L’enlèvement des sabines

L’Enlèvement des Sabines (Il Ratto delle Sabine) – Richard Pottier, France /Italie, 1961

Histoire exemplaire s’il en est, que celle de l’enlèvement des Sabines. Le lecteur curieux la trouvera chez Tite-Live et chez Plutarque (Vie des Hommes illustres : Romulus, XX-XXXII). Pas moins de trois adaptations cinématographiques entre 1945 et 1961, année où Richard Pottier, qui vient de finir un médiocre David et Goliath, abandonne la Bible pour l’histoire romaine. SonEnlèvement des Sabines se présente donc comme un de ces produits typiques des années 60 : distribution internationale et hétéroclite d’où émergent – péniblement – le fade Roger Moore et la suave Mylène Demongeot, extérieurs fauchés, humour lourdingue malgré la présence de Francis Blanche, scénario feuilletonesque, intrigue de bazar, sentiments de midinette. Et si les apparences étaient trompeuses ?

Reprenons le scénario du film. On y voit avec surprise et amusement que Romulus, aimé d’une jeune amazone phénicienne, aime, en fait, la fille du roi Sabin Titus Tatius, Rhéa, promise comme vestale au culte de Diane. Schéma traditionnel du péplum : la blonde innocente, chaste et qui ne sera pas flétrie, contre la brune perverse et qui a déjà beaucoup donné. Soit. Mais lorsque cette sombre orientale dévoile aux guerriers sabins un passage secret qui leur donne l’accès à la citadelle romaine, on ne peut pas ne pas penser à la trahison de Tarpeia. Belle conciliation de l’Histoire, fût-elle légendaire, et des codes du péplum !

Que la fille du roi soit vestale et ne puisse s’unir au roi ennemi, quoi de plus naturel : ce Romulus n’est au fond qu’un vagabond parvenu qui se prétend le fils du dieu Mars. Les spectateurs de 1961 le savaient bien, eux qui venaient d’assister au mariage de la princesse Margaret et du photographe Tony Armstrong-Jones, épilogue heureux d’une histoire d’amour qui commença avec le beau Peter Townsend. La sentimentale Albion sera du reste encore présente à la fin du film lorsque Romulus abandonnera le trône – contre toute tradition – pour partir, tel le duc de Windsor, avec sa bien-aimée. Qui se nomme Rhéa justement, comme Rhéa Silvia, mère de Romulus et qui dut au dieu Mars de pouvoir transgresser son vœu de chasteté. Dieu Mars présent dans une brève séquence, et qui s’oppose à Vénus, tout comme la gloire s’oppose à l’amour. Vénus, mère non pas de Romulus, mais de son lointain aïeul Énée.

On pourrait aller plus loin : retrouver des allusions au sillon fondateur ou insister sur le rôle important joué par les chevaux (les Consualia étaient accompagnées de courses de chevaux). La disparition même de Romulus – prématurée, il aurait régné de 753 av. J.-C. à 717 av. J.-C – aura ici comme explication officielle une divination (« Je suis presque un dieu. Je suis remonté au ciel. Ce sera presque la vérité. »). La tradition le fera, elle aussi, disparaître dans un nuage et le divinisera sous le nom de Quirinus. Arrivons enfin à la transformation – inattendue – du cœur même de l’épisode. Dans le film, les Sabines choisissent leurs époux : elles ne sont pas des objets. Féminisme timide des années 60 ? Certes. Mais, plus certainement allusion voilée à ce que nous dit Plutarque, à savoir que les Sabines obtinrent des égards particuliers des Romains (XXI et XXXI).

Ainsi, une fois passés agacement et sourires, on prendra ce film pour ce qu’il est : le traitement par un metteur en scène du vingtième siècle d’un sujet légendaire déjà mis en scène par un historiographe romain, il y a deux mille ans. La comparaison ne peut qu’être féconde.

Claude Aziza,

Spécialiste de l’antiquité fantasmatique


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.