Le vol du vase d’Héraclès

Ballaguy (C.), Le vol du vase d’Héraclès. – Bouvignies : Les éditions Nord Avril, 2017. – 85 p. – 978.2.3679.0078.0.

Crédits image : première de couverture. © Les éditions du Nord-Avril.

 

Le vol du vase d’Héraclès est le premier ouvrage de Cyrille Ballaguy. En tant que muséologue, ce dernier possède une vaste connaissance des musées mais également de l’Antiquité, sa thèse ayant eu comme sujet les œuvres d’art de la mythologie classique dans les musées du Nord-Pas de Calais[1]. Il est souvent amené à faire de nombreux comptes rendus d’expositions et a écrit beaucoup d’articles sur l’Antiquité, et notamment sur ses héros et ses dieux[2]. Il a d’ailleurs créée un blog de vulgarisation sur la mythologie grecque[3] dans lequel il fait beaucoup de parallèles entre les héros du monde antique et ceux de notre temps. Rien d’étonnant alors à ce qu’il écrive un livre jeunesse dont le lieu principal est le musée des Beaux-Arts de Lille et dont l’intrigue prend comme point de départ des vases grecs représentant le célèbre héros antique Héraclès.

Ariane est une jeune fille en classe de sixième qui adore les jeux vidéos, les super héros et passer du temps avec son meilleur ami, Tom. Alors qu’ils passent leur dernier jour d’école au musée des Beaux-Arts de Lille, les voilà entraînés sur la trace de voleurs qui dérobent exclusivement des vases exhibant le célèbre héros grec Héraclès. Cet épisode leur permettra non seulement de contrer trois voleurs, mais également d’en apprendre plus sur la mythologie grecque et notamment la vie d’Héraclès.

Héraclès est l’un des héros les plus connu de la mythologie antique. Il est mentionné dans la littérature grecque dès le poète Homère[4]. Il est notamment connu pour avoir accompli douze travaux héroïques. Ces travaux lui ont été imposés par son cousin Eurysthée, Héraclès s’étant mis à son service pour se racheter du meurtre de sa propre femme et de ses enfants qu’il a commis sous l’emprise d’une folie passagère[5]. Le vol du vase d’Héraclès évoque les douze travaux du héros. L’ouvrage détaille également les attributs d’Héraclès – sa peau de lion et sa massue, toutes deux issues de son premier travail, le combat contre le lion de Némée[6] – et explique avec précision les deux noms du héros – son nom grec, Héraclès, et son nom romain, Hercule, sous lequel il est plus connu à notre époque.

Cyrille Ballaguy aborde également la représentation iconographique d’Héraclès. En effet, les voleurs de son histoire s’en prennent exclusivement aux vases représentant le héros. L’auteur rappelle le fait que le héros est représenté en peinture, en sculpture, sur des vases ou des meubles. Il évoque même un tableau exposé au musée des Beaux-Arts de Lille qui représente Héraclès combattant le dieu fleuve Acheloüs[7], tel qu’il est raconté dans les Métamorphoses d’Ovide[8]. Le vase principal de l’intrigue de l’ouvrage est un lécythe – ou vase à parfum – également présent au musée des Beaux-Arts de Lille qui représente le héros en lutte contre un énorme taureau qu’il tient par les cornes[9]. Cette scène représente le septième des douze travaux d’Héraclès, celui où il doit capturer vif un taureau crétois qui détruit et mange tout sur son passage.

Dans Le vol du vase d’Héraclès sont également présentés d’autres mythes. Ainsi, le jeune lecteur peut-il croiser la route de Thésée, survivant du terrible labyrinthe – le jeune Tom est d’ailleurs surnommé ainsi par les voleurs qui le comparent au héros car il est perdu dans le labyrinthe du musée des Beaux-Arts de Lille – et d’Ariane sa sauveuse qui déroula une pelote de fils pour lui permettre d’en sortir. Il croise également la route de Jupiter, Neptune et Pluton – l’auteur évoquant là aussi la différence entre les noms grecs et les noms romains des dieux les plus puissants de la mythologie gréco-romaine –, ou encore la route de Médée la sorcière qui tua ses enfants de rage après que son mari l’ait quitté. Sont également mentionnés le grand inventeur Dédale, son fils Icare et ses ailes, Ulysse et Minos, Midas et ses bêtises[10], la déesse Athéna, ou encore les amours de Psychée et de Cupidon[11]. Cyrille Ballaguy évoque même le grand historien antique Évhémère, qui vécu au IIIe siècle de notre ère, et qui émis l’hypothèse que les mythes antiques ne sont que la déformation de faits historiques, les dieux et héros mythiques étant des figures qui ont réellement existé dans un passé reculé[12]. Évhémère était convaincu de cette conception après qu’il ait découvert une île dans l’océan Indien dans laquelle les hauts faits des rois Ouranos, Kronos et Zeus étaient narrés, ces rois préhistoriques ayant été honorés comme dieux après leur mort grâce à leurs bienfaits.

Outre la mythologie, Le vol du vase d’Héraclès permet également d’aborder le monde de l’art. Ainsi, il décrit très précisément la manière dont un observateur peut regarder un vase antique : d’abord en partant du pied du vase qui lui permet de tenir à la verticale, puis en remontant à la panse, la partie centrale sur laquelle sont peints les épisodes mythologiques, et enfin en observant l’épaule et le col. Le lecteur trouve également dans l’ouvrage des définitions détaillées, notamment sur le lécythe – ces vases très anciens qui servaient à contenir du parfum – ou encore sur le métier de restaurateur – ces personnes spécialisées dans la réparation des objets de musée.

L’intention de Cyrille Ballaguy est de donner goût à l’art et aux musées aux jeunes lecteurs de son livre. Il y parvient en nous décrivant très précisément les musées de la région des Hauts de France, la région sur laquelle il a travaillé pendant sa thèse. Ainsi, il nous décrit les huit vases représentant Héraclès qui appartiennent à la collection de plus de 470 pièces du musée de Boulogne-sur-Mer. Cette collection achetée par le musée en 1861 comprend des vases divers – vases à parfum, amphores, vases à boire, etc. –, s’étend sur une large borne chronologique – des temps archaïques au Ve siècle avant J.-C. –, a des bornes géographiques très étendues – de Chypre à l’Attique – et permet de comprendre l’évolution de la céramique grecque à travers les thèmes des Jeux, de la Guerre, de l’Épopée, de ses Dieux et de ses héros. L’auteur décrit également très précisément le musée des Beaux-Arts de Lille. On sent qu’il le connaît comme sa poche car il donne un plan détaillé du musée avec l’atrium dans lequel sont présentés les expositions, les salles dédiées à la sculpture et à la peinture du Moyen Âge, les salles présentant des fresques et des vases antiques. Cyrille Ballaguy évoque même deux tableaux du musée – Psyché couronnant l’amour[13] et le Jugement de Midas[14] – ainsi qu’une ancienne exposition du musée, la Duckomenta, qui a eu lieu du 10 avril au 5 juillet 2015 et qui mettait en scène les œuvres les plus emblématiques de l’histoire de l’art revisitées par les artistes contemporains du collectif allemand interDuck qui y placent systématiquement un canard.

L’intérêt du roman est que son auteur a voulu démontrer à ses jeunes lecteurs que l’art peut être captivant. En utilisant des rapprochements entre l’Antiquité et le monde contemporain, notamment entre les héros actuels et les héros antiques – Hulk est le super héros le plus puissant des comics américains tout comme l’était Héraclès dans la mythologie antique –, en intercalant des références de jeux vidéos, de dessins animés, de films, ou même de parcs d’attraction, Cyrille Ballaguy tente de montrer aux jeunes lecteurs que l’art est partout et qu’il n’est pas ennuyeux. D’ailleurs, le rêve d’Ariane des premières lignes mélange les deux époques en imaginant un Héraclès, perdu dans un vaisseau labyrinthe et qui se bat à l’aide d’une batte de baseball qui remplace sa massue. Le héros du livre, Thomas, qui s’exclame qu’il « n’aime pas les musées » dans le deuxième chapitre, se prends au jeu et découvre l’univers riche et passionnant de l’art, et plus particulièrement de l’Antiquité. Avec la question que pose le dialogue entre Ariane et les trois voleurs à la fin de l’ouvrage – est-ce qu’il faut avoir fait de longues études pour apprécier l’art ou est-ce que tout le monde peut l’aimer et donner son avis ? – l’auteur tente de désacraliser les beaux arts et de montrer que l’on peut tous en parler, peu importe notre âge et d’où l’on vient. C’est sûrement pour cela qu’il a glissé la référence à l’exposition Duckomenta, qui désacralise l’art en plaçant des canards partout et qui peut toucher les plus jeunes, puisque le canard ressemble à Donald.

En conclusion, Le vol du vase d’Héraclès est un très bon outil d’apprentissage pour de jeunes lecteurs, dès huit ans, en quête d’explications sur l’art ou l’Antiquité et qui aborde de véritables questions – l’art est-il accessible à tous ? Peut on donner son avis sur une œuvre d’art alors qu’on est novice ?

On peut regretter le manque d’information de cet ouvrage : l’auteur aurait pu citer précisément les tableaux et les expositions qu’il évoque. Ainsi, il est difficile de comprendre à quelles œuvres d’art se référent le tableau d’une vache entourée de jeunes femmes, celui mettant en scène Athéna, celui qui montre Médée à côté d’Ariane ou encore le vase abîmé représentant Héraclès dans un combat contre un géant. Cyrille Ballaguy aurait également pu développer un peu plus certains mythes qu’il évoque brièvement comme celui de Midas, celui de Dédale, ou encore celui de Psychée. D’ailleurs, il n’y a aucune carte de la Grèce ancienne ce qui est bien dommage, par exemple pour situer la Crête dont il est fait beaucoup mention. Enfin, il y a quelques erreurs flagrantes. Par exemple, il est dit que c’est Dédale qui a inventé le compas. Ce n’est pas la version des mythes. Pour Ovide ou le Pseudo-Apollodore, Dédale devint le précepteur de son propre neveu – Talos ou Perdrix selon les versions – qui dépassa bientôt son maître et inventa la scie et le compas. Jaloux, Dédale décida de jeter son neveu du haut de l’Acropole ou de la tour de Pallas[15]. C’est également le cas pour le loukoum qui est présenté comme une pâte de fruit d’origine grecque dans l’ouvrage. En réalité, le loukoum est d’origine turque, plus particulièrement ottomane – la cuisine ottomane étant un mélange de la gastronomie de la Grèce ancienne et de l’Empire byzantin. Il y a également deux problèmes de typographie dans l’ouvrage, à la page 67 – « c’est » – et à la page 69 – « tiens moi au informé ».

À l’exception de ces petites fausses notes, Le vol du vase d’Héraclès est un ouvrage adapté aux enfants à partir de huit ans, qui commencent à lire tout seul. Les mots compliqués sont bien expliqués et le langage est assez familier pour ne pas rebuter un jeune lecteur. Les références continuelles à l’univers des enfants – les jeux vidéo, les comics, le foot – leur permettent de ne pas se sentir perdus tandis que les références à la culture grecque – l’héroïne s’appelle Ariane, son père est grec…

Émilie Druilhe

[1] Ballaguy (C.), « La question des nouvelles médiations dans la valorisation des collections muséales du Nord-Pas de Calais : l’exemple d’œuvres inspirées des épisodes de la mythologie classique dans les musées des beaux-arts », thèse de doctorat en histoire de l’art, sous la direction de Chang Ming Marie Peng et William Van Andringa, Lille, École doctorale des Sciences de l’homme et de la société, 2017.

[2] Ballaguy (C.), « Icare, la légende d’un héros ailé », Arkos, n° 239 (avril 2016) ; Ballaguy (C.), « Hermès, le dieu le plus sympa de l’Olympe », Arkos, n° 244 (octobre 2016) ; Ballaguy (C.), « Persée, le tueur de monstres », Arkos, n° 245 (novembre 2016.

[3] Cf https://pasdemythosentrenous.wordpress.com

[4] Homère, Chants I à VIII, chant V, P. Mazon 1998.

[5] Pseudo-Appolodore, Bibliothèque, livre II, 4, 12, B. Massonie trad. 1991.

[6] Bacchylide, Dithrambes, Epinicies – Fragments, IX, 6-9, J. Duchemin, L. Bardollet trad. 1993.

[7] Tableau de Noël Coypel « Hercule combattant Acheloüs, Lille, Musée des Beaux-Arts », huile sur toile, 1667-1669.

[8] Ovide, Les Métamorphoses, livre IX, 1-97, G. Lafaye, 2009.

[9] Lécythe, attribué au Peintre d’Haimon, 500-470 av. J.-C., Lille, Musée des Beaux-Arts.

[10] Ovide, Les Métamorphoses, livre XI, G. Lafaye, 2009.

[11] Apulée, Les Métamorphoses, livre IV, 28-6, 24, O. Sers trad 2007.

[12] Hadot (P.), « Évhémérisme », Encyclopaedia Universalis, [en ligne], consulté le 19 mars 2018, http://www.universalis.fr/encyclopedie/evhemerisme

[13] Tableau de Jean-Baptiste Greuze « Psyché couronnant l’amour », Lille, Musée des Beaux-Arts, huile sur toile, 1785-1790.

[14] Tableau de Nicolas Mignard « Le jugement de Midas, » Lille, Musée des Beaux-Arts, huile sur toile, 1667.

[15] Pseudo-Apollodore, Bibliothèque, livre III, 15, 9, B. Massonie 1991 ; Ovide, Les Métamorphoses, livre VIII, 236-259, G. Lafaye, 2009.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.