Prosopographia Attica 2.0. Base de données et raisonnement prosopographique

Karila-Cohen (K), « Prosopographia Attica 2.0. Base de données et raisonnement prosopographique » Revue historique 2016/4 n° 680, p. 869-904. DOI 10.3917/rhis 164.0869

L’article de Karine Karila-Cohen (désormais l’a.) contredit brillamment pour l’histoire grecque le constat un peu tranchant que fit le romaniste Claude Nicolet en 1976 dans l’introduction du métier de citoyen[1] envisageant que la prosopographie était parvenue au bout de ses apports pour la connaissance spectrale de l’élite politique romaine et que continuer à l’utiliser ne pouvait désormais conduire qu’à de damnables excès. L’historien de la république romaine, lui-même excellent prosopographe[2] et directeur de remarquables thèses fondées sur des catalogues de type[3], s’inscrivait dans un salutaire mouvement critique de l’Antiquité romaine qui tentait de tempérer l’usage systématique de l’outil prosopographique comme clé explicative en histoire politique et sociale.

Cette remise en cause drastique (mais peu suivie d’effet car les catalogues ne cessèrent de s’ajouter les uns aux autres) n’est pas le sujet de l’a. qui revient aux fondements mêmes de la méthode et à son historiographie. Si ce débat a éclaté en histoire romaine[4] c’est pour une excellente raison que l’a. dégage de l’historiographie de la méthode. Selon elle, entre les deux approches fondamentales — partir d’une contrainte des sources (un corpus donné dont on étudie les personnes et leurs relations et actions) ou partir d’une question historique (l’étude d’une fonction ou d’un groupe par la mise en série des personnes nommées à ce titre) — la prosopographie romaine a principalement choisi depuis l’origine (Th. Drumann) la seconde. La prosopographie grecque a privilégié la première, non sans s’engager de temps en temps et de manière fructueuse, sur la seconde voie. Elle est demeurée volontairement un outil utilisable à plusieurs fins ou plus exactement chaînon indispensable dans les processus de traitement des données entre la publication du document et son intégration dans une interrogation historique. Encore faut-il que ce processus de rationalisation et de classement des connaissances ne fausse pas l’usage des sources en faisant adopter comme connaissances assurées des hypothèses de rapprochement fragiles. L’a. fait entrer le lecteur dans la « cuisine » pour reprendre ses termes mais aussi dans la psychologie du prosopographe, écartelé entre deux tentations contraires : égrainer les occurrences d’un nom en évitant les relations hasardeuses, prudence qui ne sert à rien, ou celle, plus tentante, de la focalisation sur un personnages de toutes les données possibles au prix d’hypothèses parfois circulaires. En bref, faire de la prosopographie surtout en histoire antique consiste à choisir entre des hypothèses en fonction du degré de probabilité mais en se méfiant de soi-même (la tendance à trop relier) et surtout de l’autorité de la chose écrite. En effet, comme l’a. le rappelle avec beaucoup de pertinence la fiche prosopographique rédigée fige l’hypothèse même si elle présentée comme telle et le choix ferme souvent la voie des possibles par l’évidence qu’elle créé évidence n’est pas preuve. Elle démontre avec l’exemple de l’Attique que le passage aux catalogues numériques permet de dépasser les apories précédentes : l’existence de tables différentes (occurrences ou onomastique, personnes, datation, identification du document, éléments annexes) permet de conserver la pluralité de la documentation leur interrelation offre les bénéfices de la synthèse tout en explicitant la nature et la solidité du lien suggéré. Cette démarche étayée sur l’exemple a l’immense mérite d’expliciter de manière très pédagogique la méthodologie et les finalités de la prosopographie en général. L’article pose en outre le problème des rapports complexes entre épistémologie et technique et tend à montrer que l’innovation si elle sert la réflexion peut libérer le débat. Enfin le travail de l’a. met à l’honneur la prosopographie grecque qui est relativement méconnue face au terrain depuis longtemps conquis par la prosopographie romaine.

Depuis la rédaction de cet article important, l’a. a largement poursuivi se démarche d’actualisation de la prosopographie et de ses méthodes en organisant aux côtés de R. Baudry et de F. Hurlet une journée d’études intitulée « Prosopographie et types de sources» le 17 mai 2018 à Nanterre qui est le point de départ d’un carnet hypothèse.

Marie-Claire Ferriès

Maître de conférences en Histoire romaine, Université de Grenoble

Page Academia de Marie-Claire Ferriès.

[1] Claude Nicolet, Le métier de citoyen dans la Rome républicaine, Paris, Gallimard 1976

[2] L’ordre équestre à l’époque républicaine (312-43 av. J.C.). BEFAR, 1974 (le tome II est fondé sur le catalogue des chevaliers présenté en 1966 en thèse complémentaire).

[3] Pour n’en citer que quelques unes, celle de Ségolène Demougin « L’ordre équestre sous les julio-Claudiens (1985) celle d’E. Deniaux consacrée à la recommandation chez Cicéron (1987) celle de Jean-Michel David ; “Patroni causarum” : comportements publics et images collectives aux deux derniers siècles de la République romaine (1989) ; celle d’A. Béranger Missions senatoriales et administration de l’empire : Censiteurs et correcteurs d’Auguste à Sévère-Alexandre (1997).

[4] Voir entre autres, l’article de J. Maurin, : “La prosopographie romaine, pertes et profits”, Annales ESC, 37, 1982, p. 824-836. Karine Karila-Cohen cite à juste titre le récent opuscule la Vie des Autres (Lille, 2013), édité sous le direction de S. Benoît qui reprend le débat et répond aux objections faites à l’usage de la prosopographie en histoire romaine.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.