La promesse d’Hector

Kemp (P.), La promesse d’Hector. – Paris : Les Belles Lettres, 2018. – 130 p. – (Hors collection) – ISBN : 978.2.251.44805.3.

Crédit image. Les Belles Lettres

 

Ce petit essai témoigne comme celui de Sylvain Tesson de l’actualité d’Homère, mais d’une façon toute différente. Du reste l’auteur est un personnage singulier, né à Beyrouth d’un père britannique et d’une mère libanaise. Se plaisant à passer pour un espion, il écrit en français des romans d’espionnage de qualité.

            Le locuteur est fictif : il s’agit d’un militaire qu’une blessure a écarté des champs de bataille contemporains, et qui écrit pour son fils une méditation sur l’évolution actuelle de la guerre et sur les crises de la morale militaire et de l’héroïsme qui en sont les conséquences.

            Il ne s’agit pas d’un propos général sur l’Iliade. L’auteur ne prétend pas rivaliser avec les philologues, mais il connaît le texte dont il parle. J’ai toutefois relevé p. 95 une erreur d’appréciation à propos d’Athéna : « Je doute fort qu’Athéna ait le sens de l’humour ». C’est mal connaître la déesse de la mêtis, qui, au chant XIV de l’Odyssée, apprécie en souriant les mensonges que lui débite Ulysse, son protégé.

La réflexion naît d’une expérience personnelle de lecture : la fascination d’un tout jeune garçon pour le personnage d’Hector, sa révolte au récit de la défaite et de la mort du héros. « Je n’ai toujours pas fait mon deuil d’Hector », déclare le locuteur dès la première phrase. Il évoque sa proximité avec le valeureux guerrier troyen, « tendre époux d’Andromaque, père aimant d’Astyanax (…) rempart de la cité. » (p. 9-10) Hector symbolise une forme d’héroïsme humain que la défaite ne diminue pas. Il reste le modèle du soldat citoyen.

Si Achille incarne l’héroïsme dans sa démesure, Ulysse apparaît à l’auteur « comme le premier homme véritablement moderne, et notre père à tous » (p. 26). Son invention, le Cheval de Troie, est une machine qui permet la victoire sans l’héroïsme (Achille est mort…). L’auteur voit dans le cheval de bois l’ancêtre de toutes les armes qui permettent de vaincre sans le risque d’un combat égal, face à face, et qui aboutissent aux blindés entièrement robotisés (p. 60) et aux drones actuels, qui sèment la mort à des milliers de kilomètres de celui qui les utilise bien installé dans un fauteuil.

Hector est l’adversaire des Achéens, il appartient à l’Asie dont il défend le sol. Le Poète chante et pleure un ennemi respectable et admirable. Or une autre évolution met en crise la figure héroïque d’Hector : l’ « ennemi » est désormais un concept obsolète (p. 47) ; le combattant contemporain doit faire face à une « menace » anonyme, extérieure à l’humanité, qu’il convient d’anéantir sans états d’âme.

Ces évolutions sont terriblement inquiétantes, non seulement du point de vue du militaire, mais surtout du point de vue du rapport gouvernants-gouvernés. « Ton pays n’a plus besoin de toi comme combattant : simplement comme victime. » (p. 70)

Ce petit livre personnel ne prétend donc pas donner de l’Iliade une image complète et savante. Le Poème donne une référence profonde et vivante, et non une leçon de morale toute faite. Pour l’auteur, le personnage d’Hector figure une forme d’héroïsme citoyen qui lui semble malheureusement condamné.

Pierre Sauzeau


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.