WONDER WOMAN ET LES AMAZONES

Selon la mythologie grecque, les Amazones seraient issues des amours d’Arès, dieu de la guerre, et de la Naïade Harmonie. Mais selon d’autres, leur mère serait Aphrodite. Leur nom, admet-on généralement, signifie « celles qui n’ont pas de sein » (du grec a-mazôn), car, pour tirer plus facilement à l’arc, elles se coupaient – ou se brûlaient – le sein droit. Mais certains avancent une autre étymologie à partir du mot maza (orge). Les Amazones vivant uniquement de leur chasse seraient « celles qui ne mangent pas de pain ». Pour le poète et mythologue Robert Graves, leur nom signifierait « femmes-lunes ».Voila pour la légende antique, agrémentée de maints festons, dont l’expédition de Thésée, puis celle d’Héraclès, qui semble postérieure.

Expéditions qui constituent, par les combats militaires et amoureux entre nos héros et les reines Antiope et Hippolyte – sans oublier celui d’Achille et de Penthésilée, chanté par H. Von Kleist (1808) – l’une des principales sources des scénaristes italiens frottés de mythologie. Les autres n’ont retenu, au mieux, que la vague notion de matriarcat guerrier ; au pis, qu’un prétexte hypocritement érudit pour présenter de jolies filles en tenue négligée.

Déjà Balzac, dans Le Lys dans la vallée, avait remarqué que « la plupart des femmes qui montent bien à cheval ont peu de tendresse. Comme aux Amazones, il leur manque une mamelle, et leurs cœurs sont endurcis en un certain, endroit, je ne sais lequel. ». Au cinéma, elles apparaissent dès 1908, dans une production Pathé : Les Amazones à travers le temps. Trois ans plus tard, dans une production Éclair : Les Amazones, armée grecque.

Au temps du parlant, l’Amazone canonique, on va la retrouver dans quelques films qui évoquent les exploits de Thésée ou d’Héraclès. Les Travaux d’Hercule (Pietro Francisci, 1957), qui relancèrent la vogue du péplum, nous montre les Argonautes – véritables héros du film – tombés entre les mains des guerrières de Lemnos, assimilées hâtivement – déjà chez Hérodote – aux Amazones. En revanche, dans Les Amazones (Terence Young, 1973), les amours tragiques de Thésée et d’Antiope sont fidèlement racontées, agrémentées de quelques images salaces et saphiques.

Mais, il faut bien l’avouer, les nombreux films qui opposent Grecs et Amazones font l’objet d’un traitement ironique et – trop souvent – misogyne. Le modèle du genre étant La Reine des Amazones (Vittorio Sala, 1960), où quelques anatomies fort plaisantes et quelques fantaisies musicales (les hommes dansent au son d’un langoureux mambo !) compensent difficilement un humour parfois lourdingue : les hommes lavent le linge, font la cuisine, le ménage et la vaisselle, tandis que les dames font la guerre. Mais, bizarrement, les Grecs, ainsi réduits en esclavage domestique, le prennent à la rigolade, en se disant qu’ils auront un beau jour – ou une belle nuit – leur revanche.

Car, au fond, ce que nous racontent ces films, c’est qu’on a beau vivre – et s’aimer – entre femmes, on a beau lutter comme des guerriers, on a beau réduire les hommes aux basses besognes ménagères, il arrive toujours un moment où l’on retrouve le droit chemin..

Le mythe – on s’en doute – va être accommodé à toutes les sauces. La plus vinaigrée baigne ces curieuses Gladiatrices qu’Antonio Leonviola tourne en 1962, quasiment sur le même plateau et en même temps que Taur roi de la force brutale. Les deux films forment en fait un dyptique qui tient à la fois du film de jungle et de l’heroic fantasy. L’action, dans les deux cas, étant censée se passer il y a dix mille ans. Seuls quelques termes (le royaume de Babylos, les Hyksos) rappellent l’Antiquité. Le héros des deux films, Taur, le taureau (du latin Taurus), est accompagné de son ami le noir Ubaratutu : signe – en période de décolonisation – que le produit pourra aussi se vendre en Afrique… Le nom de l’héroïne, la reine Nera (la Noire), qui renvoie aux forces de la nuit, montre bien qu’il s’agit d’une société féminine souterraine et lunaire qui s’oppose au monde des hommes, lumineux et solaire. Comme il se doit.

Cette tendance est inversée dans la dernière déclinaison du mythe, en 2017, Wonder Woman. Inspirée par une BD de DC Comics, créée en décembre 1941, immédiatement lors de l’entrée des États-Unis en guerre, après Pearl Harbour, Wonder Woman donc, apparaît pour la première fois sur le grand écran. Elle avait déjà eu les honneurs d’une série télévisée (1971, trois saisons et soixante épisodes), sous les traits de Lynn Carter, dont le short moulant aux couleurs américaines avait étoilé quelques images cultes.

Avec, comme réalisatrice, Patty Jenkins et, comme productrice, Deborah Snyder (mariée au réalisateur de 300, Zack Snyder) le film – qui a triomphé en juin 2017 dans toutes les salles – se veut à la fois un retour à la mythologie, avec une superbe première partie et, en même temps, la découverte par l’héroïne, Diana, fille de la reine des Amazones Hyppolite et nièce d’Antiope, d’un des aspects les plus sinistres de l’humanité : la guerre, création du dieu Arès. Le scénario – qui prend des libertés avec la BD – plonge l’héroïne au cœur de la Première Guerre mondiale.

Le conflit devient quasi œdipien quand il lui faut lutter contre son aïeul Arès. L’actrice israélienne (ce qui a suffi pour censurer le film dans de nombreux pays musulmans), Gal Gadot – qui fait penser parfois à Xena – incarne admirablement l’héroïne qui, sortie de son cocon, l’île de Themyscira (filmée sur la côte Amalfitaine), doit affronter le monde des hommes.

De l’humour – un peu plus féminin –, quelques plaisanteries – légèrement salaces –, des comparses pittoresques, et Arès réincarné, ce qui est normal en période de guerre.

Avant de quitter – à regret – toutes ces femmes guerrières, penchons nous sur le cas troublant de Xena. Cette héroïne d’une célèbre série télévisée homonyme est la rivale d’Hercule, avec qui elle a eu, quand même, une brûlante idylle. Ce qui est amusant, c’est que, devant le succès de l’épisode, Xena, personnage épisodique jusqu’ici, a eu droit à une série autonome. Elle combat les méchants un peu partout dans le monde, voire dans le temps (elle affrontera Caligula, par exemple). Athlétique, en minijupe, l’épée à la main, cabriolant et virevoltant, elle est d’une plastique irréprochable.

Les Amazones ont donc de beaux jours devant elles. Aujourd’hui que le machisme est vigoureusement cloué au pilori, leur succès est assuré. Wonderful!

Claude Aziza,

Spécialiste de l’antiquité fantasmatique

À lire dans la R.E.A. :

Mayor (A.), “Les Amazones. Quand les femmes étaient les égales des hommes (VIIIe s. av J.-C – Ie s. ap J.-C) “, R.E.A. T 120, n°2, 2018.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.