Polars jeunesse et Antiquité : trois romans et une séquence de collège

Koëgel (T.), Le Complot du trident. – Paris : Didier Jeunesse, 2017. – 192 p. – ISBN : 978.2.278.08987.1.

Normandon (R.), Les Enquêtes d’Hermès. – Paris : Gallimard Jeunesse. Tome 1 : Le Mystère Dédale, 2016. – 160 p. – ISBN : 978.2.0750.8774.2. – Tome 2 : L’Affaire Méduse, 2018. – 188 p. – ISBN : 978.2.07.509091.9.

De nombreux romans policiers jeunesse ont paru récemment dans la catégorie antiquité. Penchons-nous sur deux cas, Le Complot du Trident, de Tristan Koëgel (Didier Jeunesse) et la série en cours Les Enquêtes d’Hermès, de Richard Normandon (Gallimard Jeunesse).

Dans Le Complot du Trident, l’enquêteur est Publius Horatius, réincarnation impériale de Cincinnatus et ironique admirateur des Bucoliques, aidé (ou entravé, cela dépend) par son neveu, le jeune Lucius. L’affaire à résoudre n’est rien moins que l’assassinat de l’empereur Titus. Les premières pages sont déconcertantes, mais l’ouvrage se bonifie à la lecture. L’auteur prend d’abord plaisir en effet à dérouter le lecteur, en commençant par la fin et en procédant ensuite à une analepse, sans doute pour le laisser le plus longtemps dans le noir. C’est aussi le ton qui surprend, en particulier dans le prologue, mi-sérieux mi-trivial. L’humour un peu narquois du personnage principal, au diapason du prologue, irrigue tout le texte et cela se fait parfois au détriment des effets d’angoisse attendus. Les débuts du roman tombent par ailleurs dans un travers fréquent des polars historiques, les notices de civilisation un peu longues, mais celles-ci disparaissent une fois le cadre installé. L’intrigue avance bien ensuite et se dédouble même en deux niveaux d’enquête. On déplorera cependant des facilités dans la conclusion, centrée sur un personnage très (trop) évocateur. En terme de plongée dans la Rome antique, ce roman donne à voir de façon vivante (une fois les premières descriptions passées) les coutumes et les institutions des Romains du Ier siècle, évoque de nombreux lieux, et permet de redécouvrir, sous l’angle de l’histoire-fiction, des personnages, devenus mythiques, de l’histoire de Rome. Ce livre sera donc plus facile à lire pour des élèves déjà initiés, mais ne laissera pas de côté les néophytes.

La série Les Enquêtes d’Hermès s’installe sur l’Olympe. Le premier tome, Le Mystère Dédale, est une réussite. On suit le dieu Hermès dans sa quête du meurtrier du génial architecte Dédale. Au-delà des très nombreuses références à l’ensemble de la mythologie, au gré des rencontres avec tel ou tel dieu, c’est la construction de l’intrigue elle-même qui rend hommage au mythe. L’auteur s’est appuyé sur une fine connaissance du mythe, dont on pourra retrouver les détails les moins connus dans l’ouvrage de Timothy Gantz, Mythes de la Grèce archaïque. Il a su développer une riche intrigue autour d’éléments aussi ténus par exemple qu’une brève citation du Ménon, qui dit des statues de Dédale qu’elles étaient si vivantes qu’il fallait les enchaîner pour les empêcher de fuir. Le roman brode autour des épisodes les plus obscurs et imagine une autre fin pour Dédale et Minos, en respectant à la fois le schéma et la psychologie du mythe. Les dieux sont humains et cruels, les hommes imparfaits, et tout se paie à la fin : l’histoire inventée par Richard Normandon aurait pu figurer dans la légende de Dédale. L’angoisse propre à l’aspect tragique de cette histoire nourrit qui plus est parfaitement ce roman policier noir et bien ficelé. Le second tome, L’Affaire Méduse, est tout aussi sombre. On retrouve Hermès, dont l’intelligence est à nouveau mise au défi, à la poursuite d’un psychopathe assoiffé de vengeance. Le mythe de Méduse, comme celui de Dédale dans le premier volume, est repris et amplifié, modifié dans les détails comme pourrait l’être une version mythologique concurrente, puis mis au service de l’intrigue. Tous les ingrédients d’un bon polar sont réunis : la noirceur des personnages, l’impossibilité à identifier le coupable avant la conclusion d’Hermès, les rebondissements qui tiennent en haleine. L’ambiance mythologique, parfaitement restaurée, ravira également les élèves.

Suggestion d’exploitation en classe

La multiplicité des polars antiques permet d’imaginer une séquence de latin autour du genre, sur le modèle d’un club de lecture. Le niveau 4e serait le plus adapté, car davantage de romans pourraient être utilisés (certains sont trop faciles pour des 3e, d’autres trop compliqués pour des 5e) et parce que le genre policier est au programme de français de 4e. Cette séquence permettrait de traiter sous un autre angle la partie du programme intitulée « Vie privée et vie publique ».

Nous avons sélectionné les polars suivants, qui ont pour caractéristique de se dérouler à Rome (ou presque) :

  • Koëgel (T.), Le Complot du Trident (2017) ;
  • Lawrence (C.), Du sang sur la via Appia (2002) ;
  • Merle (C.), Néron l’incendiaire (2016) (compte rendu de cet ouvrage sur le même carnet de recherche) ;
  • Winterfeld (H.), Caïus et le gladiateur (1992) ;
  • Nahmias (J.-F. ), Titus Flaminius. La Fontaine aux Vestales (2014) ;
  • Nicodème (B.), Les poisons de Rome (2011).

Note : Plusieurs de ces romans appartiennent à une série (Caroline Lawrence, Les mystères romains, dix-sept volumes en tout ; Henry Winterfeld, L’Affaire Caïus et sa suite ; Jean-François Nahmias, les cinq tomes de Titus Flaminius) : on pourra donc y ajouter des titres supplémentaires en fonction des besoins.

Les horaires sont signalés à titre indicatif. La séquence dure environ deux mois.

Première étape (2h)

Avant toute chose, on commencera par un travail sur les titres et les incipits. Attention, les élèves ne doivent pas lire la 4e de couverture ou un résumé quelconque ! On doit fournir le texte de chaque premier chapitre aux élèves. Dans le cas du Complot du trident, ce sont les deux premiers chapitres qu’il faut donner. L’objectif est que les élèves émettent des hypothèses sur l’intrigue, à la manière d’un enquêteur. L’ensemble des indices sera ajouté à un tableau regroupant, par roman, les informations sur les personnages, le problème/le crime, le cadre temporel, le ton et l’indication in medias res le cas échéant. On conclura cette première étape par une réflexion sur les éléments clés d’un polar réussi (suspense créé par la chute du premier chapitre et le nombre de questions posées ; angoisse née du ton adopté, du crime commis, de la situation du héros à la fin de l’incipit) et par un classement des romans en fonction de ses éléments. On pourra également réfléchir, si le temps le permet, à l’importance de l’identification au personnage principal.

Deuxième étape (8h)

Les élèves se répartissent les romans, en fonction des niveaux de lecture et de leurs envies après la lecture des premières pages. Si l’on doit distinguer deux groupes de niveaux, un premier groupe contiendra les romans de Caroline Lawrence, Henry Winterfeld et Béatrice Nicodème, et l’autre groupe les livres de Tristan Koëgel, Claude Merle et Jean-François Nahmias. On leur donne quelques semaines pour lire au moins deux livres. Pendant ce temps, on élucide en classe les points d’histoire ou de civilisation qui pourraient dérouter les élèves et qui ont été identifiés dans les incipits, soit via le cours, soit via des exposés. Ainsi, on pourra partir d’une frise chronologique et replacer chaque roman dans son contexte historique, de Jules César à Marc-Aurèle. Ce sont souvent les périodes les plus connues qui sont au cœur de ces polars : les années 50 avant J.-C. et la montée en puissance de César, les Julio-Claudiens (sous Tibère et sous Néron), les Flaviens (autour de la campagne de Judée et de l’éruption du Vésuve), le règne de Marc-Aurèle. Cette frise permet de passer en revue quelques grands personnages et poser des repères qui pourront ensuite soutenir le cours sur l’empire en classe de 3e. Un cours sur la géographie de l’empire pourrait également s’avérer utile, en partant du premier chapitre du Complot du trident et en s’appuyant sur une carte à baliser des villes citées. D’autre part, des exposés consacrés à l’enfance et l’école, la topographie de Rome et les bâtiments types, l’esclavage, le cursus honorum, la maison romaine ou encore la mort pourront être nécessaires et guideront les élèves durant leur lecture. Les recherches sont entamées par groupe au CDI.

Troisième étape (6h)

On n’oubliera pas la langue dans cette séquence. On peut commencer par proposer une réflexion sur le choix des prénoms des personnages principaux et travailler sur l’onomastique et l’étymologie, en recourant au dictionnaire. Ainsi, il n’est pas anodin que l’héroïne des Mystères romains s’appelle Flavia Gemina ou bien l’enquêteur de L’Incendie de Rome Serenus Maximus. D’autre part, plusieurs romans mettent une citation ancienne en exergue : c’est l’occasion de les retrouver en version originale et de les retraduire en cours. Le Complot du trident cite ainsi Suétone (Vie de Titus, 10). Le texte latin est le suivant :

Inter haec morte praeuentus est, maiore hominum damno quam suo. Spectaculis absolutis, in quorum fine populo coram ubertim fleuerat, Sabinos petiit aliquanto tristior, quod sacrificanti hostia aufugerat quodque tempestate serena tonuerat. Deinde ad primam statim mansionem febrim nactus, cum inde lectica transferretur, suspexisse dicitur dimotis plagulis caelum, multumque conquestus eripi sibi uitam immerenti ; neque enim exstare ullum suum factum paenitendum, excepto dum taxat uno. Id quale fuerit, neque ipse tunc prodidit neque cuiquam facile succurrat.

Chacun y trouvera des éléments propres au niveau des élèves (entre autres : expression de la cause, ablatif absolu, imparfait et parfait, comparatif, voix passive, proposition infinitive).

Enfin, la charade latine résolue par Flavia dans le tome 2 des Mystères romains (Les Secrets de Pompéi) peut aussi faire l’objet d’une séance de traduction révisant le présent de l’indicatif puis d’une séance consacrée à l’impératif.

Quatrième étape (2h)

Les élèves doivent avoir fini leurs lectures pour conclure cette séquence. Chacun doit proposer un compte rendu de ses romans, assez succinct. Sans révéler la résolution de l’affaire, les élèves doivent attribuer une note à leurs romans, en reprenant les critères vus lors de la séance d’introduction : suspense, angoisse et, éventuellement attachement au personnage. Ils doivent également évaluer leur degré de surprise face à la conclusion. Un roman ayant été lu par plusieurs élèves, un débat pourra avoir lieu afin d’évaluer le roman, sous une forme argumentée. On pourra alors modifier le classement initial (voir première étape) et donner le nom des trois livres constituant le podium. Ces trois livres pourront alors faire l’objet d’une promotion au CDI, sous la forme d’un affichage par exemple.

Marion Bellissime

Professeur de français, Collège Honoré de Balzac (Vénissieux)
Citer cet article comme : Marion Bellissime, Polars jeunesse et Antiquité : trois romans et une séquence de collège, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 15/10/2018, https://reainfo.hypotheses.org/12280.
Crédits image : premières de couverture. ©Gallimard jeunesse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.