Vercingétorix

Brunaux (J-L), Vercingétorix – Paris : 2018, Biographies NRF Gallimard – 336 p. + 16p hors texte – ISBN : 978-2-070178926

Proposé dans le cadre de la collection « Biographies NRF Gallimard », cet ouvrage, destiné au grand public, vise à retracer la vie et la carrière de l’un des protagonistes principaux de la Guerre des Gaules : Vercingétorix.

Tenter une biographie du chef gaulois est un pari audacieux au vu du nombre et de la nature des sources disponibles. Il faut savoir lire entre les lignes et Jean-Louis Brunaux s’y emploie parfaitement tout au long de son ouvrage. Sa maîtrise exceptionnelle du récit césarien et sa connaissance fine de la société gauloise, l’amènent à combler, par tous les moyens possibles, les lacunes des textes, les silences et les sous-entendus de César et les pans d’obscurité dans lesquels l’Histoire a laissé Vercingétorix.

La collection et le contexte éditorial sont importants pour qui lit cet ouvrage. En effet, J.-L. Brunaux souligne, dans ses remerciements, que l’ouvrage n’est pas un essai historique mais bien une biographie à part entière. Il a donc adopté un ton particulier, parfois proche du roman, qui donne vie aux personnages. Ce choix de la narration, libéré de tout apparat critique chargé, rend nécessaire la restitution de scènes, de sentiments, de mises en situations. Plusieurs affirmations qui ne sont que des suppositions s’affranchissent ainsi naturellement du conditionnel. Elles doivent rendre vivants le récit et la reconstitution du cadre socio-économique et historique.

Ce monde gaulois, J.-L. Brunaux le dépeint en se détachant du prisme traditionnel de la romanisation et en livrant de la société gauloise un tableau complexe et bien organisé, finalement assez peu éloigné de certains dispositifs romains, même avant la conquête (le réseau des clientèles bien établi qui est l’un des outils de la stratégie de Vercingétorix). Pour cela, J.-L. Brunaux s’appuie sur les nombreux progrès des études archéologiques et historiques concernant la protohistoire récente occidentale, mais sans les citer explicitement, l’enjeu de l’ouvrage étant de proposer au grand public une histoire fluide, la plus précise et la plus nuancée possible, de la vie du « jeune Arverne ». De ce point de vue, l’ouvrage se place dans une toute autre logique que celle du « dossier Vercingétorix », de Christian Goudineau, publié en 2001 chez Actes-Sud et qui visait un public similaire. Il s’agissait alors de donner aussi un aperçu de l’actualité de la recherche sur notre connaissance du domaine gaulois.

Le découpage en treize chapitres de cette biographie suit une progression régulière, qui rend aisée la compréhension des différentes phases de la carrière du chef arverne. Tous les efforts sont faits pour que le lecteur perçoive la « modernité » des Gaulois (transmissions des messages, réunions politiques, organisations des différentes cités, enjeux politiques etc.). À de nombreuses reprises, la narration de J.-L. Brunaux laisse au lecteur le plaisir de comprendre autrement l’histoire de la Gaule et souligne que des événements méconnus vont lui être révélés, soutenant ainsi l’intérêt du lecteur. Le début nécessite quelques mises au point et des descriptions parfois un peu trop didactiques (sur l’organisation de l’armée romaine, la géographie de la Gaule etc.) et c’est vers le milieu de l’ouvrage que le tableau se met vraiment en place.

Pour décrire la vie du Gaulois « dans la plénitude de son cours » et remédier aux silences de César, J.-L. Brunaux pratique l’art de l’analogie : il emprunte à d’autres auteurs latins ou grecs ou à d’autres passages des Commentaires ce qu’on sait de situations ou de personnages analogues. C’est ce qui motive notamment l’une des hypothèses parmi les plus marquantes de l’ouvrage, celle d’un Vercingétorix otage politique de César au début du conflit (chapitre V). Cette idée est appuyée sur des pratiques connues « dans l’Antiquité » (J.-L. Brunaux mentionne un cas par exemple chez les Bellovaques BG II, 15, 1) ; elle est renforcée par deux passages de Dion Cassius dont l’un indique que Vercingétorix s’était autrefois trouvé dans l’amitié de César (Dion Cassius XL, 41 le terme employé est φιλία ou encore philia). Cette hypothèse, déjà évoquée par J.-L. Brunaux dans son ouvrage sur Alésia et plus largement développée ici, permet d’expliquer plusieurs comportements de César comme celui de Vercingétorix au cours du conflit, notamment dans le cadre de la stratégie militaire.

C’est à la lecture de ces pages que le lecteur peut parfois se sentir frustré s’il veut prolonger la lecture du récit autrement. En effet, la gestion des notes et des références est minimale afin d’éviter d’aboutir à une œuvre scientifique aride et complexe. Le parti pris est clair : faire une narration continue de la vie de Vercingétorix en s’appuyant exclusivement sur les textes classiques – principalement sur le texte césarien. C’est une bonne chose que d’enjoindre le lecteur à aller vérifier à la source littéraire originelle. Toutefois, même pour un ouvrage grand public, les appendices (notes et index des noms cités dans l’ouvrage) laissent un peu le lecteur curieux sur sa faim. Les références bibliographiques, hormis celles renvoyant aux ouvrages de l’auteur, ne sont pas récentes et peu développées, ce qui n’était pas le cas du précédent ouvrage sur Alésia du même auteur chez le même éditeur. Un cahier couleur de huit pages complète l’ensemble, avec une sélection choisie d’œuvres iconographiques (allant de la monnaie à l’enluminure médiévale en passant par la statuaire grecque et les vues du mont Auxois lors des fouilles de Napoléon III), qui aurait sans doute bénéficié de la présence de quelques cartes géographiques.

Quoi qu’il en soit, à la fin, le pari est gagné : la narration est enlevée, le style agréable à lire. De ce point de vue, l’objectif est de l’auteur est atteint : remettre en contexte, en s’appuyant sur les connaissances actuelles dans le domaine de la protohistoire et de l’archéologie, les rares éléments connus autour de Vercingétorix, avec la volonté affichée de se départir de la vision traditionnelle.

Jean-Louis Brunaux poursuit ainsi son entreprise de démystification des lieux communs associés aux Gaulois. Il livre, avec érudition et science mais sans lourdeur académique, un tableau vivant et accessible à tous des méandres politiques et militaires de la Guerre des Gaules. On referme l’ouvrage avec le sentiment de mieux comprendre les tenants et aboutissants de la très grande majorité des actions, des enjeux et des conspirations des acteurs de la Guerre des Gaules.

Coline Ruiz-Darasse

Chercheuse au CNRS


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.