Rome et les barbares. Histoire nouvelle de la chute de l’empire

Heather (P.), Rome et les barbares. Histoire nouvelle de la chute de l’empire. – Paris : 2017, Alma éditeur. – (Essai. Histoire). – 631 p. – ISBN : 978.2.3627.9231.1.

Rome et les barbares. Histoire nouvelle de la chute de l’empire, paru en France en 2017, est le premier livre traduit en français de l’historien anglais Peter Heather, mais sa publication en Grande-Bretagne, sous le titre The Fall of the Roman Empire: a New History remonte à 2005. À cette date, l’auteur avait déjà publié (en 1996) un ouvrage intitulé The Goths ; quelques années plus tard, en 2009, il fait paraître Empires and Barbarians. The Fall of Rome and the Birth of Europe (plus de 730 pages), dont une large part est consacrée à la « nouvelle Europe » barbare née après 476. De fait, Peter Heather, qui se présente lui-même p. 35 comme travaillant « à parité sur les deux côtés de la frontière », apparaît comme l’un des plus grands spécialistes actuels de l’empire romain tardif et des royaumes barbares de la fin du IVe siècle et du Ve siècle. Sa bibliographie indique qu’il est, en particulier, un excellent connaisseur des sources tardo-antiques (Synésios, Thémistius, Cassiodore), ce dont témoignent de nombreux passages du livre monumental dont il est ici question ; on y perçoit également l’étroite familiarité qu’il entretient avec les sources archéologiques (voir par exemple p. 388-390 ou p. 424-425).

Dans l’introduction de l’ouvrage, Peter Heather (p. 12-14) se donne un double objectif : reprendre la question, maintes fois abordée, des causes de la chute de l’empire romain d’Occident en 476 ; mettre à portée d’un large public les découvertes qui, depuis les années 1960, ont révolutionné l’histoire de l’Antiquité tardive, afin de faire disparaître à propos de cette période les a priori nés d’une historiographie vieillie. Deux de ces a priori remontent, selon l’A., à L’Histoire du déclin et de la chute de l’empire romain d’Edward Gibbon, publiée entre 1776 et 1788 : premier a priori, l’empire romain était, en 476, au bord de l’effondrement social, économique et moral ; second a priori, le monde qui s’étendait au-delà de ses frontières était recouvert par « la chape uniforme de la barbarie » (p. 13). Si le second de ces préjugés, de fait, semble être toujours bien vivant dans le grand public malgré les nombreux travaux historiques qui auraient dû le faire disparaître, on peut se demander si le premier ne ressort pas davantage d’une historiographie spécialisée que du cliché grand public. La lecture de l’ouvrage confirme cette intuition : Rome et les barbares est autant une synthèse destinée à un public de non-spécialistes qu’un livre dans lequel l’A. développe, en direction de ses pairs historiens mais aussi contre un certain nombre d’entre eux, sa propre thèse sur les causes de la chute de Rome. Toujours dans l’introduction (p. 14-15), l’A. dévoile un aspect de la méthode qu’il a suivie dans cet ouvrage : certes, explique-t-il, il a cherché à rédiger une synthèse ; cela ne l’a pas empêché, toutefois, de recourir largement au récit. L’histoire, comme la justice, « a vraiment des lieux du crime et de réels cadavres sur lesquels enquêter » (p. 15) : il ne saurait être question, selon Peter Heather, de les négliger sous prétexte que l’objectivité est impossible à atteindre.

Dans les pages qui suivent, l’A. applique ces principes initiaux. Le livre se divise en trois parties : I. Pax Romana ; II. Crise ; III. Chutes d’empire. La première partie, Pax Romana, divisée en trois chapitres, se présente comme un vaste panorama des mondes romain (ch. 1 et 3) et barbare (ch. 2) tels qu’ils se présentaient à la fin du IVe siècle. Le contenu, écrit dans une langue claire et vivante (pour laquelle on doit très certainement remercier, outre l’auteur, son traducteur), se révèle extrêmement éclairant pour le lecteur non-spécialiste de la période. Je retiens à titre d’exemples les pages consacrées à la formation intellectuelle des Romains telle qu’elle se déroulait à la fin du IVe siècle (p. 30-39), ou, du côté barbare, celles qui racontent l’histoire de Wulfila, ce captif romain chrétien élevé chez les Goths qui devint évêque et traduisit la Bible grecque en gotique, inventant pour l’occasion l’alphabet gotique (p. 99-104). De cette partie on retient deux idées fortes. D’abord, que les autorités romaines continuaient certes inlassablement, à la fin du IVe siècle, à marteler le vieux discours idéologique selon lequel le seul horizon des barbares était de se faire écraser par les légions, mais que la réalité des rapports entre Romains et barbares, en réalité, laissait alors une très large place à la négociation. Ensuite qu’à cette période, l’empire romain, loin d’être en crise, était toujours très fort : « l’histoire de l’empire tardif », affirme l’auteur, « est pour l’essentiel l’histoire d’une réussite » (p. 175). Les thèses selon lesquelles il se serait effondré à cause de la trop lourde charge fiscale qu’il faisait peser sur ses sujets, comme l’affirmait A.H.M. Jones en 1964, ou en raison du travail de sape exercé par des Chrétiens prônant le pacifisme, comme le soutenait Ed. Gibbon, sont ainsi battues en brèche par Peter Heather, de façon argumentée et convaincante (p. 138-150 et 150-159). La partie s’achève néanmoins sur une phrase en forme de teasing : il n’était pas dit pourtant, écrit l’auteur, que l’État romain « pouvait dormir sur ses lauriers » ; en effet, une révolution stratégique de grande envergure était sur le point de se produire au nord.

La seconde partie, « Crise », est consacrée, comme il se doit, à cette révolution stratégique. La partie présente un aspect essentiellement narratif, auquel s’ajoutent les portraits de grands personnages de l’époque ainsi que des développements historiques et ethnographiques sur les peuples barbares évoqués. L’auteur, au fil des quatre chapitres, retrace, à partir des sources antiques, l’histoire des affrontements qui, à partir de 376 et jusqu’en 452, date de la mort d’Attila le Hun, opposèrent les Romains à différents groupes de barbares : guerre contre les Goths, qui tentent de passer la frontière du Danube, entre 376 et 382 (ch. 4) ; invasions de l’Italie par les Goths de Radagaise en 405-406, ainsi que de la Gaule (406) et de l’Espagne par les Vandales, les Alains et Suèves (409) ; sac de Rome par les Goths d’Alaric en 410 (ch. 5). Si en Europe les Romains, grâce à des personnages d’exception comme Stilicon (vainqueur de Radagaise) ou Constantius parviennent toujours plus ou moins, en fin de compte, à récupérer les régions envahies, il n’en va pas de même en Afrique, où en 442 ils se voient contraints d’abandonner la province de Carthage aux Vandales (ch. 6). Il s’agissait d’une des provinces les plus grosses pourvoyeuses de revenus fiscaux: sa perte est une véritable catastrophe pour Rome. Enfin, au ch. 7 (« Attila le Hun ») prend place le récit des conquêtes d’Attila, devenu roi des Huns en 438, qui s’empare des Balkans avant de se diriger vers le Gaule où il atteint Orléans, puis est battu en 451 aux Champs Catalauniques, près de Troyes ; il meurt en 452, la nuit de ses noces.

Ces récits, dont la place est revendiquée par l’A. dans l’introduction du livre mais qui apparaîtront parfois un peu trop longs aux yeux du lecteur, n’apportent en eux-mêmes rien de nouveau aux historiens de la période : les événements et les acteurs en sont bien connus, les sources bien identifiées. L’auteur centre toutefois son récit autour d’une idée qui lui est propre, ou qu’en tout cas il trouve trop peu représentée dans l’historiographie : l’idée selon laquelle les Huns auraient joué un rôle central dans le déclenchement de ces multiples affrontements qui opposèrent Romains et barbares à partir de la fin du IVe siècle. C’est en effet le déplacement des Huns depuis la Mer Noire jusqu’en Europe centrale (plaine de Hongrie) qui aurait occasionné la migration de nombreux peuples barbares germaniques, chassés de chez eux et contraints de chercher refuge dans l’empire romain. Peter Heather propose également une explication à la soudaine puissance qu’atteignent les Huns (dont la civilisation est décrite p. 179-192) à la fin du IVe siècle, et à laquelle Attila donne son expression la plus frappante : elle reposerait sur leur arc, un arc d’une taille et d’une force jamais atteintes avant eux (p. 190-191). Là repose donc cette « révolution stratégique » que l’A. évoquait en fin de première partie, et qui finit par entraîner la chute de Rome.

La dernière partie, « Chutes d’empire », qui compte trois chapitres, associe le récit de la chute de l’empire hunnique (ch. 8) et celui de la chute de Rome (ch. 9). Se fondant sur Jordanès, auteur vers 550 d’une Histoire des Goths, Peter Heather souligne d’abord la rapidité de l’effondrement de l’empire hun, qui 15 ans après la mort d’Attila avait complètement disparu (en 469, la tête de l’un de ses fils est exposée à Constantinople). Cette rapide disparition se révèle toutefois aussi dangereuse, pour Rome, que l’avait été cinquante ans plus tôt l’irruption des Huns en Europe centrale. L’empire hunnique était en effet fondé sur l’agrégation de divers peuples barbares, germaniques pour la plupart, qui avaient été placés sous l’autorité du roi hun ; la disparition brutale d’Attila détruit l’équilibre des forces qui s’était ainsi créé, et dont l’empire romain dépendait désormais. Ainsi, les Huns sont deux fois responsables de la chute de Rome. Dès 455, de fait, les Vandales mettent Rome à sac. Dans les années qui suivent (ch. 9 : « Fin d’empire ») se constituent les royaumes wisigoth (qui s’étendait de la Loire jusqu’au détroit de Gibraltar), burgonde et franc, à tel point qu’en 476, lorsqu’Odoacre, l’homme fort du régime, dépose l’empereur Romulus Augustule et le contraint à abandonner les insignes impériaux, l’empire romain d’Occident ne comprenait plus que l’Italie.

Le dernier chapitre de la troisième partie, intitulé « La chute de Rome », s’affranchit de la dimension purement narrative que présentent les chapitres précédents. L’A., en guise de conclusion, y avance plusieurs thèses qui donnent à cet ouvrage sa véritable originalité. D’abord, il s’élève contre une tendance historiographique en vogue qui consiste à ôter à la date de 476 toute portée réelle au motif que l’empire, de toute façon, n’existait déjà plus à cette date : en 476, affirme Peter Heather, l’empire romain d’Occident disparut bien en tant que structure politique englobante suprarégionale (ce qu’il appelle la « romanité centrale », par opposition à la « romanité provinciale » qui survécut plus longtemps), et cette disparition constitue selon lui une rupture indéniable et irrémédiable (p. 502-504 ; p. 511). Peter Heather réaffirme également avec force la thèse selon laquelle ce sont bien les « immigrants », germaniques en l’occurrence, qui ont joué le premier rôle dans la chute de Rome. Il n’est certes pas question pour lui de reprendre l’expression, historiographiquement périmée, de « grandes invasions » (voir p. 519), ni de nier que l’empire présentait aussi des faiblesse internes (analysées p. 520-523) ; malgré tout, affirme-t-il, « sans les barbares, il n’y a pas le moindre indice que l’empire romain aurait cessé d’exister au Ve siècle » (p. 523) ; cette disparition est bien due à un « choc exogène » (ibidem). Quant aux responsables de la chute de Rome, ce sont les Huns, comme l’avait expliqué l’A. plus tôt, mais ces derniers ne le sont que de façon indirecte : les responsables directs sont bien sûr les peuples germains qui se sont emparés des provinces romaines et y ont fondé des royaumes. Les barbares germaniques toutefois, explique l’A., n’auraient jamais pu s’imposer dans la partie occidentale de l’empire romain si, entre le Ier et le IVe siècles ils n’avaient connu une véritable révolution, tant du point de vue économique (progrès agricoles, formation d’une classe riche et dominante…) que politique, l’époque étant marquée par un mouvement d’unification du monde barbare et l’apparition de nouveaux groupes composites, tels que les Wisigoths. Pour expliquer ces regroupements de barbares, l’A. suppose une volonté de mieux résister aux Romains et à la violence qu’ils pouvaient manifester envers les barbares (p. 532), mais aussi (et surtout) le désir commun de ces peuples de faire main-basse sur les ressources fiscales de l’empire. Le monde germanique, malgré ses progrès économique, restait en effet bien plus pauvre que le monde romain, et les richesses entreposées dans les provinces constituaient une tentation qui valait bien qu’on s’unisse avec le groupe autrefois rival. Ainsi, conclut Peter Heather la chute de l’empire apparaît due, en dernière analyse, non aux faiblesses intrinsèques d’un empire qui serait arrivé en bout de course, mais au contraire à l’une de ses plus grandes réussites, la capacité à capter des ressources fiscales…

Avec le livre de Peter Heather, on se trouve de toute évidence face à un ouvrage de facture traditionnelle, qui vise à redonner à l’histoire événementielle toute la place qu’elle mérite selon son auteur, et sort les sources littéraires de l’enfer historiographique dans lequel certains historiens persistent à les cantonner au motif qu’elles sont marquées par le contexte dans lequel elles ont été rédigées, et seraient par conséquent inutilisables : Rome et les barbares contient une large part de récits qui démarquent étroitement les sources antiques, choix parfaitement assumé par l’A.

Pour ce qui concerne, plus précisément, la thèse que Peter Heather défend sur les causes de la chute de Rome, les historiens de la période jugeront de sa validité. Sans se prononcer sur la question, on peut regretter l’absence quasi-totale dans cet ouvrage de références bibliographiques non-anglophones, ce qui a pour conséquence, nécessairement, de situer l’A. dans un champ historiographique restreint et ne peut que poser question du point de vue méthodologique.

Le lecteur non-spécialiste, toutefois, se trouve en contact, grâce à ce livre, avec des personnages, des peuples et des auteurs qu’il connaît souvent mal, et qui lui sont ici présentés d’une façon à la fois très vivante et extrêmement érudite : le souci de construire une synthèse ne conduit en effet jamais l’A. à renoncer à la nuance, au débat, à la présentation de thèses adverses à la sienne. Sa démarche est ainsi marquée par une honnêteté intellectuelle qui donne au lecteur les moyens de réfléchir par lui-même aux questions qui lui sont soumises. Peter Heather n’est pas le seul savant qui cherche à faire connaître la période tardo-antique à un public élargi (j’éviter de parler, malgré tout, de « grand public », en raison de la longueur de l’ouvrage et de la complexité de certains de ses passages) : un auteur comme Bruno Dumézil, en France, s’est attelé à la même tâche avec succès – pour le versant « barbare », il est vrai. On ne peut toutefois que se féliciter qu’un ouvrage de la qualité de Rome et les barbares soit enfin traduit dans notre langue, douze ans après sa parution en Grande-Bretagne.

Charlotte Lerouge-Cohen

Maître de conférences d’histoire grecque à l’université de Paris Ouest-Nanterre

Citer cet article comme : admin, Rome et les barbares. Histoire nouvelle de la chute de l’empire, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 08/10/2018, https://reainfo.hypotheses.org/12305.
Crédits image : première de couverture. ©Alma éditeur.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.