Visite du Musée de la Romanité de Nîmes

Tout proche de l’amphithéâtre de Nîmes, ce géant elliptique que nombreux surnomment les arènes[1], s’élève désormais le Musée de la Romanité, inauguré le samedi 2 juin 2018. Œuvre de l’architecte Elizabeth de Portzamparc, cet édifice imposant, tant par sa taille que par sa forme quadrangulaire qui contraste avec la courbure du monument antique, accueille les collections de l’ancien Musée archéologique. Manquait en effet à la ville un bâtiment entièrement dédié à la mise en valeur de son riche patrimoine antique, à l’image de celui d’Arles ou de Saint-Romain-en-Gal.

Quelques mots sur la structure contemporaine, dont le résultat, qui diffère du projet initial, fait l’objet de débats. Son aspect massif est quelque peu allégé en partie inférieure par un rez-de-chaussée entièrement vitré, au-dessus duquel s’étend une façade constituée de petites plaques de verre et animée de légères ondulations (fig. 1). Dans l’émission La Fabrique de l’Histoire[2] qui consacre un épisode au Musée de la Romanité, Dominique Darde[3] évoque l’idée de « lévitation » recherchée par Elizabeth de Portzamparc et « des échos de nature beaucoup plus symbolique à la civilisation romaine » qui renvoient à la mosaïque et aux plissés des vêtements antiques. L’illusion de la mosaïque serait rendue par la présence des petits carreaux sur les plaques de verre qui rappelleraient les traditionnelles tesselles. Quant aux ondulations qui font allusion aux drapés, elles laissent libre cours à l’interprétation et à l’adhésion de chacun.

Fig. 1 : façade principale du Musée de la Romanité à Nîmes. © C. Lefebvre.

Une fois passées les portes du Musée, la visite s’organise selon une logique chronologique divisée en trois grandes périodes : l’époque pré-romaine entre 800 et 100 a. C. ; l’époque romaine de 27 a. C. à 400 p. C. ; l’époque médiévale du XIe au XVIe siècle. Une quatrième et dernière période, qui procède à la fois d’un choix chronologique et historiographique, se concentre sur les legs de l’Antiquité au travers des collections privées d’érudits et antiquaires nîmois depuis le XVe siècle jusqu’à l’ouverture du premier musée au XIXe siècle et aborde la naissance d’une « archéologie » comme science de l’Antiquité. Salle après salle, nous proposons ici une présentation critique des collections et de la muséographie de ce nouveau musée.

L’ÉPOQUE PRÉ-ROMAINE (800-100 a. C.)

Le premier espace du musée, consacré à l’époque celtique, présente le développement des oppida Volques à Nîmes et dans ses environs, tels l’oppidum du Marduel et la maison gauloise de Gailhan.

Fig. 2 : piliers et buste avec torque d’un guerrier héroïsé. Seconde moitié du VIIe – début VIe s. a. C. Saint-Bonnet-du-Gard, oppidum du Marduel. © C. Lefebvre

Du Marduel sont exposés des éléments trouvés en réemploi dans les murs en pierre d’une des maisons érigées contre le parement interne de la fortification archaïque. Des stèles à sommet arrondi ainsi que cinq piliers fragmentaires au-dessus desquels venaient vraisemblablement se ficher des bustes – comme l’atteste l’exemplaire du buste d’un guerrier héroïsé partiellement conservé (fig. 2) – constituent également les témoins d’une occupation du début du VIe siècle a. C. Il est intéressant de voir que le contexte archéologique de ces découvertes est mis en valeur au moyen d’une coupe stratigraphique qui prend place au-dessus des vestiges. On regrettera toutefois l’absence de légende, qui prive le lecteur d’une compréhension complète et satisfaisante. De même, les cartels auraient gagné à être complétés par des informations sur la nature des matériaux des éléments lapidaires exposés.

La reconstitution grandeur nature et la mise en scène de la pièce principale de la maison gauloise de l’oppidum de Gailhan, dans le premier espace du musée, permet au visiteur de se représenter très clairement l’organisation de l’habitat volque et les modes de vie d’une famille d’agriculteurs-éleveurs durant le dernier quart du Ve siècle a. C. et constitue, de fait, une très bonne entrée en matière.

Possibles témoins d’une forme d’organisation sociale de la société volque, sont présentés deux Bustes masculins avec torques et pectoral incisés, datés du VIIe – VIe siècle a. C. et trouvés à Saint-Anastasie dans le Gard (fig. 3). Leur admirable état de conservation livre des traces de polychromie étonnantes pour des pièces sculptées de la période archaïque. Le petit matériel est regroupé au sein d’une vitrine qui reprend de manière chronologique l’installation domestique et les objets du quotidien en usage tout au long de l’époque concernée.

Fig. 3 : statue d’accroupi portant un pectoral et un bracelet, traces d’un décor de croisillons peint en rouge foncé sur le torse. Fin IIIe – IIe s. a. C. Nîmes, Villa Roma. © C. Lefebvre.

Ces premiers éléments archéologiques relatifs aux établissements situés aux alentours de Nîmes permettent de mieux comprendre le milieu dans lequel naquit la ville elle-même. La « Nîmes celtique » s’implante au VIe siècle a. C. sur le Mont Cavalier, site à l’origine de son histoire. L’installation et le développement de l’oppidum primitif en ce lieu ne résulte pas du simple hasard, mais coïncide avec l’existence au pied de la colline d’une source considérée comme sacrée. Au cours du Ve siècle a. C., l’expansion de l’oppidum dans la plaine permet d’y établir une agglomération plus importante, rapidement délimitée par une enceinte primitive, érigée vers 400 a. C. Cette « première ville » deviendra dès lors le chef-lieu des Volques Arécomiques.

Les fouilles de « Villa Roma » menées entre 1991 et 1992 à proximité de la source sacrée ont mis au jour les vestiges d’un bâtiment public à portique datant du début du Ier siècle a. C. et considéré comme une possible salle de réunion. Dans un mur d’époque romaine contigu au portique d’époque hellénistique, a été découverte en réemploi la Statue d’accroupi datée entre la fin du IIIe et le début du IIe siècle a. C., qui s’insère dans la typologie des « guerriers accroupis » en position cérémonielle. Un autre réemploi témoigne de cette installation pré-romaine : il s’agit d’un fragment de linteau trouvé dans un des murs de l’édifice public et qui est désormais suspendu au-dessus de nos têtes (fig. 4). Il est regrettable que cette pièce magnifique, dont la face de parement antérieure est ornée d’encoches en forme de crâne, n’ait pas bénéficiée d’une meilleure mise en valeur.

Fig. 4 : fragment d’un linteau dont les faces de parement antérieure et postérieure comportent divers ornements (encoches en forme de crâne, figures humaines et chevaux sculptés). Nîmes, Villa Roma. © C. Lefebvre.

À proximité de ces deux premières pièces sont exposés d’autres éléments lapidaires, parmi lesquels un chapiteau d’ordre dorique daté du IIe – Ier siècle a. C., qui présente un abaque orné d’une inscription gallo-grecque, dédicace aux déesses mères nîmoises. Les inscriptions gallo-grecques qui apparaissent gravées sur des éléments de natures diverses tout au long de ce premier parcours – un second chapiteau, des fragments de fûts de colonne et de pilier ainsi que des stèles – permettent d’apprécier le désir de mémoire de ces populations au travers d’objets dont la fonction première était commémorative et honorifique.

 

L’ÉPOQUE ROMAINE (27 a. C.-400 p. C.)

La période romaine est bien évidemment la plus conséquente et ne pourra qu’être survolée au travers des différentes salles qui lui sont consacrées. Elle s’ouvre par une maquette numérique qui retrace l’histoire urbaine de Nîmes, depuis sa fondation jusqu’au IIe siècle p. C. De l’installation de l’oppidum sur le Mont Cavalier jusqu’à l’expansion en plaine, de la construction de l’enceinte primitive au premier plan régulateur urbain, de la mise en œuvre d’un programme architectural monumental durant la période augustéenne jusqu’à l’apogée de la ville tout au long du Haut-Empire, la narration est limpide et l’image, projetée sur un support en relief, anime notre curiosité. Le voyage se termine sur une admirable reconstitution en aquarelle de J.-Cl. Golvin (fig. 5).

Fig. 5 : restitution en aquarelle du plan général de la ville de Nîmes au IIe siècle p. C. © J.-Cl. Golvin.

La « Nîmes romaine » est fondée par César en 45 ou 44 a. C. sur l’emplacement du chef-lieu des Volques Arécomiques, à l’occasion de la déduction de la ville au rang de colonie romaine de droit latin. Promue par ce statut privilégié qui la dote du titre honorifique de Colonia, elle acquière sous le règne d’Auguste (27 a. C.-14 p. C.) une nouvelle titulature qui inclut désormais le cognomen du premier empereur : Colonia Augusta Nemausus (fig. 6).

Fig. 6 : as de Nîmes, avec au droit les profils d’Agrippa et de Tibère et au revers le crocodile enchaîné à la palme. Frappé à Nîmes entre 14 et 18/20 p. C. Lattes, Odes à la Mer. © R. Pellé, INRAP.

À l’époque augustéenne, la ville fait l’objet d’un important programme architectural. Une nouvelle enceinte est édifiée sur une longueur d’environ 6 kilomètres, pourvue d’une dizaine de portes et de 80 tours. La porte d’Auguste, dont les vestiges sont encore visibles aujourd’hui, était franchie par la Via Domitia qui remontait jusqu’au forum puis bifurquait en direction de la porte du Cadereau, poursuivant son tracé en direction de l’Espagne. Les nombreuses tours du rempart ne sont pas toutes recensées, mais les recherches entreprises par P. Varène et poursuivies aujourd’hui par R. Pellé, archéologue à l’INRAP[4], viennent progressivement combler les manques et les incertitudes. Masquées par la ville moderne ou largement mises en valeur comme dans le cas de la tour Magne ou de la tour circulaire qui se trouve dans le jardin du Musée (fig. 7 : relevons tout de même l’absence totale de cartel, dont la présence serait pourtant bienvenue afin de présenter la construction antique au public), ces tours témoignent de la monumentalité de cette enceinte à la fonction défensive et ostentatoire, reflet de la grandeur et du prestige nouvellement acquis par la Nîmes augustéenne.

Fig. 7 : portion de l’enceinte augustéenne et tour circulaire visibles dans le jardin du Musée de la Romanité. © C. Lefebvre.

Issu de ce même programme architectural, l’Augusteum, sanctuaire dynastique établi en lieu et place du sanctuaire indigène situé sur la source sacrée au pied du Mont Cavalier, ainsi que la célèbre Maison Carrée[5], temple du culte impérial dédié aux Princes de la Jeunesse Caius et Lucius Caesar, petits-fils adoptifs d’Auguste, renforcent l’importance et l’omniprésence de l’empereur et de la famille impériale. Les maquettes et les outils multimédias qui y sont associés permettent d’appréhender leur histoire, leurs fonctions et leur insertion au sein de la trame urbaine. On regrettera toutefois qu’aucune interaction ne soit possible entre les deux supports (la possibilité d’identifier par exemple, par un signal lumineux situé sur la maquette, l’emplacement des différentes structures architecturales).

Fig. 8 : deux des quatre colonnes qui s’élevaient aux angles du nymphée de l’Augusteum. © C. Lefebvre.
Fig. 9 : vestiges de l’entablement et du fronton qui couronnaient les propylées du portique méridional de l’Augusteum. © C. Lefebvre.

Des vestiges du grand sanctuaire de l’Augusteum, le musée conserve deux des quatre colonnes libres sur piédestaux qui ornaient le nymphée – la fontaine monumentale qui s’élevait au centre du bassin sud – et qui encadrent aujourd’hui l’accès au jardin du Musée (fig. 8). À l’ouest du nymphée s’élevait une grande salle à caractère monumental, couverte d’une voûte en berceau et qui, à notre grand regret, continue d’être identifiée tout au long du parcours comme un « temple de Diane », nom par lequel les Nîmois désignent encore l’édifice aujourd’hui. Cette construction, dont l’identification erronée a été remise en cause par P. Gros il y a plusieurs décennies[6], constituerait plus vraisemblablement une bibliothèque ou une salle associée au culte impérial. L’ensemble du sanctuaire était délimité par une porticus triplex dont l’aile méridionale était élargie en son centre par des propylées, soit un vestibule à colonnes marquant la limite entre lieu profane et lieu sacré. Cette entrée monumentale et les portiques adjacents, construits sous le règne d’Hadrien (117-138 p. C.), sont donc plus tardifs que la construction du sanctuaire[7]. Les vestiges de l’entablement et du fronton qui couronnaient cette entrée constituent désormais le point central du Musée et surmontent de toute leur splendeur l’entrée au jardin (fig. 9).

La dernière maquette de cette salle est, sans surprise, consacrée à l’édifice monumental le plus imposant de la ville : l’amphithéâtre (fig. 10). Le musée a été conçu pour offrir plusieurs points de vue sur sa façade et les outils multimédias livrent, en parallèle, des notions qui permettent d’appréhender son organisation, sa construction et son évolution. Des vestiges découverts lors de fouilles anciennes sont exposés, notamment les chaperons inscrits du balteus qui marquait la limite entre la piste et la cavea. Ils nous renseignent sur l’organisation du placement des spectateurs et plus particulièrement ici sur celle des corporations des nautes du Rhône, de la Saône, de l’Ardèche et de l’Ouvèze. Le moulage de l’inscription de Titus Cripius Reburrus (fig. 11) a été réalisé à partir d’une des deux plaques inscrites toujours en place dans les murs de la salle cruciforme – la salle sous-terraine couverte par la piste – qui mentionnent possiblement le nom d’un architecte ou celui d’un évergète à l’origine du financement des travaux.

Fig. 10 : l’amphithéâtre vu depuis le Musée de la Romanité. © C. Lefebvre.

Fig. 11 : inscription de Titus Crispius Reburrus conservée in situ dans la salle cruciforme de l’amphithéâtre. © R. Pellé, INRAP.

La salle suivante nous plonge encore plus profondément dans les secrets de l’architecture romaine puisqu’y sont exposés les fragments du décor architectural d’édifices romains dont la plupart ne sont pas encore identifiés (fig. 12). Frise dorique ornée de triglyphes et de métopes, frise ornée d’aigles, chapiteaux doriques, corinthiens, corinthianisants ou bien composites, l’ensemble de ces éléments architecturaux renforce l’idée d’une Nîmes richement parée de monuments et qui sût s’élever parmi les plus prestigieuses villes de l’Occident romain. Un documentaire sur les carrières localisées dans les environs de la ville permet également d’appréhender la richesse des gisements de calcaire qui ont favorisé une telle activité édilitaire. Situées dans un rayon de 30 kilomètres, ces carrières de calcaire tendre, dur ou froid offraient un large choix selon la nature de l’édifice construit. Ce documentaire propose une vue générale de l’ensemble des carrières environnantes et aborde également les méthodes d’extraction mises en œuvre par les carriers. Il est à nouveau regrettable ici que les matériaux renseignés sur les cartels soient cantonnés aux termes « calcaire » et « marbre » : les différents types de calcaire présentés dans le documentaire auraient pu être précisés pour chaque élément architectural, afin que le public puisse apprécier les diverses qualités des pierres utilisées et, ainsi, mieux appréhender leur usage.

Fig. 12 : divers fragments qui constituaient le décor architectural (chapiteaux, frises et corniches) d’édifices romains encore non identifiés pour la plupart. © C. Lefebvre.

Nous quittons l’architecture romaine afin de rejoindre un ensemble de salles qui mettent en avant des découvertes plus ou moins récentes dans le cadre de fouilles archéologiques préventives. Une première salle est ainsi consacrée à la fouille du site de « Villa Roma » (voir supra), dont les dégagements révélèrent également l’existence d’un quartier d’habitations d’époque romaine. Les enduits peints qui ornaient les murs de certaines habitations témoignent d’un riche décor dont la « peinture aux grotesques » datée des années 30-40 p. C., qui est exposée et animée au moyen d’une restitution captivante.

Fig. 13 : la mosaïque de Penthée. IIe siècle p. C. Nîmes, avenue Jean Jaurès. © C. Lefebvre.

La fouille préventive de l’avenue Jean Jaurès, réalisée entre 2006 et 2007 par l’INRAP sous la direction de J.-Y. Breuil, a fait l’objet d’un documentaire complet exposant l’intérêt de cette intervention et des vestiges qui ont été mis au jour[8]. Les îlots d’habitation séparés par des rues antiques dévoilés au sein de cette fenêtre archéologique, ouverte sur une superficie de 6 000 m² entre la première enceinte gauloise et l’enceinte romaine, permettent d’appréhender le développement urbanistique de la ville depuis la fin du IIe siècle a. C. jusqu’au IIIe p. C. Parmi les vestiges découverts figure la Statue fontaine de Neptune, dont l’ensemble des étapes de restauration est présenté dans un documentaire passionnant intitulé Sous le regard de Neptune[9]. Mais la véritable « star » du musée est bien sûr la magnifique Mosaïque de Penthée datée du IIe siècle p. C. et dont l’emblema central représente la célèbre tragédie grecque d’Euripide : le meurtre du roi Penthée par sa mère Agavé, prise de folie bacchique (fig. 13). On soulignera au passage l’intérêt des explications mythologiques qui, racontées sous forme de conte, sont proposées pour faciliter la lecture de cette mosaïque et de celle de Bellérophon, découverte en 1950 à l’emplacement du boulevard Gambetta à Nîmes et exposée dans une autre salle.

La visite se poursuit par la collection épigraphique, dont les inscriptions honorifiques, dédicatoires et funéraires reflètent une partie de la richesse du corpus nîmois. Les outils multimédias ingénieux associés à certaines d’entre elles invitent le public à analyser et comprendre les textes de manière ludique : les lettres sont projetées sur les stèles en surbrillance, puis l’inscription est traduite et suivie d’une explication, accompagnée d’une petite animation. À cela s’ajoute une vidéo d’explication des grands principes de l’épigraphie, qui vient compléter un ensemble résolument pédagogique et efficace.

S’en suit une collection considérable, qui réunit objets (lampes à huile, bijoux, jeux et jouets, verre, etc.) et activités de la vie quotidienne (production du textile, agriculture, élevage, pêche, chasse, etc.). Cette thématique du quotidien est terminée par un outil multimédia interactif intitulé « Nîmes, la ville romaine et sa campagne », qui présente au public l’ensemble des fouilles archéologiques réalisées en dehors de la ville et les vestiges qui ont été découverts. Les éléments soulignés en rouge dans les textes, renvoyant aux bâtiments, zones funéraires ou carrières, peuvent être localisés sur la carte en un clic. La numismatique est logiquement associée à cette thématique : une sélection de monnaies retrouvées à Nîmes sont exposées et associées à une frise retraçant la généalogique de la famille impériale. La concomitance des deux permet d’appréhender la diffusion et l’usage des monnaies entre la fin de la République et la chute de l’Empire, le système mobile de loupe offrant la possibilité d’en apprécier de près la qualité et la beauté.

Fig. 14 : chapiteau d’ordre dorique consacré à Nemausus. Date inconnue. Nîmes, sanctuaire de la Fontaine. © C. Lefebvre.

Le parcours consacré à l’époque romaine prend fin avec une salle dédiée à la religion. Dans une ambiance plus intime, volontairement coupée des espaces habituellement très ouverts du musée, les pièces présentées – autels, sculptures, inscriptions, éléments architecturaux – offrent une synthèse sur les cultes gréco-romains, orientaux et le culte impérial pratiqués jusqu’à la fin de l’époque romaine. Sur l’abaque d’un chapiteau d’ordre dorique découvert en 1740 au sanctuaire de la Fontaine apparaît ainsi une inscription dédicatoire à Nemausus, divinité locale dont le nom sera repris dans la titulature de la colonie romaine (fig. 14).

 

L’ÉPOQUE MÉDIÉVALE (1000-1500)

Si la collection médiévale peut paraître moins impressionnante au regard des précédents parcours, cela ne relève pas d’un favoritisme pour les périodes pré-romaine et romaine, mais d’une lacune qui résulte du simple fait que le devenir de Nîmes après l’Antiquité est mal connu et que les vestiges se font plus rares. Plaques de chancel, chapiteaux, sarcophages, etc., tentent toutefois de livrer au public un aperçu de ce que pouvait être la « Nîmes médiévale », tout en lui permettant d’appréhender son aspect et son développement. Entre les invasions barbares (Vandales, Wisigoths, Ostrogoths, Francs) qui touchent les régions méridionales à partir du Ve siècle, l’arrivée des Musulmans au début du VIIIe siècle et la domination franque au milieu du VIIIe siècle, Nîmes connaît une période de trouble qui est malheureusement peu documentée par les vestiges comme par les textes[10]. Il s’avère donc difficile pour les archéologues « de restituer les formes de la ville au fur et à mesure de son évolution jusqu’à la fin du Moyen Âge »[11].

Fig. 15 : la Tentation. Moulage d’une portion de la frise qui orne la partie supérieure de la façade de la cathédrale Notre-Dame. XIIe siècle. © C. Lefebvre.
Fig. 16 : fragment d’une corniche ornée (rinceaux, file de perles et de pirouettes et méandre) et chapiteau corinthianisant figuré. XIIe siècle. © C. Lefebvre.

Héritière d’un important passé antique, la ville conserve jusqu’au milieu du XIVe siècle l’enceinte romaine qui continue de marquer pendant un certain temps la limite entre l’intra et l’extra muros. À l’intérieur, la ville se réduit avec l’abandon progressif de quartiers d’habitations, peu à peu remplacés par des champs cultivés. Cette dynamique est bien visible grâce à une frise chronologique interactive qui permet d’observer les phases de rétractation et de dilatation du tissu urbain à travers le temps. Au XIe siècle, des changements s’opèrent en lien avec la mouvance économique : un nouveau rempart est érigé, reprenant pour partie le tracé de l’enceinte antique. La cathédrale Notre-Dame, église majeure de la cité, est à nouveau édifiée et consacrée en 1096 par le pape Urbain II. Son décor architectural révèle une influence antique attestée dans l’art roman provençal (fig. 15 et 16). Simple source d’inspiration, recherche d’esthétisme ou bien porteuses d’un symbolisme plus profond, les pièces qui nous sont présentées invitent à la réflexion.

 

LES LEGS DE L’ANTIQUITÉ (1400-1900)

Consacré à la dernière époque du parcours muséal, l’espace des « legs de l’Antiquité » rassemble les collections de grands personnages nîmois, savants et antiquaires, qui ont joué un rôle dans la recherche, la conservation et la mise en valeur du patrimoine antique de la ville.

Fig. 17 : maquettes en liège des grands monuments de l’Antiquité gréco-romaine et des édifices de la Nîmes romaine. Réalisées par A. Pelet au XIXe siècle. © C. Lefebvre.

Dès le XVIe siècle, les antiquités nîmoises suscitent un grand intérêt, révélé en 1533 par la visite de François Ier et quelques années plus tard, en 1560, par la publication du premier ouvrage historique consacré à la ville par J. Poldo d’Albenas, intitulé Discours historial de l’antique et illustre cité de Nismes, en la Gaule narbonnaise. Au XVIIe siècle, les érudits G. Guiran et A. de Rulman portent un regard descriptif et analytique plus poussé dans certains domaines tels que l’épigraphie, la numismatique ou encore l’architecture. Le XVIIIe siècle est fortement marqué par l’homme de lettres et collectionneur J.-Fr. Séguier, célèbre pour avoir déchiffré l’inscription dédicatoire de la Maison Carrée et pour avoir fait don de ses collections en 1778, qui constituent aujourd’hui le noyau des collections publiques de la ville. L. Ménard marqua également les esprits avec la publication entre 1750 et 1758 de son ouvrage Histoire civile, ecclésiastique et militaire de la ville de Nîmes en sept volumes. À partir du XVIIIe siècle et principalement au siècle suivant, les antiquités toujours en élévation tels que la Maison Carrée, l’amphithéâtre et la porte d’Auguste font l’objet de premières restaurations et sont inscrites en 1840, avec la tour Magne et les jardins de la Fontaine, au titre des Monuments Historiques. Enfin, nous ne pouvons omettre de mentionner A. Pelet, dont l’admirable travail de maquettiste constitue le cœur de cette collection (fig. 17). Réalisées au XIXe siècle, ses maquettes en liège représentent les grands monuments de l’Antiquité gréco-romaine tels que le Parthénon, le Panthéon ou encore le Colisée, mais également les édifices de la Nîmes romaine qui ont fait de cette ville « la Rome française ».

La visite s’achève sur une galaxie interactive (amusante mais peu facile d’emploi), où sont proposés plusieurs reportages, photos et vidéos sur le patrimoine de Nîmes, excellente conclusion qui montre bien l’influence du passé romain dans le présent des Nîmois.

 

BILAN : UN JEUNE MUSÉE CONTESTÉ, MAIS PLEIN D’AVENIR

Le Musée de la Romanité présente un intérêt certain qui réside dans la diversité de ses collections, l’originalité de sa muséographie, la qualité des documentaires et des cartes animées proposées tout au long de la visite. Parmi ses initiatives heureuses, on notera aussi la présence de moulages qui peuvent être touchés et sont accompagnés d’inscriptions en braille, permettant au plus grand nombre de profiter des collections. Les aires extérieures accessibles au public offrent d’agréables espaces verts et contribuent à rendre la structure agréable : la terrasse panoramique livre notamment une superbe vue sur l’amphithéâtre, et le jardin archéologique, aménagé comme un musée botanique, est planté de végétaux correspondant aux différentes périodes qui guident le parcours muséal. Une vaste salle en sous-sol est prévue pour accueillir des expositions temporaires : la première est consacrée aux gladiateurs[12], un choix judicieux qui reprend le thème des Grands Jeux Romains organisés à Nîmes en 2018[13].

Quelques éléments pourraient cependant être améliorés. Le Musée de la Romanité est encore très jeune, et certains cartels ne sont pas encore totalement optimisés. En outre, l’architecture très ouverte du musée ne permet pas toujours de bien cloisonner le son des différentes vidéos, un travail à ce niveau reste à faire, afin de ne pas en perturber la compréhension. Le musée est toutefois à l’écoute des retours des premiers visiteurs, ce qui signifie qu’une correction et une évolution concernant les quelques défauts mentionnés sont à espérer. De surcroît, le bâtiment abrite aussi des pièces vides, normalement destinées à accueillir certaines collections conservées dans les réserves archéologiques autant que les découvertes faites ou à venir dans le cadre d’opérations de fouilles préventives et programmées. Nous pensons notamment à la fouille de l’enceinte augustéenne, qui se déroule depuis 2014 sur la colline de Montaury à Nîmes sous la direction de R. Pellé de l’INRAP (fig.18). Cet incroyable site a dévoilé trois tours de formes différentes, autour ou à l’intérieur desquelles un riche matériel a été récolté, ainsi que des éléments architecturaux appartenant à celles-ci ou à la courtine du rempart. Certains de ces vestiges, qui présentent un état de conservation remarquable et dont l’apport scientifique est certain, mériteraient sans aucun doute de prendre place au sein des collections du musée.

Fig. 18 : tour circulaire à pédoncule de l’enceinte augustéenne. Nîmes, colline de Montaury. © C. Lefebvre.

Il est possible, pour terminer, de revenir sur la polémique née autour de la construction de ce musée, et d’évoquer le récent échec du classement de la ville de Nîmes au patrimoine mondial de l’UNESCO. En effet, Nîmes faisait de la construction de cet écrin moderne destiné à accueillir ses collections archéologiques un argument de poids pour sa candidature : de manière ironique toutefois, c’est précisément l’architecture du musée qui fait partie des raisons principales ayant motivé le refus du comité de sélection puisque, selon ce dernier, la façade contemporaine s’accorderait mal avec l’amphithéâtre. Cette polémique n’est pas sans rappeler celle déclenchée en 1993 lorsque fut achevée la construction de la médiathèque du Carré d’Art sur le parvis de la Maison Carrée. L’imposante structure de béton et de verre proposée par Norman Foster avait alors choqué certains Nîmois, qui regrettaient la colonnade classique de l’ancien théâtre. Le Musée de la Romanité et le Carré d’Art présentent en effet certaines similitudes : la volonté d’intégrer, dans une structure résolument contemporaine, des rappels architecturaux à leur « double » antique, et de sublimer le monument romain en offrant des panoramas de grande qualité depuis l’ouvrage contemporain. Le musée s’inscrit donc dans un projet urbain cohérent pensé à l’échelle de l’entière ville de Nîmes et respectueux d’un patrimoine qu’il contribue à illustrer. Il peut donc y avoir certaines raisons de se montrer sceptique face au choix de la commission et nous ne pouvons qu’espérer que soit réétudiée la candidature de la ville à un classement que la richesse de son patrimoine, bien mis en valeur par le Musée de la Romanité, lui fait indéniablement mériter[14].

 

[1] Cette appellation dérive du terme latin arena dont le sens premier désigne le « sable », mais qui renvoie également à l’arène, c’est-à-dire à la piste couverte de sable qui occupe le centre des édifices de spectacles tels que les amphithéâtres et les cirques.

[2] « Antiquité (2/4) : Balade au Musée de la Romanité à Nîmes », dans La Fabrique de l’Histoire, France Culture, 2018, en ligne : https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-lhistoire/antiquite-24-balade-au-musee-de-la-romanite-a-nimes.

[3] Conservatrice en chef du Patrimoine, Conservatrice du Musée de la Romanité et Présidente de l’École Antique de Nîmes.

[4] Institut National de Recherches Archéologiques Préventives.

[5] Ce temple dynastique s’insérait dans un complexe architectural de grande ampleur érigé au sein du forum, centre civique de la ville qui regroupait dans un même espace la curie, identifiée à l’autre extrémité du forum par J.-Ch. Balty, ainsi que d’autres monuments publics observés ponctuellement au début des années 2000 dans sa partie méridionale. Voir Balty (J.-Ch.), « Études sur la Maison Carrée de Nîmes, III (suite) », dans Latomus, 18, 4, 1959, p. 755-789.

[6] Gros (P.), « L’Augusteum de Nîmes », dans Revue Archéologique de Narbonnaise, 17, 1984, p. 123-134.

[7] Cette datation a été établie à partir de l’analyse typologique des motifs ornementaux des chapiteaux, de l’entablement et du fronton appartenant aux propylées. Voir Gros (P.), « Le sanctuaire des eaux à Nîmes : l’édifice sud – Deuxième partie », dans Revue Archéologique du Centre de la France, 22, 3, 1983. p. 162-172.

[8] Clatot (Ph.), Au cœur de la cité antique de Nîmes, les fouilles de l’avenue Jean Jaurès, INRAP – Vic Prod, 2007, en ligne : https://www.inrap.fr/au-coeur-de-la-cite-antique-de-nimes-les-fouilles-de-l-avenue-jean-jaures-9426.

[9] Azéma (M.), Kowalczyk (S.), Sous le regard de Neptune (bande d’annonce), Passé simple, 2014, en ligne : http://www.passesimple.net/sous-le-regard-de-neptune-c1ydb.

[10] La ville conserve toutefois de cette période le souvenir du siège du château des Arènes mené par le roi wisigoth Wamba en 673, et d’un épisode de la chanson de geste du cycle de Guillaume d’Orange, Le Charroi de Nîmes, rédigée au XIIe siècle mais dont l’action se situe dans la cité du IXe siècle, alors occupée par les Sarrasins.

[11] Maufras (O.), « Comment Nîmes a-t-elle évolué au Moyen Âge ? », Archéologia, hors-série n°20, juin 2018, p. 64-67.

[12] Cette excellente exposition, conçue par la directrice du Colisée de Rome, Rosella Rea, est aussi un bon moyen de découvrir certains secrets de l’amphiteatrum flavium, précurseur et modèle de l’amphithéâtre nîmois. Elle s’achève le 24 septembre 2018.

[13] Millot (R.), « Les Grands Jeux Romains de Nîmes. Faire (re)vivre l’Antiquité », Actualités des études anciennes, en ligne : https://reainfo.hypotheses.org/12018.

[14] Nous tenons à adresser nos sincères remerciements à J.-Cl. Golvin et R. Pellé pour nous avoir permis d’utiliser leur clichés ou les reproductions de leurs travaux parmi les illustrations de cet article.

Caroline Lefebvre et Romain Millot


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.