Les méchants de l’histoire: Caligula

Swysen (B.), Les méchants de l’histoire. Caligula. – Paris : 2018, Dupuis. – (Grand Public). – 80p. – ISBN : 9782800169002

Crédit image. Dupuis

 

Cette bande dessinée s’inscrit dans une série consacrée aux personnages historiques dotés d’une réputation exécrable, plus ou moins méritée, et Caligula figure au catalogue aux côtés de Dracula. L’ambition des auteurs est d’étayer le récit sur des sources fiables et de proposer leur scénario au regard d’un historien, ici Pierre Renucci.

Disons-le tout de suite : Caligula n’a pas usurpé sa place dans la série car sa méchanceté éclate à la page 33, la mort de Tibère, se développe sans faiblir jusqu’à son assassinat et culmine dans le fantôme grimaçant qui, dit-on, après son ensevelissement vint hanter les passants et les voisins de la sépulture. Il y a une morale : les statues des méchants sont abattues. Mais ici elle n’est pas vraiment sauve car au fil des pages la férocité n’épargne personne, ni les bons ni surtout les médiocres qui foisonnent. Le scénario suit chronologiquement la vie de Caligula : sa naissance, le 31 août 12, son enfance auprès de ses parents, jusqu’en 19, de sa mère jusqu’en 28 puis la période dangereuse qui précéda l’avènement, chez Livie et à Capri, enfin son règne de 37 à 41.

Le dessin de la couverture présentant Caligula comme un Hamlet romain éclaire le point de vue des auteurs : sur ce bad boy pèsent les crimes de sa famille et, de victime, il devient bourreau. Mais le récit n’est jamais lourdement démonstratif il est au contraire toujours ironique, servi par un dessin vif qui prête quelque chose de la Falbala d’Uderzo aux jolies femmes qui entourent Caligula. Les auteurs ont pris le parti de faire rire de la complexité de la politique dynastique d’Auguste, de la propension de Tibère au secret et à la méfiance, de l’idéal incarné par Germanicus (particulièrement drôle en ‘va-t-en-guerre’ idéaliste) du caractère affirmé et des ambitions d’Agrippine l’Ancienne (petite dame vraiment insupportable, on comprend Tibère !). L’humour noir assaisonne le tout. On est conduit, malgré soi, à sourire de la crucifixion d’un esclave, des tribulations des cendres de la famille de Caligula et même d’Agrippine éborgnée. Des clins d’œil aux préoccupations de notre temps parsèment les pages (la déforestation des forêts de papyrus par exemple) mais celui qui ravit la palme de l’ironie sauvage et du sadisme sardonique est Caligula lui-même dont la verve cruelle a été longuement développée par Suétone dans la biographie qu’il consacra au César Gaius.

Scénario et dessin suivent et illustrent parfaitement cette source dont ils adoptent, peu ou prou, la théorie explicative : la maladie qui transforme un jeune prince fragile mais adulé en épouvantable tyran. Le récit emprunte aussi à Philon d’Alexandrie (l’ambassade à Gaius) les problèmes avec les Juifs et le dialogue entre le préfet du prétoire Macron et Caligula sur la conduite du pouvoir. Les mutineries des légions de Germanie à la mort d’Auguste sont reprises en quelques traits bien sentis des Annales de Tacite. Ce tribut est explicité par des textes choisis qui sont placés en annexe du volume. Le mérite de cette bande dessinée est donc de nous faire aborder, ou relire, avec légèreté et entrain des textes sévères qui se posent tous ou presque la question de l’origine du Mal en politique.

En effet, c’est le problème central de toute réflexion antique et moderne sur Caligula : comment un prince dont on a tant espéré, qui semblait doté d’un héritage idéal et de toutes les qualités nécessaires à l’exercice du pouvoir a-t-il pu se transformer après un état de grâce en un terrifiant autocrate ? Est-ce un homme fondamentalement mauvais qui se révèle peu à peu ? Sa maladie et son chagrin ont-ils contribué au développement d’une maladie mentale ? Ce sont les interprétations un peu contradictoires qui dérivent de Suétone. Est-ce l’ivresse d’un pouvoir gigantesque tombé sur un être encore immature comme tend à le croire Philon ? Est-ce que la faute originelle ne viendrait pas de la nature même du régime qui pervertit tout un chacun comme le pense Tacite (mais ses chapitres sur Caligula ne nous sont pas restés). Dans la bande dessinée, le choix n’est pas fait et c’est bien normal mais faute d’une mise en perspective de cette question le récit des frasques de Caligula devient un peu répétitif et mécanique.

Une autre question plus cruciale encore est posée par P. Renucci dans son introduction : « Caligula était-il aussi fou et méchant que cela ? ». Les sources littéraires sont indispensables pour aborder le règne de ce prince mais elles sont extrêmement partiales, contradictoires et sujettes à caution. L’impopularité de Caligula est partiellement contredite par le récit de son assassinat par Flavius Josèphe ; la documentation épigraphique et numismatique ne suit pas la ligne révolutionnaire que dénoncent les historiens antiques et elle combine plutôt habilement innovation et continuité. Pourquoi Caligula en est-il arrivé finalement à une répression cruelle de son entourage familial et politique ? Pourquoi suscitait-il des oppositions aussi farouches qu’elles ne pouvaient être traitées que par la mort ? Cette interrogation pleinement historique reste en suspens. Mais la bande dessinée rend ici un hommage mérité à la personnalité romantique autant que drolatique du jeune prince et c’est un plaisir que de le (re)découvrir.

Marie-Claire Ferriès

Maître de conférences en Histoire romaine, Université de Grenoble

Page Academia de Marie-Claire Ferriès.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search