Pompéi

Ah ! Qu’elle était jolie, la fille de Pompéi !

Trente ans après la dernière mise en images de la cité campanienne, sort sur les écrans un film de Paul W. S. Anderson : Pompéi. Ou comment faire du neuf avec du vieux !

Pompéi, un accueil chaleureux, des filles volcaniques, un port, du sport, des spores. C’est ainsi que, depuis 1900, sont mis en scène Les Derniers Jours de Pompéi, sous les auspices conjugués du Vésuve et du romancier anglais George Edward Bulwer-Lytton. Le (désormais) 24 octobre 79 ap. J.-C. s’est jumelé avec 1834, date de la parution du roman, sans cesse illustré au cinéma (1900, 1908,1909, 1912, 1913, 1926, 1959). Avec parfois des variantes qui mettaient l’accent sur un personnage secondaire du roman : ici, dans la série TV de Peter Hunt, 1984, le gladiateur Lyndon, là, dans Les Derniers Jours de Pompéi d’Ernest B. Shoedsack, 1935, l’entrepreneur de spectacles Marcus. Quelques timides essais d’originalité ont donné dans l’horreur granguignolesque : La Malédiction de l’homme sans visage, Edward L. Cahn, 1958, où la dépouille pétrifiée d’un gladiateur revient à la vie, dans la science fiction la plus débridée : la visite à Pompéi du Dr Who (saison 4, épisode 2) ou encore dans la guimauve pour ados, genre club des Cinq à l’antique : Les Mystères romains (épisodes 1 et 2). En 1972, on entendit les Pink Floyd à Pompéi et l’année précédente les plaisanteries vaseuses d’Up Pompei de Bob Kellet.

Pourtant quelques romans récents laissaient présager des scénarios originaux. En 2007, nous avons eu une lueur d’espoir avec le projet de Roman Polanski d’adapter à l’écran l’excellent roman de Robert Harris, Pompéi (2003), qui raconte, sur fond d’intrigue policière, l’histoire d’un ingénieur hydraulique. Devant un budget estimé à 130 millions de dollars, le réalisateur renonça.

Aujourd’hui, on n’a pas lésiné sur les moyens pour permettre à Paul W. S. Anderson de mener son projet à bien. Aussi talentueux que contesté, le cinéaste britannique (né en 1965), qui a commencé sa carrière en 1994, s’est vu porté au pinacle avec Mortal Kombat (1995), puis la série des 6 Resident Evil (2002, 2004, 2007, 2010, 2012 et 2014). Si parfois, le réalisateur n’hésite pas à filmer des rencontres imprévues, comme dans Alien vs. Predator (2004), il s’autorise aussi à adapter des classiques. Ainsi, en 2010, a-t-il filmé une version délirante des Trois Mousquetaires, film où les héros de Dumas sont devenus un mélange de ninjas et de pirates des Caraïbes et où les poursuites à cheval ont été remplacées par des abordages de navires volants !

On pouvait donc craindre le pire avec Pompéi. Il n’en est rien. Au rayon des atouts : une bonne distribution, avec, dans les rôles principaux, Kit Harrington (Game of thrones) et Emily Browning (Sucker Punch), des décors somptueux, filmés à Toronto et à Pompéi, un soin méticuleux porté à la reconstitution des intérieurs pompéiens, des costumes, des monuments, ce dont il faut féliciter l’ensemblier Philippe Turlure. Reste l’intrigue. Classique : un jeune esclave, Milo, est amoureux de la jolie fille de son maître, Cassia. Hélas, elle est promise à un riche sénateur (Kiefer Sutherland) et lui, vendu à un autre maître ! Départ forcé sur un navire au moment où – bien sûr – le Vésuve se met en colère. Normal. On devine la suite : Milo décide de s’enfuir pour secourir celle qu’il aime. Retour vers l’enfer campanien et vers une fin qu’on ne vous dévoilera pas ici…

Claude Aziza,

Spécialiste de l’antiquité fantasmatique


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.