L’assassinat de Socrate

Chicot (M.), L’assassinat de Socrate. – Paris : 2018, Plon. – 450p. – EAN : 9782259263986

Crédit image. Première de couverture – Plon édition

 

« Plongez dans le tumulte d’une époque fascinante aux côtés du plus célèbre des philosophes »

S’il accepte de répondre à l’invitation de l’éditeur, le lecteur ne sera pas déçu en découvrant le premier roman traduit en français de Marcos Chicot, auteur à succès originaire d’Espagne qui a déjà remporté différents prix littéraires. Certes, l’ouvrage peut paraître imposant : 692 pages le composent, agrémentées de quatre cartes placées au seuil du roman, afin d’en faciliter la compréhension[1] ainsi que de quelques extraits de l’encyclopédie universelle espagnole à la fin de certains chapitres, tout particulièrement consacrés à Socrate et à sa philosophie, comme l’article « Socrate et le rationalisme » (page 131).

Que raconte le roman de Marcos Chicot ? L’action se déroule pendant la guerre du Péloponnèse, qui oppose Athènes à Sparte entre 431 avant J.-C. et 404 avant J.-C. Le roman s’ouvre sur l’oracle de Delphes, que Chéréphon est venu consulter au sujet de son ami Socrate, sans l’avoir toutefois informé de sa démarche. Il y apprend que Socrate sera assassiné par « l’homme au regard le plus clair ». Refusant de faire cas de l’oracle, Socrate continue sa vie selon ses préceptes. Le récit entremêle le destin de deux familles, celle de Deyanira, Spartiate veuve et remariée de force à son beau-frère Ariston, brute épaisse dont le seul objectif est de vaincre les Athéniens et de monter sur le trône spartiate ainsi que celle de Persée, Athénien dont les yeux d’un bleu clair quasi surnaturel ne cesse d’alimenter les peurs de Chéréphon. C’est autour du destin de Persée et de sa naissance entourée d’un halo de mystère que toute l’intrigue est construite.

Renouant avec le roman historique du XIXe siècle, le texte de Marcos Chicot fait preuve d’une érudition remarquable : les séances à l’assemblée, l’aura des discours de Périclès qui conseille aux Athéniens de se retrancher derrière les murs de la cité (page 105), la terrible peste qui frappe Athènes et annihile toutes les normes sociales au point que les rites funéraires ne sont plus respectés (page 125), les débordements de Cléon à la tribune (page 169), beaucoup de passages montrent que l’auteur a fréquenté les textes anciens. Quelle est la particularité de ce roman ? Au-delà de sa capacité à mettre en scène la vie quotidienne à Athènes et à Sparte, les dangers des déplacements entre les cités, la place des femmes, réduite à peu de choses, ou encore l’éducation spartiate, le roman fait découvrir, à travers les yeux de Persée, fils d’Eurymaque, l’Athènes de Périclès : on suit en effet la vie du jeune garçon qui fréquente les cercles de Socrate. Il croise ainsi la route de Platon, de Périclès, d’Euripide, de Sophocle et d’Aristophane. Inspirés des personnages réels tels que Nicias et Cléon, le roman se peuplent également de personnages fictifs, telle que Cassandre, la fille d’Euripide dont est épris Persée, mariée de force à un vieux veuf qui mourra de la peste. C’est toujours grâce à Persée et à son père Eurymaque que le lecteur découvre un Socrate hoplite, courageux sur le champ de bataille, mais aussi bienveillant et secourable envers ses amis dans la détresse et la pénurie engendrées par la guerre. Égal à lui-même, Socrate traverse la tyrannie des Trente sans se plier aux ordres qui iraient à l’encontre de ses convictions et on le voit accusé puis jugé en 399 avant J.-C. Son procès, engagé sur l’accusation de Mélétos, mais réellement souhaité par Anytos, est raconté au chapitre 105 (pages 647-655) et les paroles que lui prêtent l’auteur pour sa défense font sensiblement écho à l’Apologie de Socrate de Xénophon. Contre toute attente, le roman ne s’achève pas sur la mort de Socrate et sur ses derniers instants auprès de ses disciples, lorsqu’il boit la cigüe. Bien qu’il s’agisse du moment fort du récit, le roman continue. Les derniers chapitres s’attachent à nouveau à la vie de Persée, qui parvient enfin à trouver le bonheur malgré les vicissitudes de la guerre et de ses conséquences.

L’intérêt de l’ouvrage est double. Sa très grande documentation permet au lecteur de plonger dans le fracas de la guerre du Péloponnèse, ses différents moments, la célèbre peste, les   incursions spartiates incessantes ou encore les batailles navales et hoplitiques. Toutefois, l’intrigue n’est pas négligée : le mystère qui accompagne la naissance de Persée est progressivement résolu au fil des chapitres, permettant de mieux comprendre à quel point les destins du spartiate Ariston et de l’Athénien Persée sont liés. En sus des récits très vivants et enlevés des batailles, des descriptions détaillées, l’intrigue suit l’éducation et la jeunesse de Persée, qui tombe amoureux de Cassandre, la fille d’Euripide. Grâce à elle et à d’autres personnages, le roman fait également réfléchir aux différentes catégories qui composent les sociétés athénienne et spartiate ainsi qu’aux règles qui encadrent les mœurs au quotidien. Tout dans le récit est fait pour que le lecteur se révolte contre le traitement réservé aux veuves à Sparte, ou encore au mariage des jeunes filles à Athènes, dès l’âge de quinze ans. À travers la vie de Cassandre, le refus d’éduquer trop les jeunes filles, de les laisser participer à la vie politique athénienne est volontairement accentué afin d’en souligner toute l’injustice. De même, l’arrachement de l’enfant spartiate dès l’âge de 6 ans pour vivre en communauté avec ses futurs coreligionnaires ne peut que faire réagir, tant le récit met l’accent sur la détresse de la mère voyant son enfant progressivement formaté exclusivement à la guerre. Car loin de montrer ces caractéristiques de la société athénienne ou spartiate comme « normales », le roman cherche à susciter la réflexion du lecteur sur les laissés pour compte de la démocratie athénienne et de la grandeur spartiate[2], sur ceux que l’histoire et les textes anciens passent souvent sous silence. En ce sens, la lecture du roman mérite le détour car c’est toute la société grecque des citées athénienne et spartiate que Marcos Chicot a souhaité représenter, sans fard ni complaisance.

[1] Une carte de Sparte, d’Athènes, des Longs Murs, et de la Grèce lors de la Guerre du Péloponnèse.

[2] On pense en particulier à l’épisode très violent sur les hilotes.

 

Catherine Psilakis

Docteure et Agrégée de Lettres classiques,

Université Lyon 1


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.