Vindicta. Tome 1 : Vae Victis

Caliskan (I.), Gibaud (J.-C.), Vindicta. Tome 1 : Vae Victis. – Paris : Y.I.L. Éditions, 2018. – ISN : 978.2.37416.274.4.

L’aventure Vindicta a commencé au sein du club « BD historique » du collège des Parc des Chaumes à Avallon, dans l’Yonne, dans lequel Ilker Caliskan, le dessinateur, et Jean-Charles Gibaud, le scénariste, enseignent respectivement l’anglais et l’histoire-géographie. Les deux auteurs se sont pris au jeu de ce qui ne devait être, au départ, que la réalisation de quelques planches de bande dessinée dans le cadre d’un scénario pédagogique mené avec les élèves. De nombreux mois d’expertise et de travail acharné ont permis de concrétiser ce projet original. Ainsi, le 8 avril 2017, dans le cadre de la 12e édition du festival bourguignon « BD à Semur », Ilker Caliskan et Jean-Charles Gibaud étaient présents au Muséoparc d’Alésia pour présenter des planches originales du projet de bande dessinée Vindicta. Un lieu emblématique pour deux enseignants passionnés d’histoire qui publiaient, en février dernier, un premier volet qui inaugure les aventures d’un jeune roi gaulois, sur fond d’un épisode particulier de la conquête de la Gaule : l’intervention de l’armée de secours de Vercingétorix lors du siège d’Alésia en 52 avant J.-C.

Si, depuis Astérix, la bande dessinée a régulièrement proposé une entrée dans l’histoire des Gaulois sous l’angle de l’aventure (parfois humoristique), elle ne constitue pas moins un art adapté à une vulgarisation scientifique efficace et séduisante qui participe, ces dernières années, à la déconstruction de certains stéréotypes attachés à l’histoire de ces peuples, souvent réduits au statut d’ennemis des Romains. En témoignent, entre autres, la série Roma ab Urbe Condita qui mise sur l’association entre auteurs de bande dessinée et scientifiques pour garantir des reconstitutions historiques rigoureuses ou, plus récemment, L’enquête gauloise, second volet de L’histoire dessinée de la France, dans lequel l’historien Jean-Louis Brunaux et le dessinateur Nicoby s’emparent de la bande dessinée pour rendre compte, avec humour et pédagogie, de la réalité historique des Gaulois. Les auteurs de Vindicta optent quant à eux pour une approche originale de l’affrontement entre les Gaulois et les Romains : en mêlant habilement un traitement sérieux de la période et un récit d’invention séduisant, ils proposent une mise en fiction de l’histoire qui, tout en invitant à déplacer le regard romano-centré habituellement porté sur la guerre des Gaules, s’avère riche d’enseignement.

Nous sommes en 52 avant J.-C. La guerre fait rage entre les légions romaines et certains peuples gaulois refusant de se soumettre. Le récit s’ouvre sur un jour de deuil à Vesunum, la capitale de la tribu gauloise (fictive) des Brénévires : le vieux chef Algorminorix vient de mourir et Sertorix, son fils unique, a été élu nouveau roi. Bien décidé à affirmer son indépendance à l’égard de la présence romaine, incarnée par le général Sextus Aetius Coclès, Sertorix rompt l’alliance avec Rome qu’avait choisie son père, en affirmant l’indépendance de sa tribu, malgré la réserve du druide Épildorix. Cette dissidence soudaine va avoir de lourdes conséquences que le jeune roi ne mesure pas encore. Mais alors que la révolte des peuples gaulois se propage, Sertorix hésite encore à rallier le soulèvement, de crainte d’offrir à son peuple un destin similaire à celui que vient de connaître Avaricum, assiégée par les légions de César. Toutefois, la petite histoire des Brénévires est déjà destinée à rencontrer la grande ; et si l’entrevue avec Vercassivellaunos, cousin de Vercingétorix, ne réussit pas à convaincre Sertorix, son désir de vengeance, qu’alimentent bientôt trahison intestine et drame personnel, l’incite à rejoindre les peuples révoltés à Bibracte, au moment même où débute le siège d’Alésia. Aux abords du Mont Auxois, les intérêts de Sertorix finissent par converger définitivement avec ceux des peuples gaulois. Et si l’issue de la célèbre bataille est connue – le double réseau de fortification mis en place par César conjugué à l’intervention des cavaliers germains, autant que les défections internes, conduisent à la reddition des Gaulois – les aventures du jeune roi Sertorix ne font que commencer…

Arvernes, Atrébates, Éduens, Lingons, Mandubiens, Sénons, Séquanes… Le glossaire proposé au début du volume annonce d’emblée le projet des auteurs : rendre toute son épaisseur et sa complexité à l’histoire des Gaulois, que la coalition qui précède l’affrontement final avec Rome a souvent conduit à présenter comme un seul « camp » uni face à Rome. L’une des richesses de l’album réside ainsi dans la restitution d’un monde gaulois plein, décrit dans toute sa diversité ethnique et sa complexité politique. Car l’évocation des nombreuses nations gauloises dont le nom a été transmis par César dans ses Commentaires sur la Guerre des Gaules permet non seulement de rendre compte de leur organisation en peuples-États autonomes et interconnectés, mais aussi de dépeindre la variété de leurs choix diplomatiques à l’égard de Rome, fluctuant au gré des intérêts particuliers. Ainsi Sertorix, enfant offert par son père comme otage aux Romains en guise de garantie lors d’un traité d’alliance, fait-il le choix, une fois devenu roi, de rompre brutalement les relations commerciales avec Rome : « tes légions devront se passer des vivres de ma tribu » lance-t-il au général Sextius Aetius Coclès lorsque celui-ci lui reproche les retards de livraisons de vivres (p. 6). À l’échelle même de la tribu, les réactions ne sont pas uniformes : alors que la plupart des Brénévires célèbrent la mise en fuite d’une cohorte romaine, l’un d’eux, Rollos, préfère mettre en garde ses compatriotes contre les dangers de la fougue imprudente du jeune roi : « réjouissez-vous pendant qu’il est encore temps. Bientôt les Romains se saouleront sur vos cadavres » (p. 12). De son côté, Sertorix manifeste d’emblée une farouche opposition à la puissance romaine, avant de temporiser : par crainte de mettre en danger les Brénévires, il doute de la nécessité de rallier le soulèvement initié par Vercingétorix, et ce malgré les exhortations de son cousin Dividacos : « Rejoindre Vercingétorix et ses hommes serait une folie. César est invincible » (p. 20). La variété des choix politiques qu’opèrent les tribus gauloises face au conquérant romain apparait avec encore plus d’éclat lorsque les cheminements des acteurs gaulois s’entrecroisent et se confrontent. On peut à ce titre évoquer les planches qui mettent en parallèle Sertorix, tout juste capturé par les Romains à la suite de son affront, et Gabinos, un Lingon au service de Coclès, que ses intérêts personnels ont conduit à accepter la domination romaine : « quand César écrasera l’armée de ce stupide Vercingétorix, les Lingons se retrouveront parmi les vainqueurs » (p. 40). Jusqu’à l’étape finale de l’affrontement et même au-delà, les intérêts des tribus gauloises ont parfois convergé, sans pour autant se superposer. Ainsi, à la page 54 de l’album, à l’arrière-plan qui figure la foule des troupes gauloises en route pour Alésia – symbolisant l’uniformité et la communauté de destin – répondent les portraits de trois Gaulois, surmontant des bulles mettant en image leurs ambitions particulières (la capture de César pour Vercassivellaunos, la renommée pour Dividacos, la mort de Coclès pour Sertorix). La guerre des Gaules qui prend forme dans l’univers de Vindicta relève ainsi moins de la dualité entre les Gaulois et les Romains que de la convergence circonstanciée de certains intérêts gaulois confrontés à la nécessité de préserver leur indépendance.

Dans ce cadre, le choix des auteurs d’entrer dans le monde gaulois contemporain des conquêtes de César par l’intermédiaire d’un roi et d’un peuple gaulois fictifs est judicieux, au sens où il leur garantit une grande liberté d’écriture et d’action, sans pour autant négliger le respect de la réalité historique. De surcroît, cette approche par le particulier permet de décentrer le regard et d’approcher une guerre des Gaules qui n’est finalement ni celle de César, ni celle de Vercingétorix.

L’immersion de la fiction dans ce contexte historique précis permet tout d’abord de se dégager du carcan de « l’événement Alésia » et de déployer le récit dans une temporalité originale. Le choix de faire débuter l’histoire au moment de l’accession au pouvoir du nouveau roi des Brénévires annonce clairement une aventure qui se situe à la hauteur de ses personnages. Lorsque débute le règne de Sertorix, la campagne militaire de César en Gaule a débuté depuis six ans, mais les engagements du père du jeune roi vis-à-vis de Rome ont jusqu’alors tenu les Brénévires à distance des affrontements. Ainsi, pendant la majeure partie de ce premier volet, la guerre des Gaules est surtout une toile de fond, une histoire qui se déroule à distance : la présence romaine se réduit à la VIIIe légion du légat Sextius Aetius Coclès et l’évocation de l’avancée de César n’apparait que dans l’interstice des conversations entre Sertorix et son cousin ou dans celui des directives données à l’armée romaine. On constate également que l’épisode « final » de la campagne de César en Gaule, la bataille d’Alésia, clôture le premier volet de la série et ne représente que le début d’une histoire avant tout centrée sur Sertorix et le destin des Brénévires.

À ce parti pris chronologique, facilité par le choix d’un héros de fiction, s’ajoute une interpénétration efficace de la fiction et de l’histoire. Dans Vindicta, le détour par la fiction donne corps à la réalité historique et permet de varier les échelles, par le biais d’une oscillation entre l’individu et le collectif. Ainsi la rivalité entre Sertorix et Coclès traverse-t-elle l’intégralité du récit, tout en façonnant le parcours de chacun des deux personnages, depuis leur première rencontre animée dans le camp romain jusqu’au cœur de la bataille d’Alésia. Les intérêts particuliers des personnages occupent également une place de choix : plusieurs planches montrent ainsi Sertorix tiraillé entre la nécessité d’assumer les conséquences d’une alliance rompue avec Rome et la crainte de mettre son peuple en danger (p. 20, 35 et 46). La mise en scène des intérêts particuliers n’est d’ailleurs pas l’apanage du seul camp gaulois : lorsque le général Titus Labienus convie Coclès à la campagne et lui annonce un départ imminent, la réaction de ce dernier est sans équivoque : « j’ai un compte à régler avec les Brénévires et leur jeune chef a osé me défier » (p. 17). Fiction et réalité historique n’évoluent jamais loin l’une de l’autre et finissent même par se croiser : c’est ainsi que, lorsque Sertorix accepte de rencontrer les émissaires de Vercingétorix et surtout lorsqu’il se rend à Bibracte pour la réunion des chefs gaulois, il rattache par ses décisions l’histoire de son peuple à celle (avérée) de la guerre des Gaules.

Cela se manifeste encore plus nettement lorsque la scène elle-même réunit des personnages imaginaires et des figures historiques. C’est le cas à Bibracte, où Sertorix prend place aux côtés de chefs gaulois dont l’existence nous est connue grâce à César, tels que les Éduens Viridomaros et Éporédorix et l’Atrébate Commios (p. 50). Dans le camp adverse, la présence de Coclès sous la tente de César et aux côtés de Marc-Antoine (p. 56) et, plus loin, aux côtés de Gaius Antistius Reginus et Gaius Caninius Rébilus, de Lucius Fabius et de Decimus Brutus (p. 66) témoigne d’une interpénétration réussie entre histoire et fiction[1]. Ces scènes constituent autant de points d’ancrage où la réalité des faits et les expériences imaginaires se téléscopent pour venir s’enrichir mutuellement : tandis que la fiction – et avec elle sa capacité de mise en intrigue et sa liberté narrative – anime les personnages historiques et comble les vides de nos connaissances sur la période, l’histoire factuelle confère à cette fiction une légitimité scientifique et l’érige en histoire qui aurait pu être.

On peut enfin souligner que cette fictionnalisation de l’histoire se traduit visuellement par le choix d’un univers graphique tout à la fois soucieux d’authenticité historique et teinté d’un imaginaire typique des représentations de la Gaule en bande dessinée. On mesure en effet, à la lecture de cet album, le soin que les auteurs ont souhaité accorder à la reconstitution de l’époque concernée. Qu’il s’agisse des maisons gauloises couvertes de chaume (p. 14) et de leur aspect intérieur (p. 4), de l’empierrement des remparts de Bibracte (p. 49 et 53), de l’oppidum d’Alésia assiégé (p. 58 et 66) ou encore des tenues vestimentaires des Gaulois (p. 30 et 52) et de leur armement (p. 58), les auteurs ont su tenir compte des recherches archéologiques pour enrichir leurs planches et tenter de restituer au mieux la réalité historique.

Mais Vindicta n’en est pas moins une fiction historique et se devait donc de rester ludique. C’est ainsi que les auteurs ont fait le choix de ponctuer leur fresque historique d’intrigues et de péripéties par le recours à des thèmes et à des objets qui apparaissent comme des incontournables de la fictionnalisation et de la mise en image de la Gaule. On peut ainsi mettre sur un même plan l’imaginaire d’une Gaule à la dense couverture forestière (p. 9 et 29), la figuration des mégalithes (p. 29), la représentation du banquet réunissant le communauté gauloise dans son ensemble (p. 12 et 46), une scène de la reddition de Vercingétorix proche des récits qu’en proposent César et Plutarque[2] et qui prend pour modèle la célèbre peinture de Lionel Royer en 1899 (p. 76), la figure du gaulois impétueux et moustachu (p. 30-31) et celle du druide à la fois prêtre et magicien en communion avec les forces de la nature (p. 42), dont l’apparence n’est pas sans rappeler le Panoramix d’Uderzo et Goscinny. Ni erreur ni anachronisme dans cette liste, mais des choix visuels renvoyant sciemment aux mythes constitutifs de la période et du cadre géographique traités, facilitant l’entrée dans le récit fictionnel en permettant, dans le même temps, un accès fluide à la connaissance historique.

Ilker Caliskan et Jean-Charles Gibaud tiennent donc leur pari avec ce premier volet. La mise en intrigue, le trait et la colorisation des planches, dévoilent, avec beaucoup d’authenticité, un engouement pour le dessin et pour la scénarisation des événements et des personnages historiques. Les variations des plans et des angles de vue apportent, quant à elles, beaucoup de dynamisme au récit, en particulier dans les scènes de bataille, et révèlent un attachement à une histoire vivante et abordable. Entre histoire et fiction, entre vulgarisation scientifique et aventure originale, le projet Vindicta séduit. Et alors que se termine la bataille d’Alésia, il nous tarde de découvrir la suite des aventures de Sertorix, jeune roi des Brénévires.

Jérémie Bondoux

Professeur d’histoire géographie dans le secondaire

[1] César, Guerre des Gaules, VII, 76 (pour les chefs gaulois) ; 83 (pour Gaius Antistius Reginus et Gaius Caninius Rébilus) ; 47 (pour Lucius Fabius) ; 87 (pour Decimus Brutus).

[2] César, Guerre des Gaules, VII, 89 ; Plutarque, Vie de César, XXVII, 9-10.

Citer cet article comme : Jérémie Bondoux, Vindicta. Tome 1 : Vae Victis, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 01/10/2018, https://reainfo.hypotheses.org/12043.
Crédits image : première de couverture. ©Y.I.L. Éditions.

Une réflexion sur « Vindicta. Tome 1 : Vae Victis »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.