Youtube à l’antique : les tutos Gallo du Musée de Saint-Romain-en-Gal

Vous ne savez pas correctement enfiler votre toge ? Vous avez vexé Vesta en éternuant sur son feu sacré ? Pas de panique, les tutos Gallo sont là pour vous. Nouvelle initiative du très dynamique musée de Saint-Romain-en-Gal (Rhône), ces courtes vidéos, visibles notamment sur Youtube, exploitent tout ce qui fait la réussite des podcasts de diffusion historique sur ce média désormais incontournable. Car c’est bien là l’objectif annoncé par ses créateurs : imaginer ce qui, si Youtube avait existé dans l’Antiquité, aurait fait cliquer un(e) Romain(e)[1].

Les tuto Gallos (désormais TG) sont nés de la collaboration des services de médiation et de communication du musée de Saint-Romain-en-Gal qui, après le succès de la série des « objets mystères » postée sur la page Facebook du musée, ont eu l’idée d’utiliser les clichés de la plate-forme de vidéos en ligne afin de les adapter à l’Antiquité et aux collections du musée. La salle éducative, originellement destinée aux présentations pour les groupes scolaires en visite, est ainsi devenue un site de tournage et son décor, qui reproduit l’intérieur peint d’une domus, constitue le fond récurrent des vidéos, selon les codes du genre (comme peuvent l’être la chambre de Norman ou le salon surchargé du Joueur du Grenier). Ces vidéos sont toutes écrites, tournées et produites par les membres des deux équipes qui s’improvisent, avec un enthousiasme visible, à la fois scénaristes, acteurs, monteurs ou preneurs de son.

Le but de ces TG est de présenter de manière humoristique, ludique et originale des ustensiles et autres outils qui peuplaient la vie quotidienne des (gallo-)Romains, tout en bousculant les idées reçues. Les objets qui apparaissent dans les vidéos sont soit issus des collections du musée, soit des reconstitutions créés par le service de médiation, qui assure aussi l’expertise historique des techniques employées. Les TG s’inscrivent en effet dans la thématique plus large de l’histoire vivante, marque de fabrique du musée depuis son ouverture en 1996. Les démarches d’archéologie expérimentale, menées en partenariat avec des groupes de recherche du CNRS, portent ainsi sur la cuisson des céramiques, les techniques de fabrication du vin (d’après Columelle), le travail du verre, mais aussi le pain (avec la reconstitution, depuis 2015, d’un four de boulanger pompéien).

Cette histoire vivante est présentée au public chaque année à l’occasion des Journée Gallo-Romaines qui se tiennent au début du mois de juin (7 000 spectateurs en 2018) puis des Vinalia (le 30 septembre cette année), ces deux évènements culturels rassemblant, comme les Grands Jeux Romains de Nîmes[2], une foule de curieux et de passionnés, ainsi que des groupes sélectionnés de reconstituteurs (plus de 400 pour les Journées Gallo-Romaines), venus de toute l’Europe pour présenter certains équipements militaires et techniques artisanales de l’Antiquité. Les TG sont, au cœur de ces évènements, diffusés au public sur les écrans du musée. Les différentes approches de l’histoire vivante mises en avant par le musée s’associent donc directement sur site pour promouvoir cette manière différente de « faire » de l’histoire.

La présence de ces vidéos sur les réseaux sociaux constitue ainsi un excellent moyen de toucher un public plus large que celui qui se rend habituellement au musée de Saint-Romain-en-Gal. Elle permet également de mettre en avant la démarche permanente de reconstitution et la modernité du musée, visibles par exemple dans le choix de ses expositions temporaires (ainsi en témoigne la réussite de l’exposition « Péplum » en 2012-2013).

On attend donc avec impatience la sortie des prochains TG. Deux nouveaux épisodes ont récemment été mis en ligne : le premier parodie, à grands coups d’argile blanche et de jus de mûre, les inévitables tutos beauté ; le second imagine ce que pouvait être un texto « à l’antique » (une plaquette de plomb, un esclave, et beaucoup de patience). Pas de thématique ou de programme prévisionnel pour la suite, les épisodes sont en effet tournés au fil de l’inspiration de leurs créateurs. Mais le succès rencontré par les premiers TG est venu saluer l’originalité de l’initiative et a encouragé ses auteurs à poursuivre l’aventure. On ne peut que souhaiter qu’elle continue, et contribuer à sa réussite en jouant le jeu des réseaux sociaux : likez la page  et abonnez-vous[3] !

Romain Millot

Doctorant en Histoire romaine, Université Paris 7 Diderot

[1] Youtube a déjà donné la parole aux acteurs de l’Antiquité dans un but humoristique et pédagogique avec la série (à ne pas manquer) des Confessions d’Histoire.

[2] En compte rendu sur le carnet de recherche de la REA. : https://reainfo.hypotheses.org/12018.

[3] Un grand merci aux équipes du musée de Saint-Romain-en-Gal, en particulier à Élodie Chorot et Pierre Padaillé, pour avoir accepté de me dévoiler les ficelles des tutos Gallo.

Crédits image : ©Musée de Saint-Romain-en-Gal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.