Polyphonte

Vallade (C.), Nakache (J.), Polyphonte. – Angoulême : Eidola éditions, 2017. – 40 p. – ISBN : 979.10.90093.20.1.

Crédit. Eidola éditions

 

Cécile Vallade et Julie Nakache nous livrent à travers ce petit album dessiné sa propre vision du mythe de Polyphonte. Elle n’en est pas à son coup d’essai puisque l’auteure, enseignante de français au lycée, a déjà rédigé plusieurs ouvrages. Mais c’est la première fois qu’elle s’attaque à un mythe grec. « Mes romans écrit-elle – interrogent sans relâche sur le mystère toujours renouvelé de l’écriture, celui des mots avec lesquels tentent de se dessiner nos existences vacillantes ». Et c’est une existence vacillante qu’elle peint avec ses propres mots quand elle raconte le destin de cette héroïne tragique qu’est Polyphonte.

            Polyphonte est la fille du thrace Hipponoos et de Thrassa, elle-même fille d’Arès et de Téréiné. La jeune héroïne refuse les activités traditionnellement liées à son sexe et préfère courir à travers monts et montagnes. Elle se consacre à Artémis, déesse de la chasse, des animaux sauvages, mais également de l’enfance. Elle dédaigne la déesse Aphrodite et ses présents amoureux. Cette dernière, offensée de ce mépris, décide de se venger. Elle inspire à Polyphonte une passion dévorante pour un ours avec lequel elle va commettre le pêché de la chair. Artémis, furieuse de ce que sa suivante ait perdu sa virginité et l’ait trahie, déchaîne alors toutes les bêtes des montagnes qui poursuivent la jeune fille. Celle-ci trouve refuge chez son père, chez qui elle met au monde deux enfants, Agrios (Sauvage) et Orios (Montagnard). Les nouveaux-nés sont dotés d’une force prodigieuse et ne craignent ni les hommes, ni les dieux. Ils dévorent et saccagent tout ce qu’ils croisent. « Sans foi, ni loi, les deux monstres imposent leur enfance sauvage et meurtrière à la face de l’univers. Ils tuent, pillent, violent. Nul n’échappe, ni dieux, ni bêtes, ni hommes à ces sinistres messagers du chaos qui, partout, répandent le sang fuligineux de la haine »[1]. Lassés de leur sauvagerie, Zeus envoie son messager Hermès pour les punir. Ce dernier veut leur couper les pieds et les mains mais Arès, le dieu de la guerre, protège sa descendance. Il les métamorphose : Orios devient un oiseau rapace, Agrios un vautour et Polyphonte une chouette. Ces trois animaux sont porteurs de sinistres présages.

            Le mythe de Polyphonte nous a été transmis grâce à l’œuvre d’Antoninus Liberalis dont s’inspirent librement Cécile Vallade et Julie Nakache. Antoninus Liberalis est un grammairien et mythographe grec qui a probablement vécu entre le Ier et le IIIe siècle de notre ère et dont la vie est inconnue. La seule œuvre lui étant attribuée et qui nous soit parvenue est un recueil de quarante-et-une fables intitulé Métamorphoses – à ne pas confondre avec les célèbres Métamorphoses d’Ovide. Cet ouvrage constitue la seule source conservée de certains mythes. C’est le cas de celui de Polyphonte.

            Cécile Vallade et Julie Nakache nous livrent une version fidèle de ce mythe, dans une tonalité plus moderne teintée de violence et de poésie. La plume de Julie Nakache est illustrée par les sublimes et puissants dessins en noir et blanc de Cécile Vallade. Les illustrations de Polyphonte sont crues, sans filtre. Les paysages sont magnifiques, vallées et montagnes nimbées de touches grises, noires et blanches. La dessinatrice joue avec la lumière et l’obscurité, le noir et le blanc. Elle met en scène une profusion de détails, comme la chevelure de la jeune fille qui paraît se mélanger, se confondre avec la fourrure de son amant ours, ou encore comme ces petites statuettes grecques qui semblent prier ou supplier Polyphonte lorsque celle-ci trouve refuge chez son père. C’est d’ailleurs le seul moment de l’album où des détails de la civilisation grecque – vases peints de multiples figures, lampes à huile, statuettes – sont représentés, comme pour illustrer le fait que Polyphonte est d’abord une enfant de la forêt avant d’être une enfant de la civilisation des hommes. Le bestiaire de Cécile Vallade est criant de vérité, qu’elle représente les animaux sauvages qui chargent, têtes en avant, Polyphonte, portés par la colère d’Artémis, ou bien les silhouettes des oiseaux de mauvais augure qui planent au-dessus d’un buste de la jeune fille lorsqu’elle est métamorphosée. Deux doubles pages semblent se répondre dans l’album : celle de l’union de Polyphonte avec l’ours, qui la montre dans des positions différentes avec lui, le corps blanc de la jeune fille se détachant sur la silhouette noire de son amant et la double page qui décrit la violence des jumeaux Agrios et Orios, le noir du sang de leurs victimes se détachant sur leur pelage grisâtre, comme si l’amour et la haine étaient à jamais liés. L’ouvrage se termine en apothéose, sur une double page qui dévoile une forêt où le calme semble revenu, et dans laquelle une chouette regarde un ours, comme pour nous rassurer : Polyphonte transformée en chouette a pu retrouver son amant ours.

            Sous les plumes combinées de Julie Nakache et de Cécile Vallade, Polyphonte devient une héroïne moderne, éprise de liberté et d’indépendante. Toutefois, il ne faut pas oublier que les mythes grecs regorgent de femmes qui refusent les activités liées à leur sexe et leur préfèrent la liberté, la chasse et la course dans les lieux sauvages. Atalante et Callisto en sont d’autres exemples. Ce n’est pas tant leur désir de liberté et d’indépendance qui sont alors punis dans les mythes que leur dévouement à un seul dieu, en l’occurrence Artémis dans ces trois cas. Polyphonte, Atalante ou Callisto vénèrent la déesse de la chasse et oublient de rendre les honneurs dus aux autres dieux, et notamment à Aphrodite. Les trois héroïnes sont alors métamorphosées, qui en chouette, qui en lionne, qui en ourse, pour avoir refusé les présents de la déesse de l’amour et l’avoir méprisée. Les mythes de refus du mariage ont souvent une fin désastreuse, comme pour annoncer aux femmes grecques qui vivaient dans l’Antiquité le sort qui les attendaient si elles-mêmes dédaignaient cette cérémonie. À notre époque, Polyphonte apparaît plutôt comme une femme libre, dont la volonté est de s’imposer et d’échapper à son destin, sans pour autant y parvenir. Les deux auteures ne s’étendent pas sur le refus du mariage, mais plutôt sur le désir de liberté et d’indépendance de la jeune héroïne. Sous leur plume, Polyphonte veut se libérer « des contraintes inhérentes à la condition des femmes, elle refuse à jamais, la soumission aux impérieux désirs des hommes »[2]. Polyphonte peut alors apparaître à la fois comme une héroïne antique et moderne, comme un contre-modèle pour les femmes de l’Antiquité qui ont le devoir de se marier pour participer à la prospérité de la cité en enfantant, mais également comme un modèle pour les femmes de notre époque qui veulent s’émanciper en toute liberté.

Émilie Druilhe

[1]    VALLADE (C.), NAKACHE (J.), Polyphonte – Eidola, 2017 – p. 26.

[2]    VALLADE (C.), NAKACHE (J.), Polyphonte – Eidola, 2017 – p. 3.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search