Stylistique de l’épigramme à Rome

Date / lieu : 15-17 mai 2019 / Saint-Étienne

Date limite d’envoi : 1er septembre 2018

L’épigramme a été à Rome l’un des genres littéraires les plus productifs, avec une amplitude chronologique exceptionnelle, depuis les premières adaptations sous influence hellénistique au IIe siècle avant J.-C., jusqu’aux derniers témoignages antiques des VIe-VIIe siècles de notre ère.

L’angle d’approche ici choisi est inédit pour une rencontre internationale. Si l’intérêt pour l’épigramme ne faiblit pas depuis plusieurs décennies, c’est surtout le fond qui, jusqu’à présent, a été un objet d’étude, plus que la forme, si l’on excepte l’ouvrage fondamental de Pierre Laurens (L’abeille dans l’ambre. Célébration de l’épigramme de l’époque alexandrine à la fin de la Renaissance, Paris, 1989). Or ce sont justement les techniques d’écriture de l’épigramme que nous privilégierons dans ce colloque : en tant que genre littéraire le plus bref qu’ait connu l’Antiquité romaine, l’épigramme impose une attention extrême aux détails du style et illustre ainsi l’ingenium du poète – dimension qui souvent disparaît dans la traduction, car si certains traits stylistiques sont traduisibles (comme les figures), d’autres ne le sont pas (en particulier ce qui relève de la syntaxe).

On s’attachera donc à l’analyse de ce qui fait le style de l’épigramme latine, des mécanismes d’expressivité aux choix lexicaux, des outils linguistiques aux formes métriques, de la syntaxe aux recherches d’effets littéraires.

→ Source : Compitum.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.