Atlas de Rome et des barbares, IIIe-VIe siècle. La fin de l’Empire romain en Occident

Inglebert (H) et Levasseur (C), Atlas de Rome et des barbares, IIIe-VIe siècle.La fin de l’Empire romain en Occident. (2e édition) Paris: Autrement, 2018. 98p. – ISBN : 9782746750562

Crédit image. Première de couverture – éditions Autrement

Les éditions Autrement rééditent l’Atlas de Rome et des barbares, IIIe-VIe siècle. La fin de l’Empire romain en Occident par H. Inglebert et, pour la cartographie, Cl. Levasseur, 2018 (1ère éd. 2009). Il s’agit en fait d’un « essai » avec plus de 100 cartes et infographies à l’usage du grand public mais utile aussi pour les spécialistes. C’est sa conception qui en fait l’originalité : l’association entre un texte dense et structuré et des cartes qui privilégient une information sélective et hiérarchisée ; de courtes citations de sources anciennes (verbatim) jalonnent la lecture.

Les perspectives sont plus vastes que ce que suggère le titre. D’une part, il ne s’agit pas d’un simple assemblage de fiches et de cartes mais d’un outil de compréhension de la fin de l’Empire romain en Occident. D’autre part, la notion d’« Antiquité tardive » est au cœur de l’ouvrage. Or celui-ci privilégie une approche géopolitique tout en y associant des dimensions économiques, sociales, culturelles et religieuses. C’est en toute légitimité qu’est aussi abordé, bien qu’absent du sous-titre, le destin de l’Orient, précisément parce qu’il a survécu tout en se transformant et qu’il faut expliquer pourquoi (contrôle de la mer, murailles de la capitale, capacité fiscale, p. 78-79). à l’Empire romain d’Occident s’est substituée une « Antiquité tardive postromaine » : « royautés territoriales » et « nouveau monde culturel et social » (p. 84-85).

Quelques références ont été ajoutées à la bibliographie de l’édition antérieure (en particulier, et sans exhaustivité, P. Heather, Rome et les barbares, Alma éditeur, 2017 ; U. Roberto, Rome face aux Barbares, éditions du Seuil, 2015 ; B. Ward Perkins, La chute de Rome, Alma éditeur, 2015 ; Chr. Delaplace, La fin de l’Empire romain d’Occident, PUR, 2015 ; B. Dumézil (dir.), Les Barbares, PUF, 2016). On peut regretter l’omission d’A. Barbero, Barbares. Immigrés, réfugiés et déportés dans l’Empire romain, Taillandier, 2009. Certains de ces titres (« chute », « fin ») témoignent d’un renouveau de la notion de « disparition », dont les relations avec celle de « déclin » sont complexes. À cet égard H. Inglebert renvoie de façon allusive, p. 6, à un article fondamental d’A. Giardina, dont il est précieux d’avoir les références (« Esplosione di tardoantico », Studi Storici, 40, 1, 1999, p. 157-180). Autant dire que cet Atlas s’inscrit dans un courant historique qui revisite la notion de « transformation » et réexamine la valorisation des aspects culturels et religieux qui avait été opérée sous l’influence de P. Brown : si la conclusion, p. 89, met en évidence des « transformations », celles-ci sont largement d’ordre institutionnel ; et la fin de la « civilisation romaine » est définie comme celle de la « civilisation municipale », les valeurs militaires et religieuses l’emportant désormais chez les élites sur les valeurs civiles et culturelles.

Or, si la notion de « fin » est fascinante, encore faut-il en définir les contours ; ceux-ci diffèrent selon les phénomènes historiques, dans l’espace et dans le temps. C’est ce que suggère, p. 6, l’esquisse d’une comparaison avec l’effondrement de l’URSS, la fin de l’Empire sassanide ou la disparition de l’empire colonial français : ces divers processus ont en commun d’avoir été beaucoup plus rapides que la fin de l’Empire en Occident ; et sans doute chacun présente-il bien des traits spécifiques. H. Inglebert met là à la disposition des lecteurs un outil qui contribue à poser les bases méthodologiques d’une histoire comparée – une discipline certes à haut risque, mais que les spécialistes auraient tort de délaisser : ne permet-elle pas de construire une typologie des phénomènes et de faire progresser l’interprétation de chacun d’entre eux ?

La démarche est chronologique mais met en évidence quelques grands thèmes (par exemple, l’établissement des barbares par Rome sur le territoire romain, p. 18-19, Occident et Orient, pourquoi la différence ?, p. 78-79, ou Aspects économiques et sociaux de la fin de l’Empire d’Occident, p. 82-83). La seule lacune du livre porte sur l’absence d’un bilan systématique et comparé des forces militaires en présence, des stratégies et des modes de combat. La ligne directrice consiste en la mise en relation entre des contraintes externes (confrontation entre la puissance romaine et les barbares) et des effets internes de celle-ci (réorganisation militaire, présence des barbares dans l’Empire, mais aussi, ce qui sera fatal en Occident, amoindrissement territorial et affaiblissement des capacités fiscales, un point qui apparaît comme un leitmotiv).

Deux thèmes émergent plus particulièrement : l’évolution des rapports de forces et le développement de la notion d’acceptation. Tout d’abord, l’opposition est moins entre l’Empire et les barbares qu’entre l’Imperator et ses ennemis (externes et internes). La légitimité de l’Imperator se fonde sur la victoire (p. 32-33), que doit conférer l’appui divin (p. 24) : ainsi se comprend la confrontation entre païens et chrétiens, dont les termes changent à partir de Constantin. L’objectif des barbares n’a pas été de détruire l’Empire mais plutôt, pour nombre d’entre eux, d’y trouver place ; et la méthode de Rome a toujours préféré la solution de l’accord à celle de la guerre. Dès lors, pourquoi une telle issue ? Le vrai problème réside dans les migrations internes, sauf pour Attila (p. 65). Mais après la mort de celui-ci, c’est la fin (encore une !) du royaume hunnique, une éphémère fédération (p. 58-59). Une rupture apparaît avec la perte de l’Afrique, conquise par les Vandales, qui prive l’Occident de ressources essentielles (p. 52-54). Il n’en reste pas moins que, pour H. Inglebert – et ce point peut provoquer discussion – une autre histoire, au Ve siècle, aurait été possible, avec une reconquête de l’Afrique, qu’accomplira ultérieurement Justinien. Ainsi propose-t-il, non sans audace, la notion de « fin non programmée » de l’Empire (p. 65). Méthodologiquement, il n’est pas sans intérêt d’adjoindre à une recherche sur les causes d’un phénomène une réflexion sur l’inéluctabilité ou non de son apparition.

La seconde notion essentielle est celle d’« acceptation » (en particulier p. 81) : « les barbares du Ve siècle apparaissent plus proches des Romains que ceux du IIIe siècle ». Barbares et Romains avaient suffisamment de choses en commun pour vivre ensemble (p. 88). C’est là toute la question de l’acculturation, y compris dans sa dimension religieuse, d’autant plus complexe que nombre de barbares sont des chrétiens homéens alors que le catholicisme a fini par s’imposer chez les chrétiens romains. Quant aux attitudes envers les barbares, H. Inglebert évoque avec nuance, en Occident, la notion de choix impérial (on pourrait discuter de la part des contraintes), mais aussi, chez certaines élites, celles d’« arrangement » (comment ne pas songer, pour rester dans l’histoire comparée, à celle d’« accommodement » appliquée par des historiens contemporanéistes à la période de l’Occupation) voire de « trahison », ou parfois, dans le cas de couches inférieures, de  « ralliement » (p. 80-81) : autant de pistes à explorer, où la question fiscale serait sans doute une clef d’explication, à côté de celle de la sécurité , – et du prix à payer pour celle-ci.

À la question sur la « fin », initialement posée, H. Inglebert répond en mettant au premier plan le rôle des guerres, par leurs effets directs et indirects, notamment fiscaux, cette chute entrainant le déclin économique (p. 82-83). Selon des modalités différentes, la « fin » concerne aussi le temps de Justinien : même si Constantinople renoue avec le thème traditionnel de l’idéologie impériale romaine, la civilisation romaine classique n’y existe plus (p. 86). En définitive, c’est le concept même de « fin » qui est enrichi par cette belle étude.

Alain Chauvot,

Professeur émérite en Histoire romaine. Université de Strasbourg

Citer cet article comme : Alain Chauvot, Atlas de Rome et des barbares, IIIe-VIe siècle. La fin de l’Empire romain en Occident, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 15/04/2019, https://reainfo.hypotheses.org/16000.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.