Panique en Grèce antique – un livre jeu dont tu es le héros !

 Vernet (S.), Gautier (C.), Berthou (V.),Panique en Grèce antique. – Paris : Casterman (jeunesse), 2018. –48p. – ISBN : 9782203149809

Crédit image. Première de couverture, édition Casterman

Ce livre jeu, format album publié par Casterman jeunesse est le second de la série. Après une enquête en Egypte, l’éditeur nous propose de découvrir la Grèce antique et plus particulièrement Athènes à travers une enquête ludique, les Panathénées sont ce soir mais le « péplos » a disparu. Plus une minute à perdre, que l’enquête commence !

Pour découvrir qui est le coupable parmi les quatre suspects il faut explorer 5 lieux emblématiques : LePirée, l’ecclésia, le théâtre, la maison, la fête des Panathénées

On parcourt la quarantaine de pages avec plaisir au fil des illustrations agréables et colorés qui représentent la vie quotidienne en Grèce Antique.

Chemin faisant on apprends, selon le lieu choisit, aussi bien comment s’habillait les grecs que les règles de la démocratie athénienne ou encore les différentes parties et le fonctionnement d’un théâtre grec.

À chaque page ou presque, en parallèle de l’histoire et de ses personnages, on trouve un encart riche en informations. Si on veut résoudre l’enquête et trouver qui a volé le « péplos » il faut lire toutes ces informations et les utiliser afin de résoudre des énigmes qui nous permettent d’avancer dans notre investigation. Ainsi, on doit par exemple, reconnaître un syllogisme, déchiffrer un message écrit en alphabet grec et lire une carte de la Grèce antique ou un plan d’Athènes. Ni trop simples, ni trop complexes ces petites épreuves sont bien construites et mêlent jeux et connaissances.

Seul petit bémol, mais inconvénient majeur pour le suspense, le nom du coupable apparaît d’une manière très visible dans les dernières pages du livre et on peut malencontreusement tomber dessus en le feuilletant ce qui enlève un peu d’attrait à l’enquête.

La réussite de l’ouvrage est à peine gâchéd par quelques erreurs ou approximations. Alors que de nombreux passages attestent une réelle connaissance de la réalité historique, pourquoi se contenter d’un plan d’Athènes aussi rudimentaire (p. 12), quand le public visé connaît ou connaîtra bientôt les réalisations graphiques somptueuses d’Assassin’s Creed : Odyssey ? Mais il y a des erreurs pures et simples. L’assemblée ne réunissait pas les 40 000 citoyens (p. 20) qui composaient le corps civique mais 6 000 au maximum. Puisque l’affaire se déroule en 446, il faut tenir compte du changement intervenu avec la loi de Périclès en 451. Ne peut devenir citoyen qu’un enfant mâle fils de citoyen et de fille de citoyen (de « citoyenne » si l’on veut). Le gynécée, espace réservé aux femmes dans les maisons, n’est plus considéré comme une hypothèse vraisemblable (p. 32). En réalité, lorsque des visiteurs masculins et inconnus entraient dans une habitation, les femmes étaient soustraites à leurs regards. De même, la comédie n’était pas avant tout destinée à faire rire (p. 31), elle mettait en scène certaines des grandes questions politiques du moment. Enfin, il faut rappeler que le passage de réalités athéniennes à des généralités valant pour la Grèce ancienne est plus que problématique. Le livre évoque une panique à Athènes en 446 a.C., un titre moins vendeur reconnaissons-le. Ces remarques n’enlèvent rien aux qualités évoquées et n’ont pas d’autre ambition que de permettre aux parents soucieux d’exactitude d’apporter un complément.

Cet ouvrage est une réussite et il permet de passer un bon moment tout en apprenant. À découvrir donc, en famille ou tout seul pour les enfants à partir de 9 ans.

Testé et approuvé par une antiquisante en herbe !

Anne Potel et Christophe Pébarthe


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.