Médiatiser l’archéologie : entre science, vulgarisation et fantasmes

Cette année encore, le Festival international du film d’archéologie ICRONOS s’est tenu à Bordeaux du 22 au 27 octobre 2018. A l’occasion de cette 16ème édition, 42 films, sélectionnés par un comité scientifique et regroupés autour du thème Innovation scientifique en Archéologie, ont été diffusés en accès libre. C’est un vaste panorama géographique et chronologique des découvertes archéologiques récentes qui a été présenté au public ; un échange avec des spécialistes ou scénaristes a suivi chaque visionnage. Ce festival, créé en 1988, avait pour objectif la diffusion de documentaires réalisés sur les sites archéologiques. La réceptivité et l’enthousiasme, tant des chercheurs que du public de passionnés, ont été tels qu’il a été décidé de reconduire l’expérience tous les deux ans. La longévité de cette manifestation, prouve son intérêt et son succès dans la vie culturelle régionale. Son écho se porte également sur la scène européenne depuis l’apparition de nouveaux festivals basés sur ce même modèle.


Un des principaux objectifs du festival ICRONOS est de diffuser l’actualité de la recherche archéologique à un public très large, du passionné au simple curieux, du grand public aux spécialistes. L’archéologie, et plus largement l’étude du passé bénéficie d’une bonne appréciation du public. Le format visuel est des plus apprécié pour la diffusion et la bonne réception du devoir culturel d’information auxquels doivent répondre les chercheurs. Si les grandes expositions tendent à privilégier l’esthétisme ou le bel objet, trop souvent au détriment de l’explication et de la synthèse des données réunies, le format vidéo ne craint pas d’aborder des sujets plus variés, plus individualisés. Les archéologues sont garants de la sauvegarde de l’information et du patrimoine archéologique, donc tout acte scientifique et pratique de recherche qui s’en suit se doit d’être diffusé. Néanmoins, de la publication papier ou numérique (articles, monographies scientifiques) au document médiatique (articles journalistiques, annonces, films), le pas est grand. En effet, quand elle est médiatique, l’information diffusée peut échapper au contrôle scientifique et être récupérée et/ou détournée dans l’idée de la manipuler et de servir d’appui à certaines idéologies (souvent nationalistes). La communication maîtrisée, en donnant la parole aux équipes d’archéologues, de chercheurs, de spécialistes peut garantir la bonne réception de l’information. La valorisation de la recherche passe par la vulgarisation de l’information, pour la rendre accessible à tous. Afin de communiquer les résultats archéologiques au public, le support doit stimuler son intérêt et son attention en assurant sa totale compréhension. Une réelle volonté de s’adapter aux attentes du public est perceptible dans les films du festival, à la fois dans le discours et dans l’image. D’ailleurs, sa principale force passe par l’accommodation du propos et par la séduction par l’image. Chaque réalisateur joue alors sur différents degrés et adopte différentes stratégies de communication.


Une mise en scène de l’archéologie


Tous les films pris en compte pour ce billet présentent les démarches de raisonnements et d’interprétation de la discipline archéologique. C’est une méthode rigoureuse et non aléatoire, qui est illustrée dans sa durée totale, partielle ou instantanée. Les démarches commencent par la collecte des informations pour lesquelles des descriptions sont proposées, les contextes chronologique, spatial, typologique et fonctionnel précisés. A partir de ces informations présentées, une série d’interprétations est avancée, avant de subir une succession de test qui permettront leur vérification, ou engageront la discussion auprès de spécialistes pour de nouvelles pistes de recherches. La tombe celte1 se présente comme un documentaire élaborant une synthèse sur l’état des connaissances des tombes princières, à l’occasion d’une découverte récente, en 2014, à Lavau. Contrairement aux autres sites présentés dans ce film, cette tombe profite des dernières méthodes d’analyse archéologique, rendant possible le renouvellement des problématiques. Le scenario des films Toutankhamon, Le papyrus oublié et Khéops2, suivent ce même processus de raisonnement archéologique. Ces films présentent sur le temps court et donc de façon scénarisée, le travail collaboratif des équipes qui construisent l’information en cherchant à démontrer ou simplement tester les hypothèses avancées. Néanmoins, le pas de trop peut être maladroitement franchi dans cette démonstration lorsque l’interprétation sort du domaine de l’hypothèse. Au cours du visionnage de Khéops, le spectateur n’est pas dupe et ressent bien que l’objectif de ce documentaire est de convaincre de la réelle efficacité des nouveaux procédés d’approche par muographie3 défendue par la collaboration d’une équipe française, égyptienne et japonaise, au sujet de laquelle le monde égyptologique reste sceptique.


Des formats plus ou moins long sont adoptés par les scénaristes, dépendants de la visée du documentaire, du type d’informations véhiculés et des moyens engagés. Parmi les formats courts, deux objectifs se distinguent : attirer l’attention pour la diffusion et la sauvegarde de l’objet d’étude et des informations s’y rapportant et la présentation de l’actualité des découvertes et de la recherche. Port-Vendres 14 est constituée d’un défilement de photographies d’archives, d’image et animations 3D, accompagnés par une oratrice offrant d’une voix posée une synthèse sur l’étude de l’épave. Ce format synthétique de 10’ est digne d’une exposition muséographique. De même, le petit film de 6‘, Auch5, se ressent comme un instantanée de la fouille préventive de la luxueuse demeure antique découverte en 2017, l’occasion de faire un bref état des connaissances sur la ville antique connue d’Elimberris. Les formats plus longs véhiculent le même type d’information, mais les choix scénographiques sont plus complets : ils établissent des synthèses de connaissance à partir d’un ou plusieurs exemples (La tombe celte (86’); Olympie6 (52’) ou se présentent comme une succession de démonstrations des interprétations établies au cours du film (Gladiateurs7 (26’) ; Le papyrus oublié (90’) ; Toutankhamon (52’) ; Khéops (90’).

Sciences archéologiques : un travail collaboratif


L’archéologie ne peut être considérée comme une science que par les rapports étroits qu’elle entretient avec les autres sciences. L’application de leurs méthodes propres ou l’intégration des chercheurs spécialisés dans la recherche archéologique forment les sciences archéologiques. La collaboration entre différentes équipes de chercheurs, entres spécialistes de domaines divers, qui en pratique s’effectue sur le temps long, est parfaitement illustrée par tous les films du festival. Les équipes réunissent leurs travaux pour communiquer les résultats de façon synthétique (Port-Vendres 1). Pour d’autres documentaires, le travail collaboratif est scénarisé pour le mettre en valeur. Le papyrus oublié, Toutankhamon et Khéops agencent ce travail sous la forme d’une discussion constructive, faisant intervenir tour à tour les chercheurs et spécialistes apportant un élément de réponse aux problématiques soulevées par le précédent intervenant. La démonstration se construit ainsi sur des allers-retours entre les différents spécialistes, tout en maintenant le suspense jusqu’au bout. Ce travail collaboratif est également productif. Support visuel comme de compréhension, l’image restituée est une étape importante dans la construction de l’étude archéologique. Elle résulte d’une discussion entre les différents spécialistes. Pour le documentaire Auch, elle prend la forme de petites restitutions par le dessin en aquarelle du contexte géographique, historique. La réalisation de fac-similés, au-delà du caractère distractif, sert d’appui, d’abord expérimental, à l’étude technique de la réalisation de l’objet. Dans le film Le papyrus oublié, la taille d’un bloc de pierre identique à ceux de la pyramide de Khéops a été expérimentée, une réplique, à échelle plus réduite, d’une embarcation employée pour le transport de blocs de pierre a été conçue, et un traineau pour le portage du bloc sur voie terrestre reproduit. Des programmes de réalité virtuelle, sont capables de restituer en 3D ce qui n’existe plus qu’à l’état fragmentaire ou reste difficilement compréhensible. Ces images, sous la forme animée sont un véritable support technique pour les archéologiques et pour la communication de l’information archéologique. Une restitution de l’épave et l’illustration technique de son système de pompage apporte une image au support principal du documentaire Port-Vendres 1. L’image virtuelle permet aussi de mettre en scène une situation, comme l’entrée du bateau dans le port, puis son déplacement vers la zone d’échouage. Ce procédé est également employé pour configurer les espaces dans lesquels évoluent les acteurs de la reconstitution humaine scénarisée du déroulement des Jeux à Olympie (Olympie). L’image 3D, comme support visuel de séduction, s’emploie dans la restitution des villages, de leur fortification, d’édifices monumentaux éventuellement enrichies de leurs couleurs d’origine (La tombe celte ; Le papyrus oublié; Olympie). Cette technique s’illustre parfois par l’emploi d’une imagerie décomposée en déstructurant les différents éléments de l’objet ou du monument décrit : une image décomposée de la pyramide de Khéops est proposée dans Le papyrus oublié et dans Khéops. Son emploi offre la possibilité aux scientifiques de simuler des situations expérimentales qui pourraient porter atteintes à l’intégrité de l’objet ou du monument réel s’ils étaient réalisés par expérimentation directe. Dans Le papyrus oublié, un modèle 3D de la barque cérémonielle de Khéops est réalisé pour comprendre son montage-démontage, et surtout pour mieux appréhender les techniques d’assemblage des différents éléments de bois retrouvés.
L’appui de l’archéologie expérimentale est largement traité dans les documentaires présentés au festival. Elle vise la reconstitution des techniques et des pratiques. Son efficacité est optimisée si elle est opérée par des spécialistes aux connaissances ciblées sur les pratiques expérimentées. Le film Gladiateurs s’ouvre sur une démonstration de deux sportifs en tenue, en pleine démonstration d’un combat de gladiateur. Outre la notion de spectacle, dans la suite du documentaire, l’importance est donnée au geste expérimental, à l’appui d’images capturées par une caméra numérique enregistrant des milliers d’image à la seconde, offrant des points de vue unique sur la pratique de la gladiature (aussi pour la pratique sportive dans Olympie). Dans son processus de vulgarisation, l’archéologie expérimentale exprime sa volonté de faire revivre le geste, l’acte : par ce biais, ce sont les sensations de l’ancêtre qui sont évoquées, notamment en partageant sa réflexion ou son ressenti en invoquant Merer, l’auteur du papyrus oublié, ou en faisant revivre les disciplines anciennes sous forme de spectacles (Gladiateurs) ou de reconstitution (Olympie), en expérimentant la technique de débitage de la pierre, de fabrication d’une barque, en transportant sur voie fluviale puis terrestre un bloc à destination du chantier de la pyramide de Khéops (Le papyrus oublié).


Les notions clés de la stratégie de séduction


Bien que la parole soit systématiquement donnée aux spécialistes, l’image véhiculée par ces documentaires répond à quelques critères de séduction. Les stratégies de communication de l’information archéologique répondent souvent à une tradition. Les sites spectaculaires sont trop souvent privilégiés, la présence de deux films sur la pyramide de Khéops en est une parfaite démonstration. Pourtant, après visionnage des films documentaires, le public exprime souvent son goût pour la diversité et sa curiosité plus élargie.
C’est un véritable jeu de séduction sur les fantasmes partagés par les chercheurs et le public qui s’opère. Le classique fantasme de l’égyptomanie s’exprime au travers de trois films pour ce festival. Les scientifiques cherchant à prouver l’existence de salle inconnues dans la grande pyramide (Khéops) partagent en direct leur sentiment d’excitation à l’idée de trouver une réponse à l’intemporelle énigme des pyramides et à l’idée de vivre leur rêve d’enfant : y découvrir un nouveau trésor et devenir le nouveau H. Carter8. L’imaginaire archéologique collectif fait de rêves et d’idéal se retrouve là presque maladroitement exprimée, puisque le danger dans l’expression de ses fantasmes est la perte de subjectivité auprès des autres spécialistes.
Le vocabulaire introductif et conclusif des documentaires, pour optimiser sa réceptivité auprès du public, en attirant son attention d’abord puis, en l’inondant, dans une sorte de bouquet final, d’énigmes non résolues et de perceptives à venir, n’hésite pas à jouer avec les notions de sensationnel, d’exceptionnel. Ce vocabulaire flirte régulièrement avec les limites de l’exagération. Les notions de gigantisme et de faste expriment la multitude ou les grosses quantités du trésor de la tombe de Toutankhamon (Toutankhamon) ou de la richesse des tombes princières celtes (La tombe celte). Le secret, le caché, séduisent plus que le non-connu (Toutankhamon, Le papyrus oublié et Khéops). L’arsenal est plus impactant pour évoquer le nombre important d’armes retrouvées dans la tombe de Toutankhamon (Toutankhamon). Ces trois derniers films jouent beaucoup sur les notions d’énigme et de mystère, d’inconnu et d’inexploré. L’extraordinaire, comme le vocabulaire de l’impossible y expriment le caractère peu commun. La quête du sensationnel, dans sa forme extrême, emploie un vocabulaire choisi pour provoquer l’intérêt du spectateur et joue lui aussi sur les croyances populaires, jusqu’à l’expression de l’irrationnel : pour le film Toutankhamon, après avoir ménagé un certain suspense et mis en scène une série d’analyses scientifiques, c’est le terme d’extra-terrestre au lieu de météoritique qui est employé pour qualifier le matériau du poignard du roi. Ce type d’allusion a pour don de faire rire le public.
Dans l’imaginaire collectif, les fantasmes ne se limitent pas au goût du spectateur. L’imagerie collective de l’archéologie est nourrie depuis ses origines par l’image de l’archéologue en quête de belles découvertes, ou celle de l’archéologue aventurier véhiculée par des films cinématographiques à gros budget. Suivant cette vague épique, les films documentaires empruntent alors au récit d’aventure, de quête. Leur scénario se déroule à l’image d’une enquête policière. Gladiateurs est une traque de la vérité historique sur les gladiateurs, elle-même prisonnière d’une imagerie collective fantasmée. Le film Khéops est une quête de la vérité sur la structuration interne de la pyramide. Malgré une motivation intacte, ses personnages rencontrent une série d’obstacles dans leur quête. Autre fantasme partagé, celui de l’excavation du trésor, exprimé par des images d’archives de la découverte de la tombe de Toutankhamon (Toutankhamon), la confidence inavouable d’un scientifique (Khéops) ou la découverte progressive du trésor de la tombe de Lavau (La tombe celte). Une musique épique accompagne souvent ces films, son rythme épousant celui de la progression de l’enquête archéologique. Sa présence peut se ressentir de façon discrète et dosée pour les films La tombe celte, Auch et Port-Vendres 1. A l’inverse, elle est plus structurante (Gladiateurs et Olympie) et parfois envahissante pour Toutankhamon et Le papyrus oublié.
Parmi l’imaginaire préexistant, la notion de découverte, ou d’exhumation, est prégnante. Les archéologues sont en cours de fouille, découvrent en images l’objet ou le corps d’étude : découverte d’une domus dans la ville antique d’Auch (Auch), celle d’un papyrus contemporain de la construction de la Grande Pyramide d’Égypte (Le papyrus oublié) ou encore l’exhumation d’un corps dans une tombe de type princier à Lavau (La tombe celte). L’étude portée par les équipes et la compréhension communiquée au public permet une résurrection symbolique de ces objets ou sujets.


La diversité des choix scénographiques témoigne de l’ampleur de la fascination du public pour la discipline archéologique et son patrimoine culturel. Bien que parfois ce soit la thèse du réalisateur qui est défendue et pas systématiquement l’hypothèse historique soulevée par la communauté des chercheurs, ces films sont une richesse pour les sciences archéologiques. Le public, comme le jury rassemblé à l’occasion de cette 16ème édition, avait la possibilité de participer à la notation des films présentés9, et un prix du public a d’ailleurs été décerné.


La communication médiatique au public des opérations archéologiques programmées et préventives est encore trop aléatoire. Ce festival prouve la bonne volonté des équipes de chercheurs de diffuser l’information archéologique. Leurs efforts pour convaincre du caractère scientifique et méthodique de la recherche archéologique n’est pas vaine. Le caractère immuable des faits est sauvegardé et les théories susceptibles d’être défaites demain proposées. Que le public le retienne, l’archéologie n’est pas une simple collecte d’objets du sous-sol, il s’agit bien d’une science possédant ses techniques et méthodes propres ! Cependant victime de sa propre malédiction, qu’il nourrit lui-même involontairement, l’archéologue ne parvient pas totalement à échapper à l’imaginaire collectif…

Elsa Fournié

1 L’énigme de la Tombe Celte (86’) réalisé par A. De Favitski.

2 Toutankhamon, les secrets du pharaon : un roi guerrier (52’) réalisé par M. Douglas ; Le papyrus oublié de la grande pyramide (90’) réalisé par G. Williams ; Khéops, mystérieuses découvertes (90’) réalisé par F. Tran.

3 La muographie appliquée à l’archéologie consiste à détecter les flux de microparticules physiques, appelées muons, afin de mettre en évidence des vides ou cavités, permettant de produire des images de la structure interne inaccessible des monuments étudiés.

4 L’extraordinaire histoire de l’épave romaine de Port-Vendres 1 (10’) réalisé par F. Paul.

5 Auch : au cœur de la ville antique (6’) réalisé par V. Tejero.

6 Olympie, aux origines des Jeux (52’) réalisé par O. Lemaitre.

7 Gladiateurs, le retour(26’) réalisé par G. Rof.

8 En 1922, Howard Carter (1874-1939) et son équipe découvrent la tombe inviolée du roi Toutankhamon, renfermant la momie du pharaon et le célèbre trésor l’accompagnant.

9 Voir le palmarès du Festival sur ICRONOS.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.