Cahier d’activité de grec ancien

Liotard (Y.), Cahier d’activité de grec ancien. – Paris : Ellipse (Hors collection), 2018. 160p. – ISBN : 9782340027770.

Crédit image. Première de couverture – Ellipse édition

L’auteur, Yann Liotard est un professeur de Lettres classiques dans un collège et propose ici un Cahier d’activités de grec ancien alternant initiation à la langue, à la mythologie et des jeux.

Il est bien conscient de la tendance actuelle, à savoir la montée en puissance de l’utilisation de la culture grecque, d’attributs grecs anciens, de la mythologie, de la statuaire ou encore d’expressions (riche comme Crésus) que ce soit dans l’art (l’édition 2019 du calendrier des dieux du stade, version mythologie grecque), la culture, les discours, les marques (kappa) ou la publicité actuelle. Dans cet ouvrage, il donne quelques explications sur cette tendance.

Le statut professionnel de l’auteur lui permet de donner un côté assez pédagogique et ludique à cet ouvrage. Les thèmes des chapitres alternent entre l’initiation technique à la langue, la mythologie, les œuvres littéraires, notamment d’Homère ou encore les divinités. Chaque chapitre comprend une page d’exercice/de jeux qui est suivie du corrigé, ce qui est assez appréciable.

Un petit bémol cependant en ce qui concerne l’apprentissage du grec ancien en lui-même. Il ne faut pas s’attendre à un ouvrage d’initiation au grec ancien. En effet, ce cahier d’activité n’est pas comparable à l’Hermaion de Jean-Victor Vernhes (Orphrys) même si beaucoup d’éléments comme l’alphabet, les cas ou autres déclinaisons sont évoqués. En terme de proportion, sur les 50 chapitres que comporte ce livre, seulement 15 ont pour thème l’apprentissage de la langue ancienne, les autres tournent essentiellement autour de la littérature et de la mythologie.

Attention également à quelques petites imprécisions comme dans le chapitre 14 intitulé « grec et barbare », il est expliqué à juste titre que l’étymologie du terme barbare viendrait de la non compréhension d’une personne du fait de son balbutiement. Dans l’antiquité, un barbare serait une personne qui ne parlerait ni la latin ni le grec. Mais il semble plus juste de considérer que le barbare soit plus généralement celui qui n’est pas grec pour les Grecs ou celui qui n’est pas romain pour les Romains. Ainsi les Romains sont des barbares pour les Grecs et inversement.

En dépit de ces quelques remarques de détail, cet ouvrage a le mérite d’exister en ces temps où l’enseignement des langues anciennes est mis à mal. Il saura satisfaire toute sorte de profils, du collégien féru de culture grecque à l’initié qui se fera un plaisir de découvrir ou de redécouvrir aussi bien la culture que la langue ancienne.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.