile Books, 2013, p. 11 : « Classics are – or are about – the literature, art, culture, history, philosophy and language of the ancient world ».

[4] À titre d’exemple, voir Johann Chapoutot, Le nazisme et l’Antiquité, Paris, Presses universitaires de France, Collection Quadrige, 2012.

[5] Mary Beard, Confronting the Classics. Traditions, Adventures and Innovations, op. cit., p. 11 : « It is not only the dialogue that we have with the culture of the classical world ; it is also the dialogue that we have with those who have gone before us who were themselves in dialogue with the classical world. »

[6] Mary Beard, Ibid., p. 50 : « Potentially the most significant book is Briant’s Alexander the Great, because Briant is one of the world’s leading authorities on the Persian (Achaemenid) Empire. »

[7] Mary Beard, Ibid., p. 51 : « On several occasions he refers to documents that are supposed to be particularly ‘important’ or ‘useful’, but he rarely explains to the outsiders what the documents are and what impact exactly their content has on the history of the period ».

[8] Mary Beard, Ibid., p. 226 : « The hermaphrodite springs a surprise. From one side (below) it appears to be a sleeping woman ; from the other side (above) we see the complication ».

[9] Nous faisons explicitement référence ici aux photomontages réalisés tant par les artistes danois et norvégiens Almgreen & Dragset que français Léo Caillard.

Crédits image : première de couverture. ©Profilebooks.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search