Voir avec un drone les Gallo-romains

Genot (A.), Duhamel (P.), Pigeaud (R.), Voir avec un drone les Gallo-Romains. – Paris : Fleurus jeunesse, 2018. – 64 p. – ISBN : 9782215137689

Crédit image. Première de couverture – Fleurus jeunesse

Nouveau-né de la collection « Voir avec un drone », ce nouvel opus de l’édition Fleurus, vient compléter une série riche et diversifiée à destination d’un jeune public (conseillé aux enfants dès 9 ans). Après avoir voyagé à travers les tranchées de la Grande guerre, les remparts des châteaux-forts, les cratères de volcans ou encore auprès des animaux de la mer et des chevaux, le lecteur explore ici le monde gallo-romain. En une soixantaine de pages, il découvrira donc les illustrations de Pauline Duhamel et les textes d’Alain Genot et Romain Pigeaud pour un voyage au cœur de la société gallo-romaine. Pour ce faire, et cela est d’ailleurs l’originalité majeure de l’ouvrage, l’enfant pourra aussi utiliser l’application Snapress (disponible sur GooglePlay et sur l’AppStore) qui lui permettra de découvrir plusieurs vidéos de la ville d’Arles filmées par un drone.

L’utilisation de cet outil et l’inréactivité proposée conditionnent de fait les thèmes abordés par l’ouvrage. Celui-ci se concentre en effet sur le monde gallo-romain observé par le biais des monuments et de la ville, le drone permettant ainsi de « voir » ces monuments, ces témoignages de l’histoire. Les vidéos sont complétées par de superbes illustrations immergeant le lecteur dans ces villes gallo-romaines.

Néanmoins, certains thèmes, tels que la place des femmes dans le monde gallo-romain, ne sont pas abordés et manquent à ce panorama dressé. Aussi, l’entrée par les monuments donne à voir une certaine vision de la romanité, et de la romanisation. Si l’ouvrage ambitionne de traiter du monde gallo-romain, il ne nous donne à voir que la conversion de peuples gaulois à la romanité : l’héritage du monde gaulois n’est ainsi que très peu évoqué. En ouvrant le livre, l’enfant découvrira une superbe reconstitution de combat de gladiateur, image aussi emblématique que symbolique de l’idée que le grand public peut se faire de ce monde gallo-romain. Il serait donc bon de diffuser une autre facette de la romanisation comme la recherche permet aujourd’hui de l’observer.

Par ailleurs, l’ouvrage est alimenté de nombreuses sources iconographiques (statuettes, mosaïques…) et donc de vues de monuments romains. C’est en cela que l’historien sera quelque peu frustré : très peu de sources littéraires sont disponibles à la lecture dans l’ouvrage, et son rôle dans la construction de l’histoire n’est que très peu abordé. Même si le format et peut-être même l’objectif du livre ne rendaient pas disponible la présence de ces sources, il n’en demeure pas moins que leur absence est tout de même dommageable à l’exploration du monde gallo-romain. En effet, ces dernières permettraient de mettre en perspective les informations apportées par les auteurs et pourraient ainsi rendre acteur le lecteur de l’histoire qu’il découvre. Or, ici, les différents thèmes abordés par l’ouvrage sont autant de tableaux ouverts à la vue du lecteur : ils permettent une immersion, une agréable sensation de plongée dans le passé, une formidable porté d’entrée pour attiser la curiosité des petits lecteurs ; cela est entendu et déjà louable, mais il nous semble que le lecteur « subit » en quelque sorte ces informations dans le sens où la lecture rend davantage l’enfant spectateur qu’acteur de ce qu’il découvre. Les contenus numériques disponibles dans l’ouvrage sont ainsi du même ressort : ils sont même annoncés en tant que « bonus » sur la première de couverture. Suscitant l’intérêt, le rêve et l’imaginaire, ces contenus vidéos permettront à l’enfant de s’immerger dans le monde gallo-romain, mais elles le laisseront aussi quelque peu passif dans ce voyage.

Malgré ces quelques réflexions sur ce nouvel outil du livre, ce nouveau numéro des éditions Fleurus contentera les petits lecteurs. Les textes courts et précis, les superbes photographies, la frise chronologique s’étendant sur une double page, les encadrés pédagogiques, les illustrations entraînantes, la clarté de la maquette, font de cet ouvrage un excellent livre documentaire jeunesse qui ravira à coup sûr les petits lecteurs et les passionnés du monde romain. On attend donc avec impatience un prochain numéro traitant de l’antiquité grecque !

Yannick Sancher


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search