Archéologie en Bulle

L’exposition « L’archéologie en bulles » se déroule dans la Petite Galerie du musée du Louvre à Paris, entre le 26 Septembre 2018 et le 1er Juillet 2019.

Crédit image. Première de couverture – Louvre éditions

 

Remettons d’abord l’exposition dans le fil des objectifs de la Petite Galerie au sein du musée du Louvre. Quelque entrée que nous empruntions, il est difficile d’échapper à l’objectif pédagogique presque militant de la Petite Galerie. L’affiche fait attendre un contenu scientifique sous forme de bulles. L’affiche clame donc sa destination « jeune » dans le cadre du programme scolaire. Pourtant, il s’avère que cette attente est déçue. Il s’agissait d’une référence à l’art de la bande dessinée et non à la forme que prendrait l’exposition. Le contenu de l’exposition est effectivement en lien avec le programme scolaire en ce qui concerne les primaires. Mais quid du contenu pour le public plus âgé : le collégien, le lycée, l’adulte néophyte ?

Qualifiée par le musée comme « espace d’éducation artistique et culturelle » visant à « sensibiliser le regard du public », cette Galerie intègre dans son emplacement même son rôle assumé d’introduction à l’œuvre d’art. Elle se situe dans les premiers mètres de l’aile Richelieu. Le propos des expositions est d’y « apprendre à regarder ». Ainsi, les commissaires d’expositions Fabrice Douar et Jean-Luc Martinez cherchent à faire un pont entre l’art de la bande dessinée et l’archéologie ; ou plutôt l’archéologie au sein de l’institution du Louvre. Car tous les commentaires et œuvres partent et nous ramènent au Louvre. La bande dessinée, elle, est présentée comme une manifestation de l’imaginaire populaire s’appropriant les découvertes archéologiques à l’origine des collections du Louvre.

La première impression qui ressort de la vision axiale de l’exposition est la fabrique du chef d’œuvre. Car la première œuvre que le visiteur aperçoit est la cuve du cercueil extérieur de Tamoutnéfret, superstar du département des Antiquités égyptiennes, autrement dit une des œuvres qui amènent le plus de visiteurs au Louvre. Le but de cette exposition est-il pédagogique ou attractif ? Cette impression est renforcée par l’architecture de la Petite Galerie, dont les alcôves rapprochées rappellent en miniature la Grande Galerie et ses colonnes de marbre polychrome.

La couleur ocre à la Petite Galerie rappelle pédagogiquement le contexte de découverte de l’objet archéologique dans l’imaginaire populaire : c’est la couleur de la terre, du désert. Les commissaires d’exposition ont, semble-t-il, cherché à établir un dialogue visuel entre les objets présentés par le biais de la couleur. Par exemple, derrière l’Apollon del Piombino, sculpture en bronze phare du Département des Antiquités grecques, un fond bleu marine rappelle le contexte maritime de découverte de l’objet. Ce n’est d’ailleurs pas sans rappeler la couleur utilisée à l’occasion de l’exposition « Odyssée » célébrant les 150 ans du musée national d’archéologie à Athènes en 2016.

Par ailleurs, la fragmentation en petite alcôves pousse à une organisation thématique de l’exposition. Cette dernière se déroule en quatre étapes au fil des alcôves. Elle part de l’émergence historique de la figure de l’archéologue, pour expliciter ensuite les différentes étapes autour de l’objet : sa découverte, sa classification, et enfin son interprétation scientifique et ce que la bande dessinée en imagine. La troisième salle consacrée à la classification a le mérite de présenter dans une seule vitrine en longueur plusieurs objets de différentes époques qui concernent un même site archéologique, celui de Suse, en Iran actuel. Donc le public peut visuellement comprendre l’évolution dans les objets produits dans un territoire précis. Mais s’il veut compléter cette première approche visuelle, les cartels relégués aux côtés de la vitrine ne l’encouragent guère à le faire. Cette salle est symptomatique d’une conception esthétique de l’objet archéologique. Le visiteur est poussé à voir l’objet archéologique comme une œuvre d’art, dont la contemplation suffirait à l’appréciation. Si l’exposition cherche bien à guider le visiteur vers l’objet archéologique « dur », pourquoi ne pas plutôt partir de l’imaginaire autour de l’objet et de sa découverte pour arriver à ce qui fait le cœur des collections archéologique du Louvre, l’objet ? Le propos semble partir d’une présentation historique et scientifique d’une discipline pour s’émousser sur le plan scientifique afin d’être plus attractif pour le visiteur.

La présence de nombreuses œuvres datées avant notre ère pourrait aussi guider le visiteur dans la mauvaise direction. Seule la présence du casque de Charles VI l’incite à prolonger après la Préhistoire et l’Antiquité. Rien n’est dit à propos des collections archéologiques postérieures à ces périodes. C’est peut-être lié aux préférences des commissaires d’exposition. Mais dans une exposition à visée comparatiste, il serait plus judicieux d’avoir un panel d’objets couvrant un spectre chronologique plus large.

Dans la dernière salle, les bandes-dessinées proposées transforment l’espace muséal en bibliothèque. C’est faire un pont pertinent entre le savoir livresque et l’approche de l’objet archéologique, même si l’art de la BD est légèrement présenté comme un divertissement. Nous pourrions alors blâmer la faible luminosité de cette Petite Galerie, qui ne permet pas un confort de lecture. Mais elle est peut-être due à la fragilité des livres exposés en vitrine, donc à une visée de conservation.

Associer différents médiums est l’un des avantages de la Petite Galerie, où les départements fonctionnent plutôt d’ordinaire par typologie d’objets (Peinture, Objets d’art). Prenons l’exemple de la vitrine « Rupestres ! » qui explique le procédé de création de l’album consacré à la Préhistoire. La reconstitution numérique de la grotte ornée est couplée avec la présentation de pages de l’album ainsi que de trois objets archéologiques.

Certains dispositifs de médiation autour des œuvres sont particulièrement bien pensés. Celui à propos du dessin archéologique détaille par étape comment passer de tessons de céramique trouvés en fouilles, puis décontextualisés par leur mise en caisse vers un dessin complet qui pose une hypothèse sur son aspect d’origine. L’association entre un moulage de casque et le reste du casque de Charles VI sous verre est judicieux. En effet, il pourvoit à l’inévitable envie de toucher du public, qu’il soit néophyte ou pas. On retrouve ce même principe dans le département des Arts de l’Islam (inauguré en 2012) dont les dispositifs de médiation aident à expliquer les techniques de fabrication des objets d’art de l’Islam.

En somme, l’enjeu de cette exposition semble davantage être l’imaginaire visuel autour de l’archéologie et son lien avec les collections au musée du Louvre plus que de réellement confronter le visiteur à la réalité de l’archéologie. Les dessins d’Hubert Robert sont là pour en témoigner. C’est aussi le cas dans la dernière salle, où des planches mobiles renseignent sur les grandes figures d’archéologues ayant alimenté les départements du Louvre. Les œuvres emblématiques de cette exposition bénéficient de renvois au sein des salles du musée, ce qui constitue une bonne incitation à découvrir certains départements du Louvre. Un rappel en est d’ailleurs fait sous la forme d’un panneau virtuel à l’issue de l’exposition dans la cour Marly.

Claire Souchet


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Catherine Dobias dit :

    Je trouve cette présentation honnête, car elle fait clairement la part des jugements favorables et des critiques. Mais je trouve ces dernières excessivement sévères et parfois peu judicieuses. D’abord, il faut savoir que la Petite galerie a été créée justement pour servir d’initiation à la visite du musée à destination des plus jeunes, et alors quoi de plus naturel que de s’appuyer sur les collections du Louvre, qui résultent bien d’un travail archéologique (même s’il est un peu ancien) et dont des éléments représentatifs sont ici commodément rassemblés, évitant une course à travers les salles, mais permettant d’aller voir de plus près telle ou telle section, le cas échéant.
    Il est vrai que l’espace est, dans l’ensemble assez exigu, mais la fragmentation en alcôves et colonnes, imposée par l’architecture des lieux, ne laisse-t-il pas finalement entrevoir la multitude des possibilités ?
    Regretter que la Préhistoire et l’Antiquité soient privilégiées est tout à fait recevable, mais on ne peut pas non plus se disperser à l’excès et ces périodes fascinent à coup sûr les enfants.
    Enfin, les critiques liées à l’affiche sont, à mon avis, controuvées. Elle permet de relier un média familier aux enfants à une activité moins bien connue d’eux qui a produit ce que le musée peut leur offrir. Pour faire de l’archéologie expérimentale, ce n’est pas au Louvre qu’il faut s’adresser.
    Merci de m’avoir fait réfléchir sur mes propres impressions pour les confronter à celle de l’auteur et bonne visite à ceux qui iront encore !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.