Actualités : journée d’étude “Le désert oriental d’Égypte durant la période gréco-romaine. Bilans archéologiques”

Date / lieu : 30 mars 2016 / Paris, Collège de France (salle 2 – Marcelin Berthelot)

Le désert Oriental d’Égypte occupe une vaste étendue de montagnes et de plaines sablonneuses entre le Nil et la mer Rouge. Ses richesses naturelles – or, gemmes et pierres de qualité (granit, porphyre, bekhen) – ont, malgré les difficultés dues aux conditions climatiques, été exploitées dès l’époque prédynastique. Les pharaons, les rois Macédoniens, puis les empereurs romains y ont régulièrement envoyé des expéditions pour extraire ces métaux et ces pierres. Le désert était aussi la voie de passage obligé pour tout commerce avec les contrées bordant la mer Rouge et l’Océan Indien. Ce commerce, déjà actif à l’époque pharaonique, et en pleine expansion à partir de l’époque ptolémaïque, porta d’abord sur les épices et les résines odorantes, puis à l’époque romaine, sur une large palette de produits exotiques incluant des perles, des pierres précieuses, des étoffes, etc.

Les sites archéologiques de cette région pratiquement inaccessibles pour des raisons logistiques étaient, jusqu’à très récemment, dans un état de conservation exceptionnel. Entre les années 1980 et 2012,  des équipes américaines, anglaises, italiennes et françaises ont ainsi pu prospecter ou fouiller des centaines de sites dont l’exploration a fait considérablement avancer nos connaissances sur l’exploitation de l’or sous les Ptolémées et les empereurs byzantins, sur les carrières ouvertes par les empereurs romains et sur le commerce avec l’Arabie et l’Inde à travers les ports de Myos Hormos et de Bérénikè.

Or cette phase de recherches s’achève : ces sites sont depuis quelques années en voie de destruction massive par des chercheurs d’or et de trésors qu’il semble impossible d’arrêter. Il est donc temps de dénoncer cet état de fait et de faire le point sur les grands progrès que ces travaux ont permis de réaliser sur l’occupation et l’exploitation du désert de l’époque ptolémaïque à la fin de la période byzantine, et sur les relations commerciales de l’Égypte avec l’Extrême-Orient.

Le colloque de Paris a pour but de servir de table d’aiguillage dans une documentation devenue foisonnante. Il sera donc demandé à chacun des participants de proposer une synthèse de ses travaux. L’ambition est d’offrir une vue d’ensemble des travaux effectués durant ces trente dernières années dans le désert Oriental, afin de rendre les principaux résultats disponibles pour un large public. A cet effet, les communications seront filmées et traduites en anglais ou en français et la publication se fera exclusivement on line en plusieurs langues dont l’anglais et le français. L’intérêt est de présenter ces résultats généraux à l’ensemble de la communauté scientifique, gratuitement et quasiment immédiatement et, par une bibliographie complémentaire, d’orienter les chercheurs et étudiants vers des études plus spécialisées.

Télécharger le programme.

Pour rebondir :

Des cours en ligneEnseignement de J.-P. Brun au collège de France (2015-2016): L’exploitation des ressources naturelles du Désert Oriental d’Égypte durant l’Antiquité.

Un carnet de recherches : carnet de recherches de l’équipe “Désert oriental.

Crédits image : désert oriental d’Égypte, https://desorient.hypotheses.org/

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
admin (22 mars 2016). Actualités : journée d’étude “Le désert oriental d’Égypte durant la période gréco-romaine. Bilans archéologiques” Actualités des études anciennes. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tas7


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search