Atlas de la grèce classique (ve – IVe siècle av. J.-C)

Richer (N), Atlas de la Grèce classique (ve-ive siècle av. J.-C.). L’âge d’or d’une civilisation fondatrice, Cartographie de Claire Levasseur. – Paris: Autrement, 2017. – 96p. – ISBN : 9782746745674.

Crédit image. Première de couverture – éditions Autrement

Cet ouvrage de dimension modeste (96 pages) est le second de la collection Atlas/Mémoires qui soit consacré à l’Antiquité grecque : Laurianne Martinez-Sève avait en effet livré, en 2011, un remarquable Atlas du monde hellénistique. L’intention ici reste la même : donner à voir, par une série de 90 cartes et schémas en couleur, les caractéristiques essentielles du monde grec pour les ve et ive siècles av. J.-C. La collection a désormais gagné en lisibilité, la présentation étant plus aérée et les petits encarts de texte ayant été abandonnés au profit de dossiers clairement agencés. La taille des cartes se révèle également plus importante même si l’on peut regretter la lourdeur de certaines, notamment celles consacrées aux guerres qui auraient gagné à être subdivisées en différentes séquences dynamiques.

Les thématiques abordées s’avèrent variées : milieu biogéographique, ressources, peuplement, circuits économiques, évolutions politiques, batailles, plans de cités ou de sanctuaires, etc. Surtout, le lecteur sera heureux d’avoir accès à une riche cartographie régionale avec, désormais réunis en français, des documents que l’on ne pouvait trouver, çà et là, que dans des ouvrages spécialisés. De même, les textes offrent une synthèse souvent riche – un exploit en quelques lignes ! – des thèmes abordés.

La bibliographie donne de nombreuses pistes de lecture : dommage, cependant, que n’y soit pas mentionné le Petit Atlas de l’Antiquité de Pierre Cabanes (Armand Colin), réédité en 2016.

Au chapitre des regrets, on peut ajouter le choix du sous-titre de l’ouvrage: « L’âge d’or d’une civilisation fondatrice ». Un « âge d’or », par rapport à quoi ? Une « civilisation fondatrice », pour qui ? On pensait les notions d’apogée, de crise ou de déclin délicates à manier, pour ne pas dire bannies du vocabulaire de l’historien. Au moins la formule aurait-elle mérité d’être discutée ou replacée dans une perspective historiographique, en tout cas davantage que le simple fait d’écrire que « l’époque dite classique porte une dénomination qui signale son importance et qui dit à quel point elle constitue, par ses réalisations matérielles et littéraires, un temps de référence » (p. 6). D’autant que l’ouvrage n’aborde que très peu ces dernières puisque les pages consacrées aux aspects culturels et religieux (savants, urbanisme, Parthénon, sanctuaires d’Olympie, d’Épidaure et de Delphes) n’y occupent qu’une place très limitée (10 pages, au total) face aux cartes de nature géopolitique (près de la moitié).

Ces quelques remarques – qui tiennent peut-être à des choix de promotion éditoriale – n’enlèvent rien au plaisir de lire « autrement » le monde grec et de l’animer par des cartes et des commentaires de qualité.

Philippe Lafargue


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.