Romulus et rémus – 1961

Romulus et Remus (Romolo e Remo) de Sergio Corbucci, Italie, 1961

De nobles enfants abandonnés au fil de l’eau, des mains compatissantes, des mamelles accueillantes, une éducation plébéienne, puis un trône recouvré : tels sont les débuts initiatiques des héros de légende – Cyrus ou Moïse (sauf que pour celui-ci le schéma est inversé) – ou de fiction (Mowgli ou Tarzan), avec des variantes. Rome ne fait pas exception à la règle, elle, qui a placé ses origines sous les auspices de deux enfants, Romulus et Remus, et d’une louve. Certes les mythologues – ces empêcheurs de rêver en rond – ont eu vite fait de démonter cette belle légende : cette « louve » était trop polissonne pour être honnête, elle errait sans doute sur les bords du Tibre, sous une apparence plus humaine, pour racoler le chaland qui passait… Quant aux historiens, ils estiment que les jumeaux, loin d’être des enfants royaux abandonnés, étaient, en réalité, de petits chefs de bande, séduits par la position géographique et stratégique d’un site placé au cœur du Latium. Obscurs, voire sordides débuts d’une grande cité.

Ce n’étaient pas ce que les Romains – et Auguste en particulier – voulaient entendre. Il leur fallut de l’épopée, des pères – ou des frères – fondateurs, des poètes pour les chanter, et des historiens (Tite-Live, Denys d’Halicarnasse) pour raconter – avec des apparences de sérieux – les débuts de Rome et les deux siècles et demi, depuis 753, qui y virent régner des rois.

Pourtant, si la geste d’Enée – et ses amours avec Didon – a inspiré écrivains, musiciens et peintres au fil des siècles, celle de Romulus et Remus et de leurs successeurs eut moins de succès : le sujet était trop austère ou trop martial. Il manquait ces vertus qui font les tragédies ou ces grâces qui inspirent les feuilletons. Tout au plus plaignit-on la vertu bafouée de Lucrèce, le cœur déchiré des Sabines ou l’héroïsme – précornélien – des Horaces et des Curiaces.

Mais le péplum régnait en maître depuis 1957. Il fallait sans cesse trouver des sujets, faire du nouveau avec de l’ancien. On se souvint alors que Tite-Live avait chanté les débuts de Rome. On trouva chez lui des histoires d’Épinal-sur-Tibre. Celle de la vaillante Clélie et du brave Horatius Coclès, face aux Étrusque de Porsenna (Les Vierges de Rome, Vittorio Cottafavi, 1960), celle du stoïque Mucius Scaevola (Le Colosse de Rome, Giorgio Ferroni, 1964). La même année 1961 vit trois films – un record – consacrés à la période. Venus d’Hollywood, Terence Young et Richard Pottier signèrent, l’un Les Horaces et les Curiaces, l’autre L’Enlèvement des Sabines.

Mais il incomba au scénariste passé à la réalisation Sergio Corbucci de raconter sur l’écran la geste des origines : ce fut Romulus et Remus. Corbucci c’était entouré de tout ce qui lui assurer un succès, qu’il eut d’ailleurs : deux géants du péplum, Steve Reeves (Les Travaux d’Hercule, 1958) et Gordon Scott (Tarzan, 1955) et un scénario qui mêle habilement plusieurs épisodes de la naissance de Rome: les jumeaux, la louve, la fondation de la cité, la mort de Remus, l’enlèvement des Sabines (une en l’occurrence !), la guerre avec les Sabins et la trahison de la jeune Tarpeia.

Est-il utile de démêler le vrai du faux, quand on sait que le vrai, l’« historique », a toutes les chances d’être aussi faux que la fiction cinématographique ? Admirons plutôt la plasticité d’un genre – le péplum – qui sait s’adapter à toutes les situations que lui concocte le réalisateur en restant lui-même, c’est-à-dire sans renoncer aux exigences de ce type de cinéma, sans renier ses règles.

On trouvera donc un héros positif, de blanc vêtu, et un héros négatif, en noir : les deux frères. Des opposants d’une noirceur graduée, qu’ils soient « historiques » (Amulius, Tatius) ou inventés (Curtius). Deux femmes, comme il se doit, la brune brûlante Tarpeia, qui trahit, et la blonde douce Julia, qui subit – mais elle aime ! Ajoutons de l’action, du sentiment, du symbole pour l’exprimer (le péplum est un genre chaste qui se déguste en famille) de la religiosité partout (« les Dieux ont parlé »). Histoire confuse au premier abord, puis riche rebondissements.

Mais, en réalité, histoire toute simple. Une bande de hors-la-loi au grand cœur qui vole les puissants pour aider les opprimés, cherche à s’installer sur des terres fertiles, loin des villes corrompues, pour y fonder un nouvel Éden. Elle doit, pour y parvenir, déjouer les pièges de la géographie, traverser des marais, gravir des montagnes, échapper à des poursuivants implacables qui représentent l’autorité, faire face à des rivalités intenses et internes qui divisent ses chefs.

Après maintes souffrances, la troupe réduite de moitié réussit à atteindre son but, une vallée verte entre des collines. Elle devra encore, avant de souffler, livrer, à l’abri de ses palissades, un ultime combat contre ses poursuivants. Et, point d’orgue, assister, impuissante mais soulagée, au gunfight final entre ses deux chefs, devenus frères ennemis.

S’agit-il encore d’un péplum ou sommes-nous passés (mais l’avons-nous jamais quitté ?) dans l’univers du western ? La géographie nous fournit la réponse. Si l’on consulte une carte du Latium, on s’apercevra, devant les localisations respectives d’Albe et de Rome, que la fondation de la « Ville aux sept collines » n’est qu’un épisode – antique et glorieux – de la conquête de l’Ouest.

Claude Aziza,

Spécialiste de l’antiquité fantasmatique


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.