Age of Classics ! L’Antiquité dans la culture pop – l’interview

A l’occasion de l’ouverture de l’exposition Age of Classics! L’antiquité dans la culture pop du 22 février au 22 septembre 2019 au Musée Saint Raymond de Toulouse, nous avons eu le plaisir de pouvoir rencontrer les commissaires scientifiques de l’exposition, Tiphaine Annabelle Besnard (Attachée temporaire d’enseignement et de recherche, Université Aix-Marseille) et Mathieu Scapin (Assistant de conservation au Musée Saint-Raymond). Merci à eux d’avoir pris le temps de répondre à nos questions.

  • Tout d’abord vos deux parcours, Tiphaine, je sais que vous avez fait une licence à l’université Bordeaux Montaigne (ex Bx3), racontez-nous en quelques lignes votre parcours et comment vous en êtes arrivé au musée St Raymond et quels sont vos projets pour la suite. Mathieu, quant à vous, vous êtes employé du musée, quel est votre implication au sein de l’exposition.

Tiphaine : J’ai en effet réalisé une double licence à l’Université Bordeaux-Montaigne en arts plastiques et histoire de l’art. J’ai ensuite suivi ma directrice de mémoire (Sabine Forero Mendoza) à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour lorsqu’elle y a obtenu son poste de Professeur des Universités. Après avoir soutenu un mémoire de recherche intitulé Le retour à l’antique : entre véracité archéologique & fantasme (1840-1910), j’ai eu la chance de décrocher un contrat doctoral en vue de réaliser une thèse de doctorat sous sa direction en 2014. Ainsi mes connaissances de ces deux disciplines (arts plastiques et histoire de l’art) ont permis une orientation de mes recherches quelque peu originale, à savoir étudier les résurgences de l’Antiquité dans l’art actuel.

Puisqu’à l’origine j’étais profondément sceptique vis-à-vis de « l’art contemporain » (post 1950), dont les discours et les ouvrages mettent (toujours) en avant la volonté des artistes de faire table rase du passé, je me suis demandée à contrario si certains d’entre eux « osaient » encore s’intéresser aujourd’hui à l’Antiquité gréco-romaine (période de l’histoire que j’affectionnais tout particulièrement[1]).

Je dois bien reconnaître que je ne m’attendais pas à découvrir autant de références à l’Antiquité dans l’art d’aujourd’hui, puisqu’entre 1980 et aujourd’hui, j’ai comptabilisé plus d’un millier d’œuvres produites par des artistes européens, mais aussi américains et, plus étonnement encore, asiatiques. J’espère présenter mes résultats lors de la soutenance de thèse à l’automne.

La collaboration avec le Musée Saint Raymond est née de… Twitter ! J’utilise ce réseau social pour diffuser « mes » œuvres néo-néos, comme j’aime les appeler. Un jour, le MSR a répondu à une image postée et le projet de faire une exposition avec des œuvres contemporaines antiquisantes est né. Certes, Mathieu était membre d’un projet d’un carnet Hypothèse dédié à la réception de l’Antiquité mené par Catherine Psilakis et auquel je participais avec Fabien Bièvre Perrin (Antiquipop), mais je n’avais même pas réalisé qu’il travaillait au MSR !

Et c’est lorsque j’étais en résidence à la Villa Médicis en février 2018 que nous avons finalement orienté la prochaine exposition temporaire du musée. Elle porterait sur l’Antiquité dans la culture pop et je me chargerais plus spécifiquement de la section art contemporain.

En parallèle du commissariat scientifique, je suis actuellement attachée temporaire d’enseignement et de recherche à l’Université Aix Marseille. J’espère poursuivre une carrière universitaire (à savoir maître de conférence), mais travailler pour une galerie, une institution ou une fondation privées pourrait être tout aussi intéressant.

Mathieu : Me concernant, j’ai soutenu en 2016 une thèse en Sciences de l’Antiquité à l’UTJJ (Université Toulouse Jean Jaurès) sur la céramique italiote. Je suis par ailleurs médiateur culturel au musée Saint-Raymond. Depuis 2009, en plus de mon sujet de thèse, je m’intéresse beaucoup à la réception de l’Antiquité dans différents média (BD, films, séries tv), grâce à ma proximité avec le laboratoire Erasme. Enfin, l’art contemporain ne m’est pas inconnu car le musée accueille depuis quelques années maintenant le festival Jardins Synthétiques, qui propose d’exposer dans le musée des œuvres d’art contemporain, pour lequel j’assure les médiations.

Bref, le sujet ne m’est pas du tout étranger, bien au contraire.

  • Quelle est l’organisation générale de l’exposition? L’expo partira-t-elle en tournée après le 22 septembre?

Tiphaine : Nous avons choisi d’orienter notre discours en trois pôles : Europe, Amérique (du Nord) et Asie (extrême-orientale), en étant bien conscients des portes laissées closes.

À ce jour, il n’est pas prévu que l’exposition parte en tournée.

Mathieu : Un tel sujet présenté en exposition peut piéger l’institution si elle n’a pas un angle original mais surtout cadré. Nous avons décidé que l’art contemporain ne serait pas l’élément primordial mais un des média traité dans l’exposition. Pour moi, la bd ou le jeu vidéo est aussi une œuvre dans la mesure où leur auteur est créateur.

Ensuite il fallait aborder le thème sous un angle un peu novateur : d’où l’intérêt de proposer trois pôles : USA, Europe et Asie. Cela permet de faire dialoguer les cultures et les créateurs et, comme le dit Tiphaine, d’être conscient que l’on ne peut parler de toutes les créations mondiales. Il s’agit donc d’un coup de projecteur en 2019, de l’état de la question.

L’exposition ne pourra pas être itinérante du fait des œuvres prêtées.

  • Y aura t-il quelque chose de prévu pour la visite de classe (primaire, collège, lycée…)

Mathieu : Nous avons pour habitude au MSR de proposer des mallettes pédagogiques pour les scolaires. Nous avons décidé qu’elles seraient disponibles dès le Cycle 3. En partenariat avec Anne Dattler, professeure déchargée d’heure pour la DAAC (Délégation Académique à l’Action Culturelle) au sein de notre établissement, Science Animation a conçu un parcours de visite à double niveau, qui sera aussi disponible pour les visiteurs individuels.

  • Quels sont les différents types d’œuvres de l’expo ? Pouvez vous nous donner un exemple chacun d’utilisation de l’Antiquité dans les œuvres qui sont plutôt surprenantes.

Tiphaine : L’exposition propose un dialogue entre les antiques et l’ensemble des arts visuels actuels : cinéma, musique, jeux vidéo, bande-dessinée, mangas et art contemporain. Par exemple, des extraits du néo-péplum Gladiator sont associés tant avec des fragments de lampe à huile, qu’avec le casque porté par Maximus Decimus Meridius (Russell Crowe) ! Le buste de Marc Aurèle est présenté avec la série des Heroes in Stone de l’artiste Léo Caillard. Ces super héros renvoient eux-mêmes directement à la grande huile sur toile de Jeff Koons…

Mathieu : Sans oublier Série TV, clip vidéo (Lady gaga…) et comics…

  • L’œuvre ou les œuvres de l’expo les plus marquantes pour vous et pourquoi.

Tiphaine : Toutes, évidemment ! J’étudie depuis plus de quatre ans maintenant les références à l’Antiquité classique dans l’art extrême-contemporain. Jusqu’à présent, ces œuvres, et bien d’autres, ne dialoguaient entre-elles que grâce à ma base de données et au manuscrit de la thèse. Voir ici rassemblées matériellement en un même lieu mes objets d’étude me paraissait inimaginable, mais nous l’avons fait.

Pouvoir présenter dans un même espace Jeff Koons avec son pendant chinois Xu Zhen ne se reproduira pas de si vite. Il en va de même pour les artistes Damien Hirst et Eleanor Antin. Et que dire aussi de Léo Caillard, de Pierre et Gilles et de Meekyoung Shin ? Toutes ces œuvres n’ont jamais été présentées ensemble ! Il faut dire aussi qu’elles viennent de différents continents, ce qui ne facilite pas les choses.

Mais s’il ne fallait en choisir qu’une… je choisirais peut-être la korè de Meekyoung Shin, réalisée en savon. Le travail de l’artiste me fascine.

Mathieu : Moi à l’inverse de Tiphaine, c’est surtout le fait de pouvoir faire jouer les visiteurs aux Jeux vidéo et lire des comics dans un musée. Si je devais en choisir une, tout de même, c’est le Discobolus de Léo Caillard. Je pense qu’elle surpassera le Koons auprès des visiteurs.

  • Vous avez pour l’expo un Jeff Koons, j’imagine que c’est une grande fierté pour vous, comment vous avez obtenu ce prêt du musée de Los Angeles? Ont-ils tout de suite accepté? Sera-t-il dans vos murs même après l’expo ou faudra-t-il le rendre aux américains en septembre?

Tiphaine : Oui, nous sommes ravis de présenter Girls of Leucippus de Jeff Koons. Il s’agissait d’une œuvre indispensable pour l’exposition, car surprenante à plusieurs titres : ses références à l’histoire de l’art, son format imposant et… son support. Car il ne s’agit pas d’un simple photomontage mais d’une huile sur toile! L’hyperréalisme est saisissant. Nous remercions le musée d’art contemporain de The Broad (Los Angeles) qui a accepté le prêt. Outre les conditions classiques, c’est la question liée au transport qui a été déterminante. L’huile sur toile ne peut être défaite de son châssis et roulée. Il fallait donc garantir que la porte du musée soit assez grande pour faire passer la caisse haute de 3 mètres. Une fois l’exposition terminée, l’œuvre repartira aux États-Unis.

Mathieu : Honnêtement, le prêt n’a pas été plus difficile que celui d’une peinture pompéienne par le MANN. C’est juste qu’entre le lieu d’exposition d’origine Los Angeles et la logistique, c’est plus complexe qu’à notre habitude pour le musée d’archéologie qu’est le MSR. Mais d’un point du vue com’, il est vrai que c’est une fierté. The Broad a accepté après vérification de nos capacités à emprunter.

  • Pourquoi les artistes contemporains ressentent-ils le besoin de puiser leur inspiration dans l’art antique?  Pourquoi selon vous, il y a ce regain d’intérêt pour l’Antiquité ?

Tiphaine : C’est une question importante que vous soulevez. Puiser l’inspiration dans l’Antiquité n’est pas propre aux artistes contemporains. Qu’il s’agisse des cinéastes, des concepteurs de jeux vidéo, des bédéistes ou des mangakas, tous s’y intéressent. Et c’est justement ce que cherche à démontrer l’exposition. Les artistes (au sens large) convoquent généralement un terme clé : celui d’ « imaginaire collectif ». L’Antiquité et ses mythes permettent la diffusion de tout un imaginaire auquel le public est particulièrement réceptif. Elle agit tel un soft power non pas exclusivement en Europe. Le phénomène de globalisation n’y est pas étranger.

Mathieu : Idem. La question ne se pose pas tant pour l’art contemporain que nos cultures. En fait, c’est le point central de l’exposition et de celui de la réception : on ne s’intéresse pas fondamentalement aux œuvres mais plutôt à nous-même.

  • Selon vous, cette utilisation de l’Antiquité débouche-t-elle sur des interrogations autour du monde antique ou sur le monde d’aujourd’hui ?

Tiphaine : Ces interrogations vont de pair évidemment. Mais elles permettent en premier lieu, me semble-t-il, d’analyser le monde qui nous entoure. L’artiste coréenne Meekyoung Shin développe toute sa pratique sur la notion de « Translation ». Elle se considère comme le fruit d’une traduction, vivant elle-même entre Londres et Séoul. Par ailleurs, l’Antiquité dépoussiérée par les artistes n’est pas étrangère au marché de l’art.

Prenons le cas d’un artiste tel que Xu Zhen. Outre l’intérêt qu’il porte pour la culture classique, il n’est pas sans savoir que les acheteurs européens sont friands des artistes asiatiques. En intégrant des antiques dans ses créations, il pourra plus aisément convaincre le potentiel acheteur connaisseur de la sculpture classique. Autre détail révélateur : les prêteurs de l’exposition Age of Classics ! ne sont pas des institutions publiques. Nous avons fait appel à des galeries (Perrotin, Templon, Feldman, Sébastien-Adrien) et des collections privées (The Broad, Musée d’art classique de Mougins) puisque ce sont elles qui conservent ce types d’œuvres.  

Mathieu : Clairement la deuxième proposition. Ce n’est quasiment qu’un rapport à notre monde actuel. Faire de la réception, c’est avant tout s’intéresser à notre monde. L’Antiquité, c’est juste un moyen d’attirer le spectateur.

  • Selon vous, pourquoi y a t-il un tel engouement autour de la culture pop?

Tiphaine : La culture pop, c’est la culture populaire, accessible au plus grand monde et facilement compréhensible.

Mathieu : Tout simplement parce qu’elle fait partie de notre quotidien : film, clip vidéo/musique… sur tablette, sur tv, sur smartphone, bref, elle fait partie de notre vie.

  • Enfin, pourquoi faut-il ABSOLUMENT venir voir cette exposition.

Tiphaine : Car elle vous promet de belles découvertes ! Vous voyagerez et réaliserez une véritable odyssée (dans le temps : entre Antiquité et monde actuel, et dans l’espace : de l’Europe à l’Amérique en passant par l’Asie). Le dispositif même de présentation, pensé par le designer et scénographe Guillaume Lamarque, mérite que vous vous y arrêtiez !

Mathieu : Je ne vais donc pas être objectif. Honnêtement, il faut venir la voir car vous ne la verrez pas ailleurs : elle reflète l’image, la pensée et le plaisir de tous ceux/celles qui ont participé à son développement et montage. Et puis honnêtement, avouez que jouer/regarder les Chevaliers du Zodiaque dans un musée d’archéo, c’est quand même super cool !


[1] Je remercie en ce sens Monsieur Jacques Des Courtils, pour ses passionnants cours portant sur la Grèce antique lorsque j’étais en licence 1, et Madame Catherine Petit-Aupert qui m’a fait découvrir l’histoire romaine mais aussi les prospections archéologiques (chaque année, entre 2009 et 2016).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.