Guide du Lyon gallo-romain et guide de Lugdunum musée et théâtres romains

Pelletier (A), Guide du Lyon gallo-romain et guide de Lugdunum musée et théâtres romains, Lyon: Éditions Lyonnaises d’Art et d’Histoire, 2018. -119 p. ISBN : 9782841473434

Crédit image. Première de couverture – éditions Lyonnaises d’Art et d’Histoire

 

L’ouvrage d’André Pelletier, spécialiste de Lyon à l’époque romaine, est un guide pratique qui doit permettre de découvrir les traces du passé antique de la ville. Le texte bilingue, français et anglais, le met à la portée d’un public large et international et s’inscrit dans une collection de plusieurs guides thématiques de Lyon. Ce livre synthétique ne se présente pas comme une description détaillée des sites ou des vestiges antiques visibles à Lyon, mais il offre un aperçu général et des informations pratiques pour accompagner la visite. Des informations plus approfondies sur le patrimoine archéologique de Lyon peuvent être trouvées dans le volume publié dans la collection des Guides archéologiques de la France publié en 2012 aux Édition du Patrimoine sous la direction de Armand Desbat et Hugues Savay-Guerraz, tandis que l’ouvrage publié en 2016 par André Pelletier Quand Lyon s’appelait Lugdunum livre un aperçu plus précis de l’histoire de la colonie romaine.

La présente publication s’ouvre sur un aperçu général de l’histoire de la ville, notamment la fondation de la colonie en 43 av. J.-C. par Lucius Munatius Plancus, l’épisode des martyrs de Lyon de 177 ou encore les mutations de l’époque tardive. L’auteur insiste également sur certaines caractéristiques de la ville, comme la présence du Sanctuaire du Confluent destiné au culte impérial à l’échelle des Trois Gaules, et apporte des éléments sur les aspects socio-économiques de la société lyonnaise antique. Les échanges commerciaux occupent une place importante à Lyon qui se trouve dans une position de carrefour, ce dont témoigne par exemple la découverte des barques du parking Saint-Georges au début des années 2000.

Le livre est ensuite divisé en différents parcours à travers Lyon autour des témoignages du passé antique de la cité. Chacun de ces chapitres est ponctué d’encarts portant sur certains personnages importants de l’histoire de Lyon ou sur des aspects de la civilisation romaine au sein de la colonie. Le premier des circuits concerne le quartier de Fourvière, le cœur de la ville antique durant le Haut-Empire. Le musée gallo-romain de Lyon récemment rebaptisé musée Lugdunum, constitue le point de départ de ce parcours. Les différentes sections du musée sont présentées ainsi que les œuvres les plus remarquables, notamment la Table claudienne ou la Mosaïque du cirque. Le musée Lugdunum est implanté sur le site du théâtre et de l’odéon de Fourvière qui sont parmi les vestiges antiques les plus remarquables de Lyon. Le théâtre est par ailleurs surplombé d’un édifice traditionnellement surnommé « le temple de Cybèle » mais dont la fonction est discutée. D’autres vestiges peuvent être vus dans le quartier de Fourvière notamment ceux de l’aqueduc du Gier et le réservoir où l’eau arrivait ainsi que l’espace de l’Antiquaille qui abrite le cachot de saint Pothin, bien qu’il s’agisse davantage d’une tradition. Ce dernier fait partie du groupe des martyrs de Lyon de 177 auquel un petit musée est consacré.

Le circuit suivant concerne les quartiers de Saint-Just et de Saint-Irénée, qui à l’époque romaine consistaient surtout en des espaces résidentiels, artisanaux et funéraires. La rue des Farges comporte des vestiges de thermes dont subsistent les sous-sols ainsi qu’une grande citerne dans un très bon état de conservation mais malheureusement inaccessible au public. Ce quartier se distingue dans la mesure où il abrita certaines des premières églises lyonnaises et notamment le mausolée de l’évêque Justus, devenant ainsi un lieu de pèlerinage dès la fin de l’Antiquité. Le site fut en grande partie détruit durant les guerres de religion au XVIe siècle mais de nombreuses tombes ont été mises au jour. C’est également dans cette zone de Lyon que fut inhumé saint Irénée, le deuxième évêque de la ville au IIe siècle et originaire de Smyrne, qui se distingua par la réfutation des thèses gnostiques. Il est enfin possible de voir dans ce quartier la fontaine de Trion qui comporte une inscription en l’honneur de Claude, empereur natif de Lyon et autour duquel une exposition est programmée à partir de décembre 2018 au Musée des Beaux-Arts de la ville.

Le troisième circuit est centré sur le quartier Saint-Jean où se trouve actuellement la cathédrale et le quartier d’époque Renaissance. À l’époque tardive, cette partie de la ville aux bords de Saône devint le principal quartier de Lyon. La basilique Saint-Laurent-de-Choulans fut une des autres basiliques de la fin de l’Antiquité où plusieurs tombes ont été retrouvées. Une fontaine à tête de cyclope fut d’ailleurs découverte à proximité. Mais c’est surtout le développement groupe épiscopal, dont l’essor se fit en plusieurs étapes à partir du IVe siècle, qui marqua l’histoire du quartier. Il ne reste que peu de vestiges des phases les plus anciennes, dans la mesure où la cathédrale actuelle a été construite à partir du XIIe siècle, notamment en utilisant des pierres originaires de certains édifices antiques tel l’Autel des Trois Gaules.

Le dernier circuit conduit le lecteur sur la Presqu’île où les vestiges antiques les plus visibles se situent au pied de la colline de la Croix-Rousse avec les vestiges de l’amphithéâtre qui accueillait les délégations des cités des Trois Gaules chaque mois d’août pour participer au culte impérial. Il ne reste rien de l’autel adjacent qui ne nous est connu que par des monnaies. Mais selon certaines traditions, les colonnes qui l’entouraient auraient été sciées pour intégrer le chœur de l’abbaye Saint-Martin-d’Ainay, fondée au Ve siècle. Dans ce chapitre, l’évocation de l’église de Saint-Nizier permet de rappeler l’importance du culte des martyrs de 177, dont elle aurait accueilli les reliques. Non loin de là, le Musée des Beaux-Arts de Lyon comporte de belles collections des civilisations égyptiennes, grecques, étrusques et romaines.

L’ouvrage se conclut par deux sections qui permettent d’approfondir certaines thématiques abordées au fil des visites proposées. L’auteur propose de revenir sur le récit des martyrs de Lyon de 177 et de mettre en évidence certaines incohérences dans les sources qui mentionnent cet épisode, un jalon important de l’histoire du christianisme dans la ville. Une liste des différentes représentations de saint Pothin et sainte Blandine qui se trouvent à Lyon est ensuite proposée, qu’il s’agisse de peintures, de sculptures ou bien de vitraux figurant ces deux figures de l’histoire lyonnaise. Ce guide propose enfin une partie consacrée aux aqueducs dans la mesure où la colonie bénéficiait de l’adduction en eau par quatre de ces infrastructures. Les environs de Lyon offrent en effet des itinéraires où il est possible d’observer les vestiges souvent bien conservés de ces aménagements.

Au final, ce guide constitue une référence utile pour les Lyonnais et les touristes afin de découvrir le patrimoine antique de la ville. Bien que d’autres livres de ce type aient été publiés et apportent des informations parfois plus complètes, il présente le mérite d’être actualisé par les découvertes et les hypothèses les plus récentes et d’être facilement utilisable au cours d’une visite.

Dimitri Tilloi d’Ambrosi

Agrégé d’histoire et spécialiste de l’Antiquité


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Hello, this weekend iis gоod foг me, sіnce this moment i am reаding this fantaѕtіc educational paragraⲣh here at
    my home.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search