Appel à communications pour la journée d’étude des jeunes chercheurs « Circulations impériales »

Date butoir. 15 janvier 2019

Les constructions impériales accompagnent les sociétés humaines depuis l’Antiquité. Aujourd’hui ces empires n’en finissent pas d’intéresser les sciences humaines, qu’ils soient formels ou informels. En effet, dans un monde globalisé et inégal, la question des origines de la mondialisation et du rôle des empires dans l’essor des circulations au niveau mondial ne cesse de se poser. Depuis les années 1960, les décolonisations incitent à réfléchir sur la place des empires dans la construction du monde contemporain. L’historiographie anglo-saxonne a été pionnière dans l’étude des circulations intra et transimpériales, à l’image de l’ouvrage de Jane Burbank et Frédéric Cooper, Empires in World History, Power and the Politics of Difference (2008). Plus récemment, la question de Capes de 2012, les sociétés coloniales à l’âge des Empires a permis la rédaction de synthèses en français.

Au-delà de ces ouvrages, ces questionnements ont plus largement renouvelé l’analyse des empires depuis les temps antiques. Ainsi, en 2018, la chaire du collège de France de François Héran « Migrations et Sociétés » s’inscrit dans cette étude des circulations humaines dans une perspective contemporanéiste. Toujours au collège de France, la chaire de Sanjay Subrahmanyam traite quant à elle de l’ « histoire globale de la première modernité ». Appréhender les empires par les circulations qui les animent a permis de mieux comprendre leur fonctionnement interne et la diffusion d’idées et de pratiques en leur sein. Dans le même temps, l’étude des circulations met à jour des phénomènes de co-construction identitaire. Pensons par exemple au constat d’Horace, « Et la Grèce conquise conquit son farouche vainqueur, et importa les arts au sein du Latium sauvage », faisant état de l’influence culturelle hellénistique sur ses conquérants romains. La question des circulations permet enfin de s’intéresser aux trajectoires communes et aux divergences entre empires. Selon le Trésor de la Langue Française, une circulation désigne une « Action de se mouvoir d’une manière continue, circulairement, avec retour au point de départ ». Travailler sur les circulations invite dans un premier temps à traiter des acteurs (personnes physiques ou morales, individus ou collectivités) de ces circulations. De même, une circulation ne peut se faire sans l’analyse des infrastructures, des espaces dans lesquels elle s’inscrit, des représentations qu’elle contribue à façonner Enfin, cette étude pose la question de l’acceptation ou du rejet de ce qui circule (objets, personnes, idées, pratiques) : sont-ils transformés par ceux qui les reçoivent, sont-ils réappropriés ? Sont-ils ignorés, si ce n’est rejetés ? Nous concevons cette journée d’étude comme un forum pour que étudiants de master et doctorants présentent les manières qu’ils ont de se saisir du sujet. S’agissant d’un thème situé au cœur des réflexions historiographiques, il est d’autant plus légitime pour les jeunes chercheurs en sciences humaines d’apporter leurs recherches et contributions d’aujourd’hui pour bâtir le travail de demain. Les propositions de communication pourront notamment s’intégrer dans ces quelques pistes de réflexion :

– Axe 1. Les acteurs des circulations impériales. Ils sont multiples et englobent des personnes physiques : conquérants, explorateurs, missionnaires, fonctionnaires, militaires, savants, commerçants, migrants etc. mais également des personnes morales : compagnies, Etats, Eglises, associations, entreprises, sociétés philanthropiques…

– Axe 2. Les conditions, supports et moyens permettant le déclenchement, le maintien ou l’arrêt des circulations impériales, et ce, même au-delà de la disparition de l’empire étudié : formation des frontières, représentations, infrastructures, médias, moyens de transports, correspondance, livres, traductions, conférences, etc.

– Axe 3. Les adaptations, appropriations ou à l’inverse l’ignorance et le rejet des circulations impériales : Appropriation linguistique, diffusion des valeurs dans le pays administré, cultures coloniales et impériales, évangélisation, transferts culturels et artistiques, etc.

Les communications s’appuieront sur un powerpoint et dureront 20 minutes. Elles seront suivies de discussion.

Modalités Les propositions sont à envoyer impérativement avant le 15 janvier 2019 à l’adresse suivante : je.circulationsimperiales@gmail.com

Elles devront comprendre :

• un titre de communication

• un résumé problématisé de 2 000 signes espace compris au format PDF

• un bref curriculum vitae

Les participants sélectionnés par le comité scientifique seront prévenus au plus tard le 28 janvier 2019. Un programme provisoire sera disponible à partir de 4 février 2019

Langues du colloque : français, anglais

Lieu du colloque IRHiS–UMR 8529, Université de Lille, site du Pont-de-Bois, Villeneuve d’Ascq

Comité scientifique Ivan Burel (IRHiS, ULille) Gaëtan Obeissart (IRHiS, ULille) Thomas Leyris (IRHiS, ULille)

Source. Halma


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.