Ressources : base de données “Cruches gallo-romaines”

La base de données “Cruches gallo-romaines” présente une synthèse régionale sur les cruches en céramique commune ; les récipients en sigillée ou en bronze ont uniquement été utilisés comme éléments de comparaison. Rappelons que les cruches en céramique commune sont toujours cuites en mode oxydant et ont pour fonction le stockage ou le conditionnement des liquides.

La collecte de la documentation, souvent inédite ou méconnue, a été réalisée en fonction de la zone d’activité de chaque chercheur (2). Nos investigations couvrent une aire géographique allant de la ville de Sierentz, située dans le sud du Haut-Rhin, à celle de Bliesbruck, installée entre les cours de la Sarre et de la Blies, en Moselle. Cette zone se situe au carrefour de trois territoires antiques : ceux des Rauraques, des Triboques et des Médiomatriques.

Le regroupement des données a abouti à un recensement de plus d’un millier d’objets, révélant la diversité et la complexité des caractéristiques morphologiques de cette forme de récipient.

Plutôt que d’envisager une synthèse présentant quelques grands types et de ne sélectionner que des individus complets et/ou représentatifs, il nous a semblé plus intéressant de concevoir ce travail sous la forme d’un corpus présentant le plus grand nombre d’individus possibles. De cette volonté est née l’idée de créer une base de données, accessible en ligne, permettant aux chercheurs d’accéder rapidement à l’ensemble des individus. Outre la possibilité de regrouper une grande quantité de données, ce système offre l’avantage de pouvoir être interrogé. Notre base a donc été construite de manière à pouvoir effectuer des recherches ciblées et permettre ainsi aux archéologues de faire rapidement des identifications ou des comparaisons.

Pour réaliser un tel travail, une réflexion commune a été engagée sur les procédés visant à sérier les individus, ainsi que sur la mise en place d’une méthode pour enregistrer uniformément les données, à l’aide d’une fiche-type. La définition d’un vocabulaire, adapté à l’ensemble de cette masse documentaire et utilisé rigoureusement sur le corpus, était également incontournable. Cet outil de référence s’accompagne d’une bibliographie régionale des publications récentes, toutes catégories céramiques confondues.

Les cruches de même type ayant été regroupées ; le corpus comptabilise un total de 212 fiches-types (3) et l’informatisation permettra de l’enrichir aisément par de nouvelles découvertes.

Notes :
(1)

  • Juliette Baudoux : ingénieur Inrap Grand-Est sud, céramologue.
  • Heidi Cicutta : Inrap Grand-Est sud ; étudiante master UMB Strasbourg, « La céramique de certaines structures de l’Ours-Blanc à Strasbourg ».
  • Cécile Fortuné : doctorante UMB Strasbourg, « La céramique commune de la première moitié du Ier s. entre Vosges et Rhin ».
  • Nicolas Meyer : Inrap Grand-Est nord.
  • Line Pastor : doctorante UMB Strasbourg, « Les ateliers de potiers en Alsace et en Lorraine à la fin de la Tène et à l’époque romaine ».
  • Sophie Vauthier : étudiante master 2 UMB Strasbourg, « Architecture et urbanisme des agglomérations secondaires de la Lorraine gallo-romaine ».
  • Bénédicte Viroulet : Service Départemental d’Archéologie du Haut-Rhin.

Ce groupe de recherche a été constitué dans le cadre de l’UMR 7044.
Nous remercions l’Inrap et le Département du Haut-Rhin pour avoir pris en charge le déplacement de leurs agents.

(2) Mobilier issu des fouilles réalisées par l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (Afan / Inrap), l’Université Marc Bloch de Strasbourg, le Service Départemental d’Archéologie du Haut-Rhin, l’équipe internationale de fouilles de Biesheim-Kunheim (Ecole Pratique des Hautes Etudes, Paris ; Université de Fribourg-en-Brisgau, Allemagne ; Université de Bâle, Suisse), le Centre Archéologique Européen de Bliesbruck, ainsi que différentes associations : Association de Recherches Archéologiques au Pays de Sarrebourg (ARAPS), Société de Recherches Archéologiques en Alsace Bossue (SRAAB), Centre de Recherches Archéologiques du Sundgau (CRAS).

(3) A titre indicatif, la typologie de K. Roth-Rubi (1979) concerne 161 cruches et celle de E. Gose 54 (1950).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.