Compte rendu d’exposition – Habiter en Aquitaine dans l’Antiquité

Cette exposition, ayant pour thématique l’habitat et le mode de vie antique dans l’Aquitaine romaine, est le résultat d’un projet collaboratif pluridisciplinaire mené par Catherine Petit-Aupert (Université Bordeaux Montaigne-Ausonius), auquel ont participé de nombreux historiens, archéologues et bénévoles. Présentée en premier lieu à l’Archéopôle d’Aquitaine, du 3 juillet au 21 décembre 2018, cette exposition itinérante décrit, à travers de multiples panneaux explicatifs, les changements introduits par la conquête romaine dans la façon de vivre des habitants de l’Aquitaine méridionale (entre Garonne et Pyrénées), de l’Âge du Fer à l’Antiquité tardive.

L’exposition débute par les principes fondamentaux de l’archéologie, qu’elle soit programmée ou préventive, ainsi que son cadre législatif. Les différentes méthodes de collecte d’informations y sont également décrites, comme la prospection pédestre ou aérienne, la fouille manuelle jusqu’à la diffusion des données recueillies, nous permettant d’avoir une vue d’ensemble sur la discipline.

Une série de panneaux traite ensuite de l’habitat de la fin de l’Âge du Fer en Aquitaine, jusqu’aux premières demeures d’inspiration italique. À la fin de l’Âge du Fer, l’habitat se répartissait en trois catégories. Les agglomérations, des habitations groupées sur des promontoires rocheux ou plus rarement en plaines, sont fermées par un système défensif et présentent parfois un véritable urbanisme. Les petits habitats fortifiés, fréquents dans les piémonts pyrénéens, sont généralement placés sur des crêtes dominant la vallée et possèdent également une structure défensive. Les établissements agricoles, peu fouillés en Aquitaine, sont souvent repérés par prospections pédestres ou aériennes. Il s’agit de fermes, composées d’un ou plusieurs enclos abritant maisons, greniers, bâtiments d’exploitation et le parcage du bétail. Le cas du site de la Sioutat à Roquelaure (Gers) offre un bel exemple de la transition entre la fin de l’Âge du Fer et le début du Haut-Empire, avec deux habitations datant de la fin du Ier s. a.C. dont les plans et les techniques sont déjà inspirés des modèles italiques.

Les panneaux suivants abordent la question de l’habitat urbain par le biais de nombreux exemples. Dans les capitales de cités, comme Bordeaux/Burdigala ou Eauze/Eluza, et les agglomérations secondaires, un réseau viaire plus ou moins orthonormé découpe l’espace en îlots appelés insulae, dans lesquels coexistent maisons modestes et riches demeures, les domus. Des changements apparaissent également dans les matériaux employés, dont l’inspiration italique est en lien avec la diffusion des modèles de construction. Le cas particulier de l’habitat routier, aspect peu abordé en raison de ses rares témoignes, est ici présenté avec l’exemple du site de Vanesia à Saint-Jean-Poutge (Gers). Ces stations routières, vouées à accueillir les voyageurs, sont des constructions placées en bordure de voie. Cette architecture témoigne de l’importance du réseau routier dans l’Antiquité.

L’exposition se poursuit en traitant de l’évolution de l’habitat rural entre le Haut-Empire et le début du Moyen Âge. Ces mutations, visibles dès le milieu du Ier s. p.C. avec l’emploi de nouvelles techniques de construction en dur d’inspiration italique, trouvent leur apogée au début du IIe s. p.C. Au sein des campagnes, la villa s’organise autour d’un bâtiment résidentiel, la pars urbana, et des lieux de production, la pars rustica, dans un domaine agricole. Malgré la diversité des plans, ces édifices sont caractérisés par la présence de bains privés et d’un ornement luxueux. D’importants remaniements sont réalisés au cours des IVe et Ve s. p.C.. Certaines villae sont richement décorées par les propriétaires afin d’exposer leur appartenance à une élite sociale, ils se dotent de pièces d’apparat et agrandissent leurs thermes, avec des bassins aux formes particulières, caractéristiques de cette période. D’autres habitations, plus modestes, montrent une grande diversité de plan sur des édifices de taille plus réduite. À la fin de l’Antiquité et au début du Moyen-Âge, malgré la restructuration des villes, cet habitat rural perdure sous différentes formes, généralement en matériaux légers. La réoccupation des lieux apparaît notamment par la mise en place d’édifices de culte dans d’anciennes pièces d’habitations, mais également par l’installation de sépultures.

Trois panneaux consacrés aux décors offrent une synthèse sur les différents types d’ornements identifiés dans les villae de la classe moyenne ou des notables d’Aquitaine. Peintures murales, placages de marbres, sculptures et mosaïques, de leurs fonctions aux matériaux employés, les explications données permettent de comprendre la chronologie de ces décors d’origine grecque ou romaine, de leurs premières attestations dans la province d’Aquitaine jusqu’à l’apparition de spécificités régionales et l’émergence d’ateliers locaux.

La suite de l’exposition offre un contraste saisissant avec les décors luxueux vus précédemment en abordant la question des habitations plus modestes, les établissements ruraux, les grottes et les campements. Ce type d’habitat agreste, gravitant autour des grandes villae et qui en complètent son activité, se compose d’un aménagement intérieur sommaire et de petite dimension, est généralement dévolu à la production agricole et l’activité pastorale. Les grottes, dont le nombre recensé reflète un phénomène considérable, seraient en lien avec l’ouverture et la protection des voies de circulation ou utilisées comme refuges. Ces types d’installations, malgré leurs aspects sommaires, offrent de nouvelles données très intéressantes sur les dynamiques spatiales en Aquitaine et leurs interprétations.

L’exposition se termine sur la thématique de la production agricole et de l’alimentation. Les cultures produites au sein des villae sont identifiées par les analyses archéobotaniques, permettant de reconnaitre des céréales telles que de l’orge ou du seigle, mais également des arbres fruitiers comme des cerisiers, noyers, noisetiers ou châtaigniers. Il en est de même pour l’élevage, où les ossements de moutons, chèvres, bovidés, équidés et volatiles ont pu être déterminés par les archéozoologues. La transformation des aliments est aussi abordée, particulièrement celle des céréales en farine, essentielle à l’alimentation. La production viticole, bien connue par les sources littéraires, est également identifiée en archéologie. Son équipement spécifique, telles que les aires de foulage, de pressurage et les cuves, est retrouvé en fouilles ou reconnu en prospection aérienne, et permet de savoir quelle part la production viticole pouvait prendre dans l’économie de l’exploitation. Une fois produit, le vin était ensuite transporté pour sa commercialisation dans des amphores fabriquées localement, dont la typologie permet d’en connaître le rayonnement commercial. Les productions de la mer prennent une place non négligeable sur le marché aquitain. Mentionnée par les auteurs antiques, cette alimentation « à la romaine » est également visible en archéologie, que ce soit par les instruments de pêche ou par les restes de crustacés, coquillages, et les ossements de poissons identifiables en fouilles. Les sauces et salaisons, produites dans de grands bassins maçonnés, étaient ensuite conditionnées en amphores ou tonneaux pour le commerce, parfois pour de longues distances. La production de goudron végétal, utilisé principalement pour étanchéifier des contenants ou pour le calfatage des navires, était également assez répandue dans la province en raison de la présence de pins maritimes. Ce matériau, obtenu par carbonisation du bois, a notamment était exporté, entre autres, vers la Narbonnaise en grande quantité.

L’ensemble de cette exposition offre donc un aperçu complet des différents types d’habitats antiques en Aquitaine romaine, que ce soit par la grande diversité des exemples de sites présentés, mais également par le biais des activités en lien avec ces lieux et leur environnement. La clarté des explications de cette vingtaine de panneaux, richement illustrés de cartes, photographies, schémas et restitutions, rendent cette exposition accessible au plus grand nombre, notamment par l’introduction aux principes de l’archéologie en début de parcours. Le catalogue qui en résulte, un volume de 120 pages, reprend l’intégralité des panneaux présentés et se clôture par une page listant quelques lieux à découvrir au sein de la Nouvelle-Aquitaine et de l’Occitanie, invitant à poursuivre le parcours par la visite des musées et des sites archéologiques de l’Aquitaine romaine.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.