Promenades Archéologiques

Boissier (G.), Promenades Archéologiques. – Paris : 2017, éditions Jérôme Million. – 787 p. – ISBN : 2-84137-330-7

Crédit. éditions Jérôme Million

 

Le premier volume des Promenades archéologiques I réédité, dont la couverture reproduit une gouache d’Antonio Joli « Rome. Vue du Tibre et du Château Saint-Ange », regroupent trois livres, parus entre 1880 et 1895, de Gaston Boissier, professeur agrégé de lettres qui fut ensuite professeur au Collège de France à la chaire de poésie latine et de littérature.


L’édition est préfacée par Claude Louis-Combet Des ruines et des mots et par Claude Aziza Gaston Boissier ou les rêveries d’un promeneur solidaire qui font l’éloge immodéré de l’auteur, rappelant sans cesse sa grande érudition et sa force d’écriture, dense, sans jamais être pédante, ainsi que sa grande volonté de transmettre.
Dans la préface du premier livre, on apprend que l’A n’a d’autre prétention que de faire un guide un peu plus élaboré que les guides ordinaires afin de faire connaître au grand public et de fournir « aux voyageurs sérieux qui veulent être bien renseignés » l’actualité des études archéologiques. Témoin direct de l’époque des grandes fouilles effectuées en Italie, mais aussi en Afrique, il s’engage à fournir l’état exact de la situation à un moment donné tout en étant conscient du caractère provisoire de son guide. Pour cela il glane les informations auprès des plus grands chercheurs et intellectuels de son époque pour en faire une synthèse et les exposer clairement et simplement au lecteur peu ou moyennement éclairé, éveillant en lui l’intérêt le plus vif pour l’histoire antique en lui donnant les clés de lecture nécessaires.
Ce premier livre reproduit la troisième édition de l’ouvrage, modifié et augmenté pour la dernière fois en 1886, après les importantes découvertes effectuées dans la partie sud-est du forum romain. Divisé en six chapitres, il concerne principalement les vestiges archéologiques de Rome et ses alentours. Partant de Rome, nous découvrons le forum, le Palatin, les catacombes, puis Tivoli pour voir la villa d’Hadrien et Ostie, dans la ville commerciale fleurissante aux premiers siècles de l’empire. Nous nous déplaçons finalement en Campanie dans le dernier chapitre, consacré aux fouilles de Pompéi.
Dans chacune de ses balades l’A plante le décor avec des descriptions géographiques de la zone, fournit l’historiographie des explorations et replace ensuite ces lieux dans le paysage antique. Le normalien livre une description très vivante du forum, en y replaçant la foule qui l’animait et les détails de cette vie passée à laquelle il semble avoir appartenu. On s’évade dès les premières pages car l’A sait comment piquer la curiosité du lecteur et l’éloigner définitivement de l’ennui visuel que pourrait provoquer chez le néophyte la vue d’un amas de vieilles pierres.
De Rome, nous partons ensuite en direction de Tivoli pour découvrir la villa de l’empereur Hadrien, véritable mine de chefs d’oeuvre antique qui fut lourdement pillée dès sa découverte à la Renaissance.
Le récit suit un va et vient continu entre le passé et le présent, entre les auteurs antiques, l’actualité des fouilles, et la société du XIXe siècle. Les époques s’interpénètrent, l’Histoire prend des couleurs et, comme un privilégié qui serait admis dans les coulisses du grand spectacle de l’Humanité, on assiste à l’envers du décor. Ainsi on surprend Le Piranèse à pénétrer la nuit par effraction dans le jardin de la maison de Livie, au risque de se faire manger par des chiens, pour pouvoir faire un croquis des ruines du palais d’Auguste dégagées par l’abbé Rancoureil, dont l’accès était interdit au public.

Pour parfaire la vision de la Rome antique, l’A nous emmène ensuite à Ostie, dont la description est illustrée par un plan inédit de la ville fait à sa demande par M. Laloux, pensionnaire à l’Académie. En visitant cette ville de marchands, « une des villes les plus bruyantes du monde », nous plongeons dans l’histoire économique et sociale du peuple romain. Un tour de maître de l’A qui réussit à nous transmettre une description très vivante d’Ostie antique, alors qu’au XIXe s. elle n’est plus qu’un littoral de désolation insalubre, croupie dans le silence des marécages.
S’ensuit la découverte de la vie provinciale à Pompéi à travers les excavations archéologiques récentes, dirigées alors par le jeune et dynamique G. Fiorelli (depuis 1863), qui s’emploie à remettre de l’ordre dans les fouilles et à faire cesser les « chasses aux trésors », entreprenant aussi d’importants travaux de restauration. Il reste alors encore un peu plus de la moitié de la ville à mettre à jour et les grandes découvertes s’enchaînent, on suit ainsi en direct, grâce au précieux témoignage de l’A, la fameuse trouvaille des tablettes du banquier L. Caecilius Jucundus, effectuée le 3 juillet 1875, jusqu’à leur restauration au MANN dirigé alors par M. de Petra.
La grande sensibilité artistique dont Gaston Boissier fait preuve nous régale d’exceptionnelles descriptions de peintures antiques, et particulièrement à Pompéi, où il s’appuie sur les recherches du grand spécialiste W. Helbig pour faire parler les fresques. Il met en évidence l’ascendance de l’art alexandrin et hellénistique sur l’art romain et rend ainsi accessible en langue française les dernières recherches de l’archéologue allemand.
Le deuxième livre comprend trois gros chapitres et deux cartes en noir et blanc représentant respectivement la vallée de la Licenza, où se trouve la maison de campagne d’Horace, et Ostie et ses environs avec une hypothèse de localisation de la villa de Pline.
Dans le premier chapitre la plume de l’éminent latiniste ressuscite la société des intellectuels de l’époque d’Auguste autour de la figure centrale d’Horace. Il en dresse un fin portrait psychologique et retrace l’ascension de ce fils d’esclave, qui, malgré lui, devint le poète attitré d’Auguste grâce notamment à Virgile et à Mécène son protecteur, très proche de l’empereur. L’humaniste qu’est l’A met ici à disposition son immense culture de la littérature antique et nous fait découvrir la campagne romaine en faisant des considérations sur le probable lieu d’habitation du poète.
Le deuxième chapitre concerne les tombes à chambre de Corneto, l’ancienne Tarquinia en Toscane, qui permettent d’en savoir un peu plus sur la civilisation étrusque dont la langue reste un mystère. À partir des derniers ouvrages sur ce sujet et de formidables descriptions des peintures funéraires, qui représentent souvent des banquets, des danseuses et des scènes de chasses, l’A retrace l’évolution de l’art étrusque dans ses grandes lignes, depuis son arrivée en Italie centrale jusqu’à la défaite de son peuple par les Romains. Il nous parle également des antiquités étrusques provenant de la collection Campana, qui furent rachetées par le Louvre en 1862, par l’intermédiaire de Léon Renier.
Le dernier chapitre se concentre sur l’Enéide, sur la façon dont la légende s’est créée, comment elle s’est répandue et introduite chez les latins et pourquoi Virgile en a fait la raison de son poème. C’est l’occasion de nous faire voyager en Sicile, là où se déroule une bonne partie de l’histoire du héros Troyen.
Le troisième livre est la reproduction de l’édition parue chez Hachette en 1912 qui contenait quatre illustrations en noir et blanc (plans et cartes) relatives à Carthage et Timgad. L’ouvrage est articulé en huit chapitres où l’A reconstitue l’histoire romaine de l’Afrique, encore très peu connue du grand public, qu’il visite pour la première fois en 1891, alors que l’Algérie et la Tunisie sont respectivement colonie et protectorat français. L’expédition nous fait découvrir tour à tour les ruines de la province proconsulaire avec Carthage, la Numidie avec Timgad et la Mauritanie et on rencontre une pléiade de personnages, de Massinissa à Apulée en passant par Jubé. L’historien, fasciné par ces paysages, dit qu’« il n’existe pas au monde de contrées où les ruines antiques soient plus nombreuses ». Le récit de l’A. est cependant bien empreint de l’idéologie de son temps qui fait de la France l’héritière et la continuatrice de Rome en Afrique, représentée comme la puissance civilisatrice d’une région arriérée.
On aurait aimé avoir davantage de détails dans les légendes des trente-deux photographies en noir et blanc, ajoutées dans cette nouvelle édition, que l’on trouve dans les premier et troisième livres comme la date de prise de vue et l’auteur du cliché. Une carte générale de l’empire romain aurait également été la bienvenue pour pouvoir embrasser d’un seul coup d’oeil l’importante zone géographique dont traite l’auteur. Enfin, on peut regretter l’imposante épaisseur (5,5 cm) du volume ainsi que la petite taille de la police d’écriture qui pourraient, de prime abord, décourager les lecteurs.
Mais ces critiques sont de loin bien inférieures à tous les points forts du livre, remarquable tout d’abord par sa précieuse bibliographie qui reste encore une excellente base, que ce soit pour l’Italie ou l’Afrique romaine. On salue la structure d’ensemble de l’ouvrage qui facilite la lecture avec un sommaire très détaillé, repris au début de chaque partie dans le livre, des notes de bas de page qui permettent de profiter immédiatement des commentaires et des renvois de l’auteur, un index analytique des noms propres, et un autre des noms de lieux pour circuler facilement dans le volume et enfin un chronoscope situé en fin d’ouvrage qui résume efficacement les temps forts de l’histoire. Nous notons également la pertinence et la bonne qualité des illustrations originales.
Le but de Gaston Boissier, qui porte le genre du guide archéologique destiné au profane à son paroxysme, est amplement atteint et va même au-delà de ses espérances puisqu’après avoir connu un franc succès auprès de ses contemporains, ces trois livres exceptionnels, tant par la quantité que par la qualité des informations qu’ils contiennent, sont désormais devenus des classiques du genre.
« Les promenades archéologiques » continuent de surprendre agréablement le lecteur d’aujourd’hui par l’élégance du style de l’A. et par la sagacité de ses analyses, même si les avancées archéologiques ont été nombreuses depuis – pour donner un point de repère parlant nous rappelons que A. Maiuri naît l’année de la publication du premier volume – le talent de conteur de GB mis au service de sa générosité intellectuelle en a fait de véritables machines à remonter le temps, qui ont été dépoussiérées et remises en fonction par les éditions Jérôme Million pour notre plus grand plaisir.

Dorothée Neyme

Docteure en archéologie romaine

Chercheuse associée au centre Jean Bérard (USR 3133, EFR-CNRS)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.