Commode, l’empereur gladiateur

Teyssier (E), Commode, l’empereur gladiateur, Paris: Perrin (biographie), 2018. -380 p. ISBN : 9782262070410

Crédit image. Première de couverture – Perrin édition

L’empereur Commode semble avoir davantage bénéficié de l’intérêt des romanciers et des cinéastes que des historiens. Certes, rien n’est plus faux, mais il faut bien avouer que l’historiographie du sujet, bien qu’abondante, souffrait en France de l’absence d’une biographie du dernier Antonin. Cette lacune est désormais comblée avec la parution aux éditions Perrin de Commode, l’empereur gladiateur, par Éric Teyssier. Licencié en archéologie et professeur agrégé d’histoire, maître de conférences en histoire ancienne à l’université de Nîmes. Spécialiste du monde antique et plus particulièrement de la gladiature à laquelle il a consacré son HDR ainsi que plusieurs ouvrages  (Gladiateurs, des sources à l’expérimentation, Errance, 2005 ; La mort en face, le dossier gladiateur, Actesud, 2009), sujet qu’il a abordé sur la base des sources classiques comme sur celle de l’archéologie expérimentale.

La tâche était loin d’être aisée, tant la figure de Commode a suscité fantasmes et légendes, dès les lendemains de son règne (d’autant plus que l’empereur lui-même a cherché à se mettre en scène de son vivant, quitte à entrer lui-même dans l’arène). Pour le plus grand nombre, Commode est davantage un personnage de péplums qu’un personnage historique1. La difficulté vient en premier lieu des sources. Celles-ci sont, en effet, lacunaires. Outre le manque d’inscriptions pouvant être reliées avec certitude au règne de Commode (du fait de la damnatio memoriae dont il fut l’objet sur décision du Sénat à sa mort), l’incendie de Rome au cours de son règne a sans aucun doute fait disparaître des témoignages précieux. Ainsi, exception faite des sources numismatiques, reste-t-il avant tout des sources littéraires, œuvres d’historiens antiques dont il faut avoir à l’esprit la dimension idéologique, rhétorique, et littéraire (Cassius Dion, Hérodien) d’autant plus que certaines sont tardives (Histoire Auguste, Eutrope, Aurelius Victor). Autant d’œuvres contribuant à entretenir l’image d’un Commode idéaltype du tyran sanguinaire. En effet, les Histoires en question étaient en général produites par des auteurs issus de l’ordre sénatorial (ou proche de celui-ci), défendant une conception assez homogène du « bon gouvernement » : celui d’un empereur régnant avec l’appui et le conseil d’un Sénat dont il respecte la dignitas et les prérogatives (ce qui ne fut vraisemblablement pas le cas de Commode, qui rejoignit la liste des « mauvais empereurs », auprès de Caligula, Néron ou Domitien).

Comme en témoigne son introduction, l’auteur n’ignore pas ces difficultés. Ajoutons que sa bibliographie présente l’essentiel des contributions importantes sur son sujet2. Il témoigne, en outre, d’une volonté de réévaluer les clichés existant sur le règne de l’empereur. En ce domaine, les réussites de l’ouvrage sont en demi-teinte. L’empereur gladiateur présente, tout d’abord, de réelles qualités. Ainsi, le chapitre sur l’état de l’Empire en 161 constitue une excellente introduction aux structures du monde romain du Haut Empire et présente clairement et pédagogiquement les principaux enjeux des règnes des derniers Antonins. Le contexte de crise, à la fois militaire, économique et sociale dans laquelle se trouvait l’Empire sous le règne de Commode est suffisamment développé pour que le lecteur comprenne que Commode n’en n’était pas l’unique origine. De même, à plusieurs reprises, l’auteur ne manque pas d’éclairer certains choix de Commode présentées par les sources de manières malhonnête (ainsi sa décision de faire la paix avec les Quades, à la mort de son père qui a plus à voir avec l’habileté diplomatique qu’avec la lâcheté contrairement à ce que laisserait supposer Cassius Dion par exemple). Enfin, les pages consacrées à la gladiature sont du plus grand intérêt (notamment le chapitre 5). Le phénomène est justement replacé dans un contexte politique, économique, social, culturel et mental avec de nombreux détails intéressants sur ce qui était une véritable industrie du divertissement avant la lettre, avec ses codes, ses traditions, ses règles et ses enjeux.

Cependant, l’approche biographique d’Éric Teyssier fait une part trop belle à une lecture psychologique de son objet d’étude. Il ne s’agit pas de refuser à l’approche psychologique tout intérêt historique, mais de souligner que, compte tenu de la nature des sources disponibles, de leur caractère lacunaire, et de la distance historique nous séparant des personnages étudiés, ce genre d’approche ne va pas sans poser problème et ne peut que conduire qu’à émettre des conjonctures invérifiables. Ainsi, à lire Éric Teyssier, le parcours de Commode devient une succession d’épisodes traumatiques expliquant son basculement progressif dans la folie furieuse3. Cela vient, selon nous, de ce que l’auteur ne hiérarchise pas assez les témoignages qu’il mobilise. Ainsi semble-t-il à de nombreuses reprises prêter foi à des témoignages douteux4, voire outranciers (ainsi sur les excès sexuels de Commode), mais aussi, par moment, très postérieurs aux évènements (tels Eutrope ou Aurelius Victor). Par exemple, aux pages 78-79, il cite Hérodien comme attestant des sentiments de Marc-Aurèle sur son lit de mort alors qu’il s’agit manifestement d’un discours reconstruit à une date incertaine5 de la part d’un auteur qui n’avait aucun moyen de connaître avec certitude les propos qu’il attribuait à l’empereur mourant, à moins de les avoir empruntés à Cassius Dion ou Marius Maximus (ce qui ne dit rien de leur authenticité pour autant). De même, l’auteur s’en réfère souvent, pour dessiner le portrait psychologique de Commode, à l’Histoire Auguste, qui est pourtant une source tardive, hautement problématique et idéologiquement chargée6. Aussi l’auteur tient il trop compte de l’image que les sources donnent de Commode7. Ainsi, au fil de l’ouvrage des éclairages bienvenus côtoient-ils des interprétations plus hasardeuses. L’analyse terre-à-terre du recours au culte d’Hercule par l’empereur n’en rattache pas moins ce comportement à la psychologie du sujet (p. 227). Cette trop grande confiance dans les jugements portés par les historiographes antiques lui fait négliger d’autres interprétations plus politiques –et selon nous plus vraisemblables- de certains comportements de Commode. Par exemple, son apparente passivité dans l’exercice des affaires peut être interprétée comme un retrait volontaire d’une scène politique de plus en plus périlleuse pour lui8, ce qui explique la prise d’importance de la préfecture du prétoire –chargé de la sécurité de l’empereur- sous son règne. Hekster, ou De Ranieri, ont montré que malgré le pouvoir de ses « fidèles », Commode demeurait en dernière instance le véritable maître d’œuvre de la politique impériale9. Ce système de gouvernement lui permettait en revanche de détourner les foudres de ses oppositions sur des tiers –qui de surcroit, ne pouvaient prétendre au trône impérial, contrairement à certains sénateurs. Commode aurait ainsi tenté de poursuivre la dynamique de centralisation du pouvoir initiée au cours des règnes de ces prédécesseurs, raison pour laquelle il aurait associé à son pouvoir des personnages dépendant directement de lui (Saoterus, Perennis, Cleander) pour interagir avec les autres acteurs de l’état.

Au-delà de toutes les critiques que l’on pourrait lui faire, la lecture de l’ouvrage de M. Teyssier, au demeurant facile et agréable, est à recommander pour qui recherche une porte d’entrée accessible à l’étude du tournant des IIe et IIIe siècle ap. J.-C. ou pour qui s’interroge sur la réalité de la gladiature.

Charles Mallet

1 Pensons à La Chute de l’Empire romain (1964) ou encore à Gladiator (2000).

2 La lotta politica al tempo di Commodo, de Fulvio Grosso (1964) et le Commodus, an Emperor at the Crossroads, d’Oliver Hekster (2002) pour ne citer qu’eux.

3 Éric Teyssier se risque même à établir le profil psychanalytique de son objet d’étude (p. 156).

4 Dont notamment certaines « lettres » reproduites dans les sources écrites dont on sait qu’elles sont souvent de pures inventions des historiographes antiques

5 On ignore la date de rédaction précise de l’œuvre d’Hérodien, mais on la place généralement entre 175 et 245. A ce sujet, voir : Sidebottom 1997 et Polley 2003.

6 Pflaum, H.-G. (1972) : « La valeur de l’information historique dans la vita Commodi à la lumière des personnages nommément cités », HAC 1970, Bonn, p. 199-274.

7 Fulvio Grosso était en son temps tombé dans le même travers, ce que Fergus Millar avait relevé dans un compte-rendu : Millar (1966) : « F. Grosso, ‘la lotta politica al tempo di Commodo’, Journal of Roman Studies, 56, 243-245. La référence figure pourtant dans la bibliographie de l’auteur.

8 Voir notamment l’article de Molinier-Arbo, (2007) : « A qui profitait la conjuration de Lucilla ? Réflexions sur un passage des Caesares de Julien », L’Antiquité classique, 120, où il est souligné la position précaire qui était celle de Commode : « en 180, la famille impériale ne constituait plus une caste isolée à l’intérieur de la classe dirigeante, mais faisait partie intégrante d’un vaste et puissant cousinage dont chaque membre pouvait éventuellement aspirer au pouvoir ». Voir aussi : Champlin, E 1979 : « Notes on the Heirs of Commodus », AJPh, 100, 306.

9 Hekster (2002), 75-76 et 86 suivant De Ranieri (1998) : « La gestione politica di età Commodiana e la parabola di Tigidio Perenne », Atheaeum, 86, 403-408.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.